Pansy Blumbleroot, le Hobbit.

Yvette Dujardin

Pansy Blumbleroot, le Hobbit, part faire un tour dans la forêt, se retrouve devant une rivière. Bodo Hardbottle le grand magicien, avait prévenu la communauté de ne jamais la traverser, implacable ennemi des hommes et des Hobbits. Ils craignent les rayons du soleil, qui car au-delà, vivent des Trolls, ceux des profondes cavernes au fin fond de la forêt. D’apparence humaine et de taille variable, plutôt vilains, sont considéré comme un les transforment en pierre ou les font exploser.

Leur occupation principale, a dit le magicien, constituent à dévorer tous ceux qui s’aventurent la nuit dans leur domaine.

Les anciens, jamais ne s’aventurent la nuit dans ce lieu.

Pansy, qui  vient d’avoir 17 ans, veut offrir la plus jolie des fleurs à sa maman, et Oreloc Fiergie, son ami, lui a raconté, que son père, quand il est allé chercher du bois, a vu, au-delà de la rivière une fleur si belle qu’elle parait magique. Mais Orelec, dit aussi, que son père, craignant les Trolls, car le soir tombait, à fuit les lieux, sans se retourner.

Mais Pansy, est un jeune homme qui aime l’aventure, il s’ennuie dans le village, c’est pourquoi, il va traverser la rivière, sans peur, il fait clair, c’est le matin. Il voit la fleur, il est vrai qu’elle est belle, immense, blanche et lumineuse.

Les Hobbits, sont de petite taille. On les appelle d’ailleurs les semi-hommes (moitiés d’homme). Leurs particularités est d’avoir des jambes et des pieds très larges et poilus. C’est cette différences qui leurs permets de demeurer  dans des trous aménagés très confortablement dans les collines et ils sont peu enclins à voyager, préférant leurs jardins, leur culture d’herbe à pipe et la fabrication de la bière

Cependant, lorsque les circonstances l’exigent, ils se révèlent d’une endurance et d’un courage peu commun. Leurs volontés peuvent être encore plus grandes que celle des hommes.

Leur force vient paradoxalement de leur faiblesse, très longtemps ignorés ou négligés par les peuples les plus puissants. Ils ont pu ainsi traverser les siècles et les épreuves.

Pansy, se décide donc à traverser, arrive près de la fleur, mais aussitôt qu’il pose la main sur elle, celle-ci, se met à son niveau, et il peut la cueillir.

Cependant, dans la caverne près de lui, il voit scintiller quelque chose au loin.

Son instinct de gentil garçon, veut qu’il obéisse aux ordres de Bodo Hardbottle, mais lorsque l’on est un Hobbit aventurier, le désir est plus fort que la peur.

Pansy, va vers la caverne, au fur et à mesure qu’il  approche, la fleur se met à briller.

La peur au ventre, il entre, éclairé par la fleur, qui brille de plus en plus dès qu’il s’approche de ce qu’il a vu scintiller de loin,

La fleur d’un coup se met à briller comme les rayons du soleil.

Et dans cette lueur il voit l’objet qui scintille, c’est une épée, si grande, qu’il se dit que jamais il ne peut la prendre. Le garçon pose la main sur la poignée, et comme la fleur, elle se met à la taille de Pansy.

─ La magie, c’est de la magie ! Dit Pansy, tout haut, tellement il est heureux, d’avoir enfin le pouvoir, celui des adultes, qui la pratiquent.

Soudain, il entend des rugissements dans le noir, terribles,  Les Trolls se dit Pansy, et il s’empresse de quitter la caverne, mais l’un deux lui barre le passage.

Je suis perdu, ils vont me manger, se dit-il, mais il serre si fort, de peur, sa fleur, que celle-ci, éclaire la caverne si fortement, que le Troll se change en pierre, et Pansy se glisse entre ses jambes, sans demander son reste, et sans se retourner. De toute façon, le soleil extérieur, réduirait en cendre les autres Trolls s’ils le suivent.

Il court si vite, qu’il arrive dans sa maison, enfin son trou dans la colline, et sa mère qui le voit si essoufflé, lui demande :

─ Mais qu’a tu encore fais, et qu’est-ce que c’est cette fleur et cette épée ?

─ Je l’ai trouvé, et cette fleur est pour toi, pour ta fête !

─ Merci mon garçon, elle est très belle, je n’en ai jamais vu de si belle, qu’est-ce que c’est comme fleur, et où l’a tu trouvé ?

Les mères, toujours à poser des questions, elles ne peuvent pas prendre ce qu’ont leurs donnent, sans interroger, se dit Pansy, je suis un grand maintenant,  plus un enfant, quand même.

L’on frappe à la porte avant qu’il puisse répondre, il prit un air soulagé, mais voyant le visiteur, son sourire devient grimace, dans l’encadrement de la porte, il voit, Maître Bodo Hardbottle, son long manteau de magicien, trainant jusqu’au sol, et son long bâton noueux, qui lui tient de soutien, et de magie.

─ Alors, il parait que l’on a vu courir, comme s’il avait un Troll aux trousses, un Pansy Blumbleroot !

─ Oui, c’est moi, Maître, je suis venu apporter une fleur pour ma mère, c’est sa fête aujourd’hui !

─ C’est bien mon garçon, de penser à ta mère, mais que caches-tu derrière ton dos ?
─ Rien, rien, dit-il, confus.

─ Qu’a tu appris, pendant mes cours, vilain garçon, sais-tu que tu ne peux me mentir, je sais tout !

─ Pardon, Maître Bodo Hardbottle, voilà, c’est une épée !

─ Et où l’a tu trouvé, mon fils ?

─ Heu !

─ Pansy, tu as désobéi, tu es allé à la caverne des Trolls, comment à tu pu leur échapper ?

─ Ben ! C’est la fleur, elle est magique, elle a éclairé la caverne et j’ai vu l’épée, elle était grande, comme la fleur, immense, mais quand je les ai touché, elles se sont misent à ma taille. Et quand un Troll a voulu m’attraper, elle s’est illuminée et l’a changé en pierre.

Au cri d’effroi étouffé de sa mère, Pansy sait qu’il a fait une bêtise.

─  Mon fils sait tu ce que tu as provoqué en faisant cela ? Dit Bodo,  les Trolls vont essayer de récupérer cette épée, car elle est magique, elle donne le pouvoir absolu à celui qui la possède, et je sais que les Trolls la garde pour le Seigneur des Ténèbres, Merriogion Gourdeboc, et s’il revient la chercher, son pouvoir sur tous les hommes sera insurmontable, et sa colère aussi, si jamais il ne retrouve pas son épée, il enverra ses Cavaliers Noirs, à la recherche de son bien. C’est la fleur magique qui gardait la caverne, et empêchait la sortie des Trolls et que le Seigneur puisse reprendre l’épée. Les Hobbits seront tués, et les Elfes aussi s’il te trouve et récupère son épée. Tu dois la détruire, Pansy.

Il faut que tu quittes Hobbitebourg, va trouver refuge dans le comté d’Elessar Ancalímon, le Prince des Elfes. Dépêche-toi, la nuit va tomber, je protègerais le village, et ta maman, Prend la fleur pour te garder des Trolls et ton épée, tu verras, elle t’obéira. C’est ton père qui l’avait caché et mis la fleur pour la protéger du Seigneur, mais il a payé de sa vie. Vas mon garçon, embrasse vite ta mère et fuis, car ils arrivent, je les entends !

Pansy n’entendait rien, mais il fit confiance à Bodo Hardblottle, et pris de quoi, se nourrir, se changer, embrassa sa mère, elle paraissait terrifiée, le serrant en le baisant sur le front, lui mis autour du cou une amulette en disant :

─ Elle appartenait à ton père, j’attendais que tu sois adulte pour te la donner, elle a des pouvoirs, tu le verras par toi-même, mon fils, adieu, prends garde à toi, et reviens moi !

─ Vite, mon garçon, et fais nous honneur, adieu !

Et Pansy Blumbleroot, prent la route indiqué par Bodo, et il s’enfuit, entend au loin, un bruit qui fait trembler la terre. Les Trolls sont à sa poursuite.

(à suivre)

 

Report this text