Pays sage

mara

A la manière de ...

Pour faire le portrait d'une lectrice passionnée,

Peindre d'abord, sur le bord d'une rivière, un livre abandonné dans l'herbe tendre.

Peindre ensuite quelque chose de coloré,

quelque chose de doux,

quelque chose de profond,

quelque chose d'indispensable pour la lectrice.

Placer la toile contre un banc, dans une pelouse de trèfles, dans un jardin de romarin ou dans un champ de coquelicots.

S'asseoir sur le banc, sans un bruit, sans un geste …

Parfois, la lectrice se promène par là mais elle peut bien mettre quelques jours avant de revenir sur ses pas.

Ne pas s'impatienter, patienter... patienter si nécessaire une bonne semaine.

Ce n'est pas important qu'elle se précipite pour venir.

Cela n'aura pas d'effet sur la beauté du tableau.

Quand la lectrice est enfin là, respecter l'atmosphère paisible.

Patienter jusqu'à ce qu'elle s'approche de la toile et tende la main vers le livre.

Quand elle le saisit,

de quelques coups de pinceaux allonger son sourire

qu'il s'étende sur le vert duvet rêveur.

Regarder la, plongée dans les lignes sombres d'un univers inconnu, sans l' effrayer, pour ne pas faire ciller ses sous ciels d'azur.

Dessiner ensuite les détails du livre en estompant les couleurs les plus irisées.

Peindre aussi la délicatesse des pages qui se tournent sous le souffle de la passion, la lumière bleue de ses yeux et la magie d'une âme transportée dans une vie par procuration.

Admirer la façon dont elle vogue dans l'histoire.

Si elle oublie vite le livre c'est de mauvais augure_ augure d'un mauvais ouvrage!

Mais si elle oublie de boire, de manger, c'est une belle réussite.

Réussite que vous pouvez inaugurer. Tchin! Tchin!

Alors vous cueillez un coquelicot,

un pétale rouge sang

et vous devenez l'auteur(e) du livre,

du livre superfétatoire.
Report this text