Pensez à défaire mes sacs... Un jour.

cerise-david

Défi n°78 des Plumivores. Parce que c'est amusant et stimulant !

Il est 21H, je claque enfin la porte de mon loft. Le bruit de la rue s'évanouit, avec lui, les souvenirs de 6 semaines d'une mission à Paris. Vigipirate. Je laisse mes yeux s'habituer à la pénombre. Nous sommes au moins de juin et la chaleur d'Agen est déjà étouffante… vivement juillet et les plages de la côte. Il fait bon « chez moi ». Je m'y sens toujours bien, même si j'y passe très peu de temps. Je balance mes rangers contre le meuble et jette mon treillis puant dans ma machine. Je vérifie que mes cactus ont reçu le traitement de faveur pour lequel je paie ma voisine. Le silence, le calme.

Quelques instants plus tard me voilà rafraîchie par une bonne douche. J'enfile un « sweet » et ouvre mon frigo. Vide. Mon estomac aussi… je compose le numéro du seul asiatique et passé les banalités d'usage qui me rappelle que je suis partie longtemps, on m'annonce que je serais livrée dans 40minutes. L'éternité donc… Je regarde mes sacs. Et cligne des yeux. Ils sont toujours là. Ils seront toujours là, demain. J'allume ma télé incurvée et me jette dans les profondeurs de mon canapé. Il m'a suivie dans tous mes appartements… je crèverais sans doute avant lui. La musique de ma playlist démarre. Les petits culs des surfeuses se roulent dans le sable et je rêvasse, à des plages immenses et immaculées. Je prendrais mes billets demain, ou dans 6 mois, à mon retour… le temps passe si vite. Je ferme les yeux, inspire profondément. Voilà l'été, tout est plus léger. Même l'addition alors autant en profiter et faire le point… j'ai eu 30 ans, il y a quoi déjà ? 3 mois.

Je rembobine ma VHS… en souriant, ça n'existe même plus. Je me revois à 5 ans, debout devant mon bobtail. Je lui coupe les poils devant les yeux. Mon père me dit de faire doucement, très attention. Je souffle. Je sais faire. J'ai 1 an d'avance sur mes copines, je suis une grande déjà. Je fais les ronds toute seule à l'école. Même que la maîtresse me prête ses ciseaux. Je serais vétérinaire. J'ai décidé. Et à cet âge-là, quand on a une idée dans la tête, on l'a pas au derrière comme disait ma grand-mère. Je me revois ramener et soigner tous les animaux blessés du quartier. Et puis, mon chien est mort. Le vétérinaire l'a tué. Endormi c'est des mensonges. J'avais 13 ans. Lui aussi. Y'a un peu de mes rêves qui sont partis avec lui.

L'été suivant, je me suis mise au surf, pour crâner devant mes copines. Je n'avais pas de seins mais j'avais une planche. Et des super maillots de bain. Je voulais être Pro. Puis, j'ai essayé la danse et d'autres sports… aujourd'hui mes planches prennent la poussière toute l'année dans mon garage. Je les garde pour les couchers de soleil. À fleur d'eau, à fleur de peau… j'ai été championne dans plein de domaines. J'ai eu le BAC, j'ai fait la FAC… je m'y suis ennuyée… je rêvais d'ailleurs. De loin. Après tout s'accélère. Les images défilent. 10 ans en une fraction de seconde.

J'ai poussé une porte, puis d'autres. J'ai poussé sur mes bras. J'ai poussé les autres. Je me suis portée, j'ai vaincu la douleur, la peur, la pénombre. On m'a hurlé dessus et j'ai hurlé dans la nuit. Je suis devenue une ombre qui agit. J'ai vu des dizaines de pays en tout juste dix ans. J'ai appris à parler d'autres langues, à me servir de main pour dire bonjour ou merci. J'ai donné beaucoup, reçue davantage de gens qui n'avaient rien. Mais même les médailles des héros ont un revers… je ne suis pas toujours revenue. Pas entière. J'ai vu les merveilles de la nature être saccagées par l'humanité. J'ai vu la soif de vivre éparpiller la mort. J'ai arrêté de dormir. Pour échapper aux ombres, aux cadavres. J'ai perdu l'appétit, coupable d'avoir fait mon métier, alors que j'aurais voulu faire plus… ou autrement. J'ai sauvé des vies…

On sonne à la porte, je sursaute… j'appuie sur l'interphone.

- C'est le livreur. Vous ouvrez ?

- Je sors.

Je regarde mon canapé, mon intérieur. Rangé, ordonné, classé. Dehors le soleil brille encore. Je lâche un billet et un sourire. C'est important de sourire. Je jette un coup d'œil à la télé, la plage du clip est déserte. Faut que je prenne mes billets, mais pas tout de suite. Demain. Là, je vais rêver encore un peu… à ce que j'aurais voulu être. Parce que c'est aussi ce que je suis. Une rêveuse.

  • Je crois qu'il y a quelques années en m'inscrivant ici, tu es la première que j'ai lu. Je crois que c'est une amie commune qui m'avait recommandé ce site parce que tu y étais et que c'était cool. Je ne me souviens plus si c'était vraiment toi, si Sandrine (Marmouzette) te dis quelque chose... En tout cas je suis retombé par hasard sur ta page et je viens de lire tes foutues jolies lignes. Félicitations, vraiment !

    · Ago about 5 years ·
    10359045 10152533372514637 5247048458698352907 o

    Benjamin Katagena

    • Exact Benjamin. C'est bien Marmouzette qui aime autant mes mots que toi. Merci beaucoup en tout cas...

      · Ago about 5 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

  • J'aime beaucoup, c'est très beau.

    Au plaisir, MamZ'aile plume.

    · Ago about 5 years ·
    Img 3458

    mamzelle-plume

    • Merci, c'est plaisant de vous revoir MamzL' !

      · Ago about 5 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

    • C'est aussi un plaisir de vous relire ! ;)

      · Ago about 5 years ·
      Img 3458

      mamzelle-plume

  • j'aime bien, j'aime bcp. Tu racontes bien ces petits moments d’introspection, quand sans le vouloir la mémoire ramène toute cette vie d'avant, tel le sac et le ressac, ces images sans fin qui remontent et qui nous font sourire ou pleurer ... ou les deux !

    · Ago about 5 years ·
    Img 5684

    woody

    • AAHHHH Woody. Je te croyais envoler comme les mouettes et les souvenirs... Je suis ravie de te voir et de te lire. et de voir que je te plais encore un peu..

      · Ago about 5 years ·
      10712727 927438223957778 7773632960243052824 n

      cerise-david

Report this text