Poème : Confession

Paul Stendhal

Confession


Un des soirs d'été, où le ciel encore cuivré
Disparaît dans le firmament étincelant
D'étoiles, la Lune mère de l'éternité
Resplendit dans les cieux majestueusement.
 
A la clarté des lampes, ta fine silhouette
A l'allure désinvolte, fuyait furtivement
Dans l'ombre, et angoissée comme une fillette
Perdue, tu regardais les étoiles longuement,
 
Sombrant dans tes rêves et tes plus secrets désirs.
Dans un son doux et mélancolique, les soupirs
Du vent caressaient ton corps, l'enrobant d'un tendre

Linceul de fraîcheur ; frémissante de bonheur,
Tu murmurais quelques mots, que je pus entendre,
Et qui resteront toujours écrits dans mon cœur.

 

© Paul Stendhal
Domont, le samedi 31 janvier 1976
SGLC le dimanche 14 février 2016
  • Très tendre merci

    · Ago about 4 years ·
    389154 10150965509169069 1530709672 n

    sophiea

    • Merci à vous Sophiea pour votre tendre commentaire, ainsi que pour votre note.
      Au plaisir de vous lire.

      Bien cordialement.

      Paul Stendhal
      14/02/2016

      · Ago about 4 years ·
      Icone avatar

      Paul Stendhal

  • le vent léger et coquin la rendait frémissante de bonheur, aucun Paul ne resterait insensible aux soupirs ...

    · Ago about 4 years ·
    Page couverture avec sorci%c3%a8res 305 ko bis 326x461 rec 11

    Pawel Reklewski

    • Merci Pawel pour ton gentil commentaire. Ah ! quand les soupirs du cœur soufflent un vent de bonheur sur l'âme enamourée ...

      À bientôt de te lire.

      Bien amicalement.

      Paul Stendhal
      14/02/2016

      · Ago about 4 years ·
      Icone avatar

      Paul Stendhal

Report this text