OSEZ ! NATHALIE OSEZ!

Pawel Reklewski

OSEZ ! NATHALIE OSEZ!

Voyons voir qui est là ce matin, l'ordinateur se met lentement en route, et l'impatience de la lecture des mails me fait gigoter sur la banquette.

Au fond du restaurant je me suis installé une zone interdite à tous, et le seul témoin est le mur derrière moi.

Enfin je suis en mesure de cliquer sur Yahoo mail et voilà ...

Une dizaine de mails attendent ma lecture, jamais je n'ai autant aimé la recherche d'âme sœur, bien mieux que la boulangère de la chanson...

Je lis, et encore les mots doux qui s'ajoutent , séduction après séduction, mais sans grande finalité.

Nathalie répond à Pierre et Pierre a envie de lire Nathalie, cette fois-ci la web cam est branchée en permanence.

Nathalie donne rendez vous , il y a quelques heures de décalage horaire , elle est en avance de six heures sur moi... à dix heures , elle me donne rendez vous en visio à dix heures... plus qu'un quart d'heure à attendre.

Je réponds encore à quelque femmes qui visiblement sont trop sérieuses pour bien vivre les instants chauds de la vie à huit mille km d'elles... C'est fou ce que les distances refroidissent les ardeurs des femmes ...

Une fenêtre s'affiche en bas à droite , j'y vais je coure et plante ma flèche dedans ...

Ca y est elle est là j'accepte la vidéo et son visage apparait , souriante , jolis minois , elle s'éloigne un peu et je vois que sa poitrine est belle ...

Cette femme là me semble désirable et je lui demande si la cam est nette et elle me dit que oui.

après quelques présentations je fais pivoter la cam pour qu'elle puisse situer l'environnement , je me lève pour qu'elle me voit en entier et je lui demande d'en faire autant.

Quand elle se lève je vois que sa jupe est repliée sur elle même me laissant voir ses fesses et entre quelque chose d'assez fin.

Je lui parle et lui demande de tourner lentement sur elle même, elle s'exécute je la complimente sur sa mini-jupe plissée comme je les adore et quand elle termine son tour je lui dis que j'aimerais bien poser un baiser sur la blancheur que sa jupe me laisse voir.

Elle ne comprend pas tout de suite puis porte ses mains à l'arrière et comprend de quoi je parle.

J'ai  le droit à un grand éclat de rire puis la main devant la bouche elle me dit qu'elle est gênée.

Une fois assise je lui avoue que de l'avoir vue ainsi m'a donné envie d'en voir plus et là elle me dit qu'elle est troublée, que c'est la première fois que cela lui arrive.

Mes lettres lui plaisaient bien, mon humour lui a donné envie de passer en visu, mais que jamais elle n'avait imaginé que cela se passerait de la sorte.

De mon côté je suis stimulé par sa sensualité et lui avoue que j'adore ce qui se passe entre nous et que je n'ai absolument pas envie que cela cesse, je lui demande de continuer en ouvrant plus son décolleté.

- Mais non ...

- Mais si...

Je lui avoue que ce contact me donne envie d'elle, que je sens vivre mon sexe et qu'il se sent à l'étroit ...

Vraiment me dit elle , je te fais cet effet là déjà !

Oui et je lui dis que  sous la table je dégrafe ma ceinture, pour permettre à Polo de respirer et ...

- J'y crois pas me dit-elle j'y crois pas...

je lui demande si elle veut voir la vérité et en échange je lui demande d'être équitable et de se déshabiller aussi.

- Montres moi d'abord me dit elle et d'une main sur le clavier je lui fais promettre de tenir parole.

- Ca marche mais toi en premier et c'est là que j'avance la cam  au bord de la table, je filme ma poitrine que je viens de dénuder , mon ventre, et suis ma queue de la base à l'extrémité que je décalotte dans un va et viens très lent.

J'entends un éclat de rire gêné, elle n'en crois pas ses yeux,

je l'ai fait, mes doigts courent le long de la verge ... puis un grand éclat de rire, elle s'amuse du spectacle.

Je tire bien les bources pour qu'elle voit l'appareil en dehors du pantalon en son entier, puis je lui dis que je vais me masturber pour elle, là, maintenant devant ses yeux, que ça n'a rien de virtuel, je lui fais l'amour pour la première fois.

La jolie femme souriante, médusée retire son chemisier et laisse ses seins à mon appréciation, j'adore les voir libres et bouger dans un vas et viens souple, je la vois qui me regarde admirer ses mamelles, cet avec délices que j'y aurais plongé ma bite dans un lent mouvement qui irait jusqu'à sa bouche, sa jolie bouche aux lèvres rouges qu'elle venait de peindre pour notre première rencontre.

Plonger mon gland entre ses dents à toucher sa langue, caresser sa langue avec la fente de mon sexe.

Nathalie se lève et descend sa jupette très lentement, elle est penchée et ses seins sont énormes quand ils sont pendus les mains n'y suffisent plus pour les contenir, c'est splendide, merveilleux. Je sens qu'elle regarde mon sexe , la jupe tombe au sol, et il ne reste que son string rouge avec un papillon, je me demande si elle n'avait pas tout prévu pour que je tombe dans ses envies à elle, ses fantasmes érotiques qu'elle exécutait à des milliers de kilomètres de là.

Mon sexe est luisant et glissant, je lui demande  de l'imaginer dans sa bouche en attendant que son ventre soit prêt et elle acquiesce de la tête... sort sa langue pour me caresser fermes les yeux et me dit d'accélérer le mouvement, elle veut entendre le bruit de la masturbation et se caller sur le tempo pour me faire une dance du ventre le string tiré entre ses lèvres charnues.

Le sexe de la belle est coupé en deux, elle écarte les lèvres de chaque côté pour me montrer qu'elles son aussi en érection.

Je suis fasciné par ce sexe aux lèvres ouvertes  et je lui demande de se dévêtir entièrement pour m'offrir son clitoris, je le devine volumineux sorti de ses enveloppes chaudes et humides.

Lentement le string glisse le long de ses cuisses et je l'entends me demander si j'aime son sexe tout frais rasé rien que pour moi ... parfumé , lisse, la fente remontant bien devant... La folie...

Je la vois s'éloigner et fermer la porte d'entrée tout en laissant la clef dans la serrure.

Mon fils doit passer je ne voudrais pas qu'il me voit ainsi ...

Nathalie est si belle quand elle se déplace, je ne me masturbe plus pour faire durer cette jouissance le plus longtemps possible.

Je lui demande  de prendre quelque chose qui puisse remplacer mon sexe, j'ai envie qu'elle s'imagine mon sexe dans son ventre, se serait notre premier accouplement...

Nath. va à la salle de bains et en ressort avec un déodorant et en marchant le place entre ses cuisses. J'en ressens des contractions, elle voit ma bitte bouger spontanément, ça la fait sourire, elle est fière de l'effet qu'elle a sur moi.

Je l'écoute me dire qu'elle aime voir mon désir, qu'elle aime le pouvoir qu'elle a sur moi, qu'elle aime que je bande pour elle et cela quand elle en a envie.

Une suite de goutes sur un long fil sort de ma queue, le méat est dilaté le lubrifiant sort pour mouiller la pénétration, je suis dur et la moindre caresse pourrait me faire éjaculer, Nath ne quitte pas des yeux ce membre tendu vers elle, fière et enfin installée dans son fauteuil elle ouvre ses cuisses pose ses jambes sur la table, écartes ses lèvre intimes et je vois qu'elle aussi est brillante entre les cuisses, mouillé, ça coule jusqu'au genoux et déjà le fauteuil brille se ses sécrétions.

Quel est l'homme qui n'est pas heureux devant de telles manifestations d'excitations...  Moi je craque, je sens que des sentiments naissent avec les désirs, je vois le tube de déodorant rentrer sans aucune difficulté, je lui dis de me laisser avancer encore plus loin en elle.

Nathalie  avale dans son ventre mon sexe, lentement, son clito est tellement sortit qu'il caresse le tube dans sa progression, elle me montre tout, elle veux que je sois fou d'elle, elle me veux et me captive ...Je suis son prisonnier.

Cette bombe ouvre les yeux et me dit qu'elle ne peut pas aller plus loin, tu es au fond de moi tu me heurtes tu me fais mal maintenant fais moi l'amour comme tu aimes, dis moi ce que tu veux que je fasse, je suis à toi, je suis ta femme je n'ai jamais fait ça pour personne, viens prends moi ... fait moi mal si tu veux ...

- Mon amour ressorts lentement, suis ma main qui tiens entre l'indexe et le pouce ce volcan qui est prêt à jaillir pour toi.

Nathalie suit mon plaisir, parfois le tube sort de son ventre pour que je puisse voir son sexe ouvert, rien que pour moi puis elle remet le piston qui chasse l'air dans des bruits qui la secouent de rire puis je la vois aller un peu plus vite, elle se fait plaisir, les petit gémissements sont là pour le confirmer j'accélère je la suit dans son rythme...

J'apprends à connaitre la sensualité de cette femme que j'aimerais connaître mieux, j'aimerais être en elle et me sentir glisser et de son vente ne sentir qu'un anneau lubrifié, voir mon chibre luire de son désir, de son plaisir, je suis jaloux de ne pas être le premier à lui vider le ventre de toutes ses liqueurs.

Je la regarde et sens que je vais jouir et le lui dis , elle va encore plus vite le bruit qui sort de son ventre recouvert de mousse   me fait découvrir qu'il me faudra être mieux qu'une promesse, cette femme est une merveille de la nature qui tressaille, des gestes désordonnés prennent possession de son corps, à mon tour je gicle et son ventre se contracte et se détend, ce sexe qui représente le mien et enfoncé en elle, les contractions le font progressivement ressortir, puis soudains il jaillit de son ventre pour tomber par terre, trempé il laisse des traces sur le sol...

- Mon chéri, je peux t'appeler comme ça maintenant...

- Oui mon cœur, viens me nettoyer je colle de partout pourvu que le clavier ne soit pas abimé ...

- Chérie dis moi: j'aimerais venir te rejoindre en métropole la semaine prochaine, caresses toi le bouton encore pour prolonger le plaisir, quand on se verra je te le prendrais dans ma bouche ...!

- Tu viendras vraiment?

- Bien sûr que je le ferrais et on ira à l'hôtel pour ne pas être dérangés, ce soir j'aurais pris les billets je t'en ferais un scan pour que tu ais les horaires et tu iras réserver l'hôtel de ton choix.

Chérie j'ai encore envie de toi je peu ?

- Oui montres moi ça vas y fait toi plaisir branles toi encore , je regarde...

Le soir comme prévu Nathalie telle une fée apparait sur l'écran, m'embrasse pour me dire que l'hôtel est réservé, avec sa main droite le déodorant quitte la table et va se cacher entre ses cuisses.

Nathalie me dit: ça y est tu es en moi, ne me trahis pas ne sors plus tu es mon homme , tu n'as plus le droit de regarder les autres femmes sinon je te les coupe...

Je n'imaginais pas qu'un tel coup de foudre puisse exister, une telle rencontre que je reproduis de jour en jours, je viens en elle et cela fait déjà deux heures qu'elle fait l'amour avec moi, je n'ai plus qu'à boire à son ventre son amour pour moi, les bancs sont publiés dans sa mairie, ce soir il y aura aussi sodomie qu'elle adore... et là c'est moi qui lui fais l'amour depuis déjà quatre heures... vais-je tenir jusque là où nous arrêterons nous dans un champ pour laisser exploser nos désirs ...

  • Waouh!!!! Les yeux Nathalie décrite bien le sexe là. Tu es d’humeur bien festive…. Sage Coyote pas sure !!!!!
    Tu vas réveiller quelque chose dans le ventre de tout ceux et celles qui vont lire « les yeux de Nathalie. » > Je lirais
    les autres un peu plus tard car c’est un plaisir de te lire.
    Bisous
    Heliette*

    · Ago over 7 years ·
    Page couverture avec sorci%c3%a8res 305 ko bis 326x461 rec 11

    Pawel Reklewski

  • Merci Marina , j'espère que vous allez aussi concourir et que j'aurais le plaisir de vous lire dans SEXBOBOSEXLAND...

    · Ago almost 8 years ·
    Page couverture avec sorci%c3%a8res 305 ko bis 326x461 rec 11

    Pawel Reklewski

  • merci Florence, noon pas de sex toys dans la maison , la dame est trop sage pour ça d'où l’intérêt pour cette nouvelle surprise , mais elle sera tant gâtée qu'elle n'aura toujours pas besoin de substituts... Elle en a de la chance la dame mais rien ne dit que le monsieur un jour ne se fasse opérer et soit obligé pour un Noël lointain j'espère obligé de compenser ..des défaillances post-opératoires...

    · Ago almost 8 years ·
    Page couverture avec sorci%c3%a8res 305 ko bis 326x461 rec 11

    Pawel Reklewski

Report this text