Soirée dés habillée

lolarose

-          C’est… original… Merci Bastien.

-          Joyeux anniversaire, ma belle !

Séverine regarde la boîte, perplexe, et se tourne vers son mari. Philippe, absorbé par la dégustation de son Limoncello, ne s’intéresse pas au cadeau qu’elle vient de déballer.

Magaly, par contre, ne cache pas son impatience.

-          Montre ! Qu’est-ce que c’est ?

-          Un jeu de société : « Malices ? ou… délices ! »…

Séverine hésite, retourne le coffret et rougit en découvrant le dessin à l’arrière. Quand elle le repose, Magaly s’en empare aussitôt. Sur le carton, un couple exécute de joyeux ébats.

-          Eh oui, ce sont des jeux coquins. Ça devrait te plaire, nous en tout cas, on adore !

Bastien a glissé une main le long de la cuisse d’Alice, sa compagne. La brune lui sourit et confirme.

-          Depuis qu’on a commencé à y jouer, on est devenus accros…

Gênée par le regard de Bastien, Séverine tire sur sa robe pour la ramener sur ses genoux. Son geste accentue son décolleté, et dévoile pour le plus grand plaisir de son invité l’arrondi de ses seins. L’incident n’a pas non plus échappé à Serge, le mari Magaly qui se ranime instantanément.

-         En gros, c’est un jeu de dés ?

Magaly fait rouler les petits cubes dans sa paume. Bastien confirme.

-         Oui, et chaque combinaison détermine un gage pour le lanceur.

-         Ça a l’air marrant !

-         Marrant, bien sûr, mais surtout très excitant…

Magaly, échauffée par le Cognac, est déterminée à creuser la question.

-         On doit faire quel genre de gages ?

-         Ça va du strip-tease à une gâterie à son partenaire, ou autre…

Cette fois, Serge est parfaitement réveillé.

-         Alors ça se joue à deux ?

-         À deux ou plus. À mon avis, c’est beaucoup plus amusant dans un petit groupe…

Silence. Chacun médite l’information. Séverine, fébrile, se lève et reste bras ballants, ne trouvant rien à débarrasser. Bastien calé dans sa chaise, observe l’effet de sa phrase sur l’assistance. À sa droite, Magaly houspille Serge du coude. Son mari lui renvoie un sourire amusé. Philippe, impénétrable, poursuit la dégustation de son digestif. Bastien rompt le silence pour lancer, d’un ton nonchalant.

-         Ça vous amuserait de commencer une partie ?

***

La vue masquée par un carré de soie, Séverine serre les paupières. Par ce geste absurde, elle cherche à se soustraire au regard de ses partenaires. Elle les imagine détailler son corps nu, descendre de ses épaules à ses seins, son ventre, son sexe... Elle croise plus fort ses jambes, teste la solidité des liens qui retiennent ses poignets dans son dos.

Le bruit de leurs pas autour d’elle, leur souffle sur sa peau… Elle ose à peine respirer. Une main se pose sur son genou, la fait sursauter. Maintenant, elle écarquille les yeux derrière son foulard. Qui est l'assaillant ? Une bouche (masculine ? féminine ?) est partie à l’assaut de sa poitrine, des lèvres parcourent l’aréole de son sein, l’emprisonnent. Etrange émoi. Elle sent un frisson traverser son ventre.

Des doigts sur sa nuque glissent de ses cheveux à l’épaule. Une main souligne le galbe de ses seins, une autre suit la ligne de sa taille, une autre encore caresse son visage. 

Combien de personnes la touchent en ce moment, frôlent sa peau, provoquant un trouble singulier. Philippe participe-t-il au jeu ? Elle cherche à reconnaître son toucher parmi celui des autres, son parfum, son haleine aromatisée au Limoncello.

Gênée, elle se sent répondre aux sollicitations du groupe qui s’approprie son corps. Le désir monte dans son ventre, l’échauffe comme un alcool fort.

La main qui explore sa cuisse se fait plus ferme. Volontaire, elle exige qu’elle ouvre les jambes, leur dévoile sa vulve déjà humide. Séverine résiste, mais elle sait qu’elle va céder, répondre à l’insistance de son assaillant, le laisser goûter à son sexe.

L’impatience monte en elle, elle sent des lèvres contre les siennes et répond à leur baiser. Peu lui importe qui elle embrasse, elle aimerait avoir les mains libres pour prendre part à la fête, caresser du bout des doigts, déguster de la bouche, de la langue, du regard, profiter du spectacle de ces hommes qui l’entourent, pénis dressé…

Vaincue, elle soulève sa jambe gauche, la décroise. Un temps de suspens. Les caresses ont subitement cessé. La regardent-ils tous s’exhiber ? Se consultent-ils pour savoir qui va la prendre ? Où sont les femmes de l’assistance ? Elle sent l’embarras l’envahir.

Un baiser sur son ventre, son aine, l’intérieur de sa cuisse, court-circuitent ses doutes.

La tête renversée en arrière, Séverine se laisse aller sous la langue qui explore son intimité, sous les mains qui ont repris leur danse sur son corps et accompagnent son plaisir.

***

Sur sa chaise, yeux bandés, vêtue uniquement de ses chaussures à talons, Séverine est sublime. Ses mains nouées dans le dos l’obligent à se tenir cambrée. Bastien la sent tressaillir lorsqu’il pose la main sur son genou. Il caresse du regard le corps parfaitement équilibré. Jambes élancées, taille fine, hanches arrondies, poitrine délicate. Une anatomie de jeune fille, en harmonie avec la timidité de la quadragénaire. Mais cette réserve, touchante à vingt ans, est inexcusable à son âge. Bastien se réjouit d’initier cette âme candide à des jeux licencieux.

Déjà, Alice, agenouillée devant Séverine, effleure la pointe d’un sein du bout de la langue. L’aréole, pâle et menue, se contracte et sa complice l’emprisonne entre ses lèvres.

Serge, qui se cantonnait jusque-là à un rôle d’observateur, risque une main le long du cou fin de Séverine. Respiration saccadée, muscles contractés, elle semble subir un de ces supplices subtils élaborés au Moyen âge.    

Tout démarre très bien. La seule fausse note pourrait venir de Philippe. Regrettable, s’il intervient brusquement pour interrompe le jeu. Bastien jette un coup d’œil sur le mari de Séverine. Assis aux côtés de Magaly, il observe ses invités explorer chaque parcelle de peau de sa femme. Bastien se félicite intérieurement  « On a tiré le gros lot : l’oie blanche et le mari candauliste ! La soirée s'annonce belle ! »

Il reprend ses caresses, sent Séverine y répondre, ses défenses mollir. Bastien sourit. La coquine cache bien son jeu ; sous ses airs sages, elle n’aspire qu’à se délurer…

Le maître de cérémonie s’enflamme. Déterminé à briser les dernières résistances, il cherche à décroiser les jambes de sa victime d’une main résolue. Il veut que l’ingénue s’ouvre, qu’elle s’offre, impudique, aux regards de l’assistance.

Séverine se défend et Bastien sent son envie de la soumettre s’exacerber. Il serait presque tenté de s’imposer par la force. Mais alors qu'il s'y attend le moins, d’elle-même, elle décroise les jambes et dévoile une vulve gonflée, brillante, moite. Un fruit dans lequel il aspire à mordre.

Ses partenaires ont interrompus leurs caresses. Serge, le teint vermillon, a les yeux rivés sur le sexe de Séverine. Alice attend, curieuse. Bastien regarde du côté de Philippe. Figé par le spectacle, il ne semble pas s’être aperçu que Magaly s’est colée à lui.

Bastien s’agenouille devant Séverine, parcourt son ventre, ses cuisses des lèvres pour goûter à ses arômes les plus secrets. 

***

Quel effet ça fait d’être livrée au bon plaisir d’un groupe ? Magaly se demande ce qu’elle ressentirait à la place de Séverine. Un trouble immense et délicieux, sans doute. Etre le centre de l’attention, victime soumise et consentante des délicatesses d’hommes et de femmes qui se consacrent à son plaisir… Elle serait presque jalouse de son amie qui monopolise l’intérêt de tous, y compris d’Alice.  Elle cache bien son jeu, celle-là ! Jamais Magaly ne lui aurait prêté des penchants saphiques. Pourtant, à la voir en ce moment, les lèvres sur le sein de son amie, plus aucun doute.

Magaly observe son mari. Allumé par la scène, il tente une approche sur la nuque de Séverine. Avec Serge, ils ont évoqué leurs fantasmes et se sont avoués être tentés par une expérience à plusieurs. Retenus par la crainte des conséquences sur leur relation, ils en sont resté au stade des rêveries. Et maintenant l’occasion se présente…

L’alcool, l’ambiance sulfureuse, tout incite Magaly à franchir le pas. Si Serge entre dans le jeu, elle ne va pas se contenter du rôle de spectatrice. Philippe, à ses côtés, tient son verre de Limoncello à la main. Sous ses airs impassibles, il ne perd rien du spectacle. Il observe ses invités s’approprier le corps de sa femme. Mis à part son souffle oppressé, on pourrait croire que l’idée le laisse totalement indifférent. Magaly baisse les yeux et décèle une bosse évocatrice à hauteur de sa braguette. Elle aimerait y poser la main, l'entrouvrir, se glisser à la rencontre du sexe tendu. Elle inspire profondément, hésite… et renonce, trop incertaine de la réaction de Philippe. Pour se donner du courage, elle se ressert un Cognac et se rapproche de son hôte.  

Séverine a fini par céder aux caresses de ses assaillants. Affranchie de sa pruderie, elle embrasse Alice à pleine bouche. Quand elle ouvre les cuisses et dévoile son sexe à l’assistance, Philippe frémit, dominant avec peine son excitation. Magaly, électrisée, hasarde une main vers l’entrejambe de son voisin.

Il serre violemment son poignet. Alors que Bastien s’agenouille devant sa femme, déterminé à la faire haleter de plaisir, Philippe attire son invitée à lui.

Magaly répond à l’injonction. Elle écarte le tissu de son string et s’installe à califourchon sur Philippe. Cette fois, plus de retour en arrière possible…

Report this text