Participation concours J'ai lu

Daniel Jean

Léa…

Vite, Quérido de mis amores…un bisou, je file, suis en retard…

J’aimais ces baisers volés du matin…moins que ceux du soir que je voulais toujours profonds et pleins m’assurant ainsi du retour de mon homme…mais là, il fallait que j’accélère…

Cette nuit, comme tant d’autres depuis que nous vivions ensemble avait été particulièrement courte mais aussi torride…pas de regret donc, tout au plus quelques valises sous les yeux!

Je m’étais endormie sereine, fraîche …mais son incontournable et je l’avoue très agréable envie de saillie nocturne avait vite ravagé mon corps et mon esprit…quant à ma chatte, je n’en parle même pas… !

Vite apprêtée, je vint me lover contre  lui : allez, canaille ! Je plaide ce matin. Sois sage avec notre « bon » m’amusais-je à gentiment l’agacer pour lui remémorer l’épisode de sa  débauche ancillaire. Garce, j’en faisais un avantage… !

D’ordinaire, j’appelais un taxi pour me rendre au travail depuis mon domicile, mais ce matin, pas le temps : je hèle le premier qui passe…une vieille guimbarde d’un autre âge avec un  cro-magnon pour chauffeur …

-Au Palais de justice, s’il vous plait…

On gagnait du temps pour l’adresse…, tous les taxis connaissaient !

La voiture s’inséra facilement dans la circulation, chance, avec tous les travaux en ville actuellement! Léa sourit.

Mince, un premier feu… ; pensais-je en vérifiant ma tenue… ;

Tailleur de bonne coupe, assez strict tout en restant seyant….parfait pour la journée…

Juste une petite fantaisie… les dessous…Il se pourrait que mon homme me rejoigne pour le déjeuner.  La  galipette de 11/12 me donnait la pèche… il le savait !

Une culotte ouverte allait faire son effet… cela permettait de gagner quelques secondes … !

Je sursautais….une furie genre «  bimbo latina » venait de s’engouffrer sur le siège avant à côté du chauffeur….

                - Putana, s’exclama le chauffeur !

                -Que putana… ! Putana toi-même crétino sin corrones…Tu m’as bien baisée cette nuit quand je dormais…tu pensais t’en tirer comme ça …coup de queue minable, même pas au fond…et surtout partir sans me donner l’argent du mois… ?

                -Excusez…madame me dit-elle en se retournant …mais vous voyez, cet hombre puant, ce vicelard, il a voulu  m’enculer cette nuit… oui, doublement… !

Il croyait que deux salades, trois tirades…si encore il me tirait trois fois ce gros cochon… ! non, trop pequenito,  et pendant que je fais ma toilette..il se tire…ce porc eunuque , bite molle…Tu vas me le donner cet  argent, sur la tombe de ma mère,  je te coupe les couilles la prochaine fois que tu pointe ton précieux à la maison…Tu crois que j’ai joui…ça fait des années que je ne jouis plus avec toi , avec toi parce que  Marcel, le voisin, lui, lui il sait s’en servir de sa massue …je le pompe des heures…toujours fier il m’encules , vraiment et j’aime ça. Ah si tu savais tout ce qu’un vrai homme peut faire avec sa queue…

Le chauffeur était incapable d’en placer une… !

Nous arrivions maintenant près du Palais et lui indiquais de me laisser une rue à côté…L’esclandre ne me gênait pas…J’avoue même que j’adorais les  insultes grasses et grossières au paroxysme  de ma vie intime…Ma main s’était ainsi tout naturellement  innocemment portée sur mon sexe ouvert et  heureusement disposé durant tout  le trajet…J’avais délicieusement mouillé et  jouit…

Aucun des deux protagonistes ne s’était aperçu de mon jeu…

Mon homme se régalerait ce midi pourvu que je sache…et je saurais, entretenir cette douce chaleur  irradiant  innocemment mon ventre …

Je suis impatiente qu’il arrive !

Au revoir…merci, ajoutais-je d’un grand sourire aux deux  passagers du taxi…les laissant à leur sémantique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aldo, le chauffeur…

Waooouuu, ma journée de chance… !

Belle bourge, sexy en plus, j’te lui ref’rai le tailleur et la coupe moi !La croupe surtout… !

                -Bonjour….elle va où la p’tite dame ? Le palais…trop facile… ! C’est parti…

                Belle journée ? En plus, pas de bouchons ce matin …elle en a de la chance la dame … !

Léa,  les idées déjà à sa plaidoirie et les songes encore attachés à ses tribulations nocturnes sourit sans répondre.

Ce chauffeur  sentait trop la sueur, non pas qu’elle en fut choquée, mais  réellement incommodée. Elle pouvait même aimer en certains instants très intimes ces saveurs particulières exprimant l’intensité des actes …Non, là , ce qui la répugnait malgré le sourire de façade qu’elle venait d’accorder au chauffeur, c’était cette sueur froide, sèche, pour tout dire puante,  n’évoquant  en rien un quelconque partage, une quelconque émotion… Beurk… !

Bah, le trajet ne sera pas très long… !

Pas causante la p’tite dame…elle fait la belle…j’te la dériderai moi c’te bourgeoise avec ses airs de Sainte nitouche…. 

Au Palais… ! J’t’en ferai des Palais…le palais de la bite, ah, oui…alalala… Yala, j’te la f’rai valser moi cette pétasse…J’suis sûr qu’en plus, elle porte rein en dessous…c’est toujours comme ça ces bourgeoises coincées du cul... des salopes j’te le dit moi…!

La salope …en plus, elle fait sa fière, … « au Palais » , elle y va juste pour s’faire tirer par le premier avocaillon qui passe… et même je suis sûr que si elle peut se farcir une p’tite frappe ça la fait encore plus bander le clito et  qu’elle mouille encore plus cette chienne… !

Tout à ses pensées vicieuses et lubriques, Aldo ne vit pas sa concubine entrer !

                -Putana !

Comment elle a fait pour me trouver là…Merde…Les emmerdes commencent. Un sourire vers la gazelle…Ca y est elle est partie l’autre bimbo... ! Et vas-y que j’t’insulte, et vas-y que j’te menace…ah si elle me pompait aussi bien…si elle me faisait la cravate du notaire…avec les miches qu’elle a …au moins j’en aurais pour mon argent…Quoi que… ! C’est toujours comme ça ...j’aime bien quand elle est furax…elle monte en pression et après…l’Aldo…le soir …deux salades, trois tirades…et bingo sur la baquette arrière…j’lui refais toute la boutique…et même l’arrière… ! Oui, tu vas voir ce soir…vas-y chantes, chantes ma belle, hummmm, j’en bande d’avance ! J’adore qu’on m’insulte…ça m’excite…tiens là s’il n’y avait pas la p’tite dame, je la prendrai comme ça, à sec, là sur la banquette arrière…Même si elle est assez minable et pas assez spacieuse  cette banquette, faudrait que la change un de ces jours et que la remplace par une bonne housse bien moelleuse, j’te la f’rais jouir cette grande geuule…j’te la f’rais crier moi… !

                Rue Saint-Michel…oui, Madame…j’vous y  mets…

Oh que oui, j’me la mettrai bien aussi sur le bout celle la…les deux, les deux en même temps... !      Une bourge et une pute…hummm…trop bon… ! Mais…qu’est-ce qu’elle cherche cette salope friquée… Non… ?  C’est  pas possible, ce n’est pas son pognon qu’elle cherche sous sa jupe …Son sac est à côté d’elle et son autre main est dessus…Non, elle s’est bien enfouraillée une paluche dans la chatte…je ne rêve pas ! C’est ça, elle se branle, oui… elle se branle et elle me sourit…Elle se branle sur moi … Ca doit l’exciter les prolo, les odeurs  ou alors elle est comme moi , incapable de résister lorsqu’on la traite…! Aldo, t’es un dieu…L’autre connasse t’insulte…tu bandes…et cette chienne de bourgeoise   se caresse sur ta banquette arrière…Je suis sûr qu’elle mouille et qu’elle va laisser des traces…hummm dès qu’elles se seront tirées les deux pouffasses  j’irai lécher la place…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La banquette arrière…

Waaooouu … jour de chance…une belle et jeune bourgeoise…

Classe en plus… super bien roulée comme j’aime !

Ça change de tous ces gros, gras, hideux, flasques et dégoulinants culs puants qui viennent se jeter sur moi d’ordinaire…

Il a fait comment ce gros vicieux d’Aldo  pour dégoter une aussi belle femme aujourd’hui … ?

                « Au Palais …» …hummm …une reine, une princesse je suis sûre !

C’est non seulement toute la journée que je vois défiler et se vautrer sur  ma douce peau de sky tous les culs de basses fosses de la ville, mais aussi, parfois même, plusieurs, à se serrer…à se chevaucher …à se monter dessus…quel dégout ! Je ne parle même pas des valises et autres sacs…dont l’arrière train est tout aussi souvent à l’image de celui de leurs propriétaires…beurk…Chienne de vie… !

Je m’étais dit : banquette arrière de taxi , quelle  vie sympa. On se promène, on voit des gens et moi, obsédé de cul…j’allais en voir, en toucher, en caresser, en goûter des tas de jolis petits culs…

Ça, c’est ce que je m’imaginais…oh, pas sur la quantité, non, là j’ai pas été déçu ! J’en ai vu défiler plus que de raison…non ! Mais sur la qualité alors là… là oui, je me suis bien fait rouler!

Faut dire qu’avec  ce gros pervers d’Aldo je n’ai pas eu de chance…on pourrait même croire qu’il les choisit… : les plus lourds, les plus sales, les plus mous….

Et il en prend, il en charge…

Ah ça, il les mâte aussi ce vicieux…des fois même, il en profite quand il referme la porte de clientes un peu larges…Et qu’il les paluche, au  prétexte  de les aider… !

Vraiment horrible d’être aussi pourri que lui …oui,  croyez-moi …en plus c’est moi qui ramasse après et ce, dans tous les sens du terme… !

Seul petit plaisir parfois…il « grimpe » sa concubine, une bimbo latina  voluptueuse ,fieffée cochonne, qui accepte parfois au retour de la dernière course de nuit  de se faire tringler  à l’arrière du taxi… Oh, pas qu’elle jouisse apparemment ni même de quoi assouvir mes fantasmes, non, mais la caresse de ses fesses potelées et moelleuses  sur ma peau tendue, de son minou bien chaud et humide cocoonant sa toison épaisse, me font  un peu voyager… une vraie  « latina caliente » qui sait onduler des hanches…

Parfois il essaye de la prendre par derrière  et je peux me délecter, oh si peu,  de sa belle foufoune, grasse, odorante, mais bien souvent il ne termine pas ce bâtard…Il a déjà tout lâché…et du coup, c’est moi qui ramasse et qui doit m’accommoder des minables gouttelettes sortie de sa queue trop courte jusqu’au prochain  transport …

Oui…,vie banale et sordide d’une banquette arrière de taxi minable …

Mais,  aujourd’hui, je  ne peux pas dire,  c’est fête… !

Bingo même… !

Humm, le contact de ces fesses modelées et fermes …mais… surprise…on ne me la fait pas à moi… non!  Cette magnifique  créature  n’a  pas mis de culotte…, j’en suis sûr … ! Ah non, je sais, une culotte ouverte…. ! Oui, c’est ça, rêve absolue pour moi… !

J’en dégouline de bonheur… !

Voyons, voyons  si je peux dans les virages faire remonter cette jupe souple …voilà, j’y suis presque…oui,, c’est ça…, une culotte ouverte !

La douceur de ses cuisses me fait me pâmer…et que dire de la vue  de son « pussy » si joli, pas un poil horrible à l’horizon… ticket de métro sans doute ! Et que dire de ses effluves, de sa douceur, de sa chaleur, de ses légers mouvements….hummmm !

Oh, mais, la coquine…ses doigts me frôlent maintenant…Mais où vont-ils… ? Non ...?

Elle se caresse, si, si,  elle se fait jouir…. la canaille… ! Elle jouit  et je jouis d’elle….

Enfin, enfin  du  pur bonheur… !

De plus elle a eu la délicatesse de me  laisser une  partie de ses émotions en quittant le taxi…

Quelle belle course ! Ciao, bella !

 

La « bimbo latina »…

Super…, ah je vais te le coincer moi ce porc véreux…je vais lui faire sa surprise. Il  va me le donner mon pognon…Il ne s’y attend pas cet obsédé…le coup du feu rouge…C’est moi qui vais l’enculer cette fois… !

Bien sûr, toujours à ce prendre des excitées du « Chocho »…Ah, il les choisit ses pétasses …je vais le dénoncer un jour à sa centrale d’appel…Monsieur ne prends, enfin si je peux m’exprimer ainsi…, que des femmes ! Les mecs peuvent toujours faire signe, non, ce vicieux il ne veut que de la chatte sur sa banquette arrière…

Quoi que, aujourd’hui…, il se la pète l’ Aldo…

Monsieur fait dans la haute.. !   Belle femme, très belle femme même! 

Ca y est il en a pour quinze jour à me les rabattre : oui, mais elle, elle a la classe…et si tu savais ce qu’elle m’a proposé… ? Elle m’a laissé la monnaie,  le double même…, faut croire qu’elle veut le revoir le bel Aldo…!

Et que t’en rajoute, et que t’en rajoute…presque à me dire qu’il lui aura fait la boutique ce gros obsédé… !

                -Que putana… ! Putana toi-même crétino sin corrones… Tu m’as bien baisée cette nuit quand je dormais…tu pensais t’en tirer comme ça …coup de queue minable, même pas au fond…et surtout partir sans me donner l’argent du mois… ?

                -Excusez…madame me dit-elle en se retournant …mais vous voyez, cet hombre puant, ce vicelard, il a voulu  m’enculer cette nuit… oui, doublement… !

Je vais lui dire le reste  moi !!!!

Un mois qu’il m’a rien donné ce salaud… Ah, heureusement qu’il y a le Marcel, mon voisin aux belles manières…lui, il m’a dit qu’il m’emmènerait  un jour, là-bas chez moi, au Sud de l’Espagne…Oui, il viendra avec moi pour qu’on se dore la pilule au soleil…rien que lui et moi…Faut dire qu’il est gentil et surtout qu’il est bosseur et gaillard…Hummm, surtout  le côté « galipettes »…comme j’aime ça moi aussi… , oui,  même si ce ne sont encore que des promesses …j’y crois…Lui au moins il me voyager… !

Pas comme ce gueux qu’est là, à côté de moi, grande gueule  et vantard, un bâtard de première…qui ne pense qu’a me sauter…Même la nuit, quand je dors…il me saute dessus et cherche à m’enculer ce gros dégueulasse…Heureusement qu’il en a qu’une toute petite…S’il ne puait pas autant et qu’il n’était pas aussi gras, peut-être même que j’m’en apercevrais pas tellement il l’a courte…Il dit que c’est à cause de mon gros cul qu’il arrive pas au fond… ! Mes « huevos »…, il l’a toute petite… c’est tout ! Quand parfois je me laisse attendrir sur la banquette arrière de son taxi pourri … je le suce ! Et hop, « una chupa » me dit-il, tandis qu’il me renverse sur son sky graisseux…Tu parles « d’una chupa »… ! La boite aurait fait faillite avec le peu de matière à sucer…juste le bâton…et encore… ! Après il veut toujours me prendre en levrette, je me mets alors à quatre pattes sur la banquette et j’pense à autre chose…Oh, ça dure pas longtemps, il fatigue vite … alors je m’allonge sur le siège arrière, deux trois aller-retour , juste le temps de poser ma chatte sur ce sky pourri…je me demande d’ailleurs si c’est pas lui le plus heureux dans l’histoire… ? Et c’est tout…Il se retire, se tripote le service et goutte parfois sur le siège…même pas sur mon cul qui pourtant ne demanderait  que ça…avant de retourner à son volant…Je reste là, le temps de rentrer  à la maison  et »basta »…Je m’enfonce le minou, oui comme vous Madame en ce moment ,  dans la banquette et de mes doigts je me donne  avec ma main la jouissance que je serais  en droit d’attendre de la part d’un  vrai « hombre » … !

Les jours fastes, il part se coucher sans relever son compteur…je me paye alors comme ça…mais même les putes sont payées plus cher… !

Ah madame si vous saviez la vie de mierda… !

Report this text