Premier livre

Daniel Adams

La réponse est vaste car ce n’est jamais un seul livre mais plutôt des livres qui vous marquent et une bibliothèque qui s'agrandie et où s’empilent les chefs d'oeuvre et les raretés au gré des découvertes,  au fur et à mesure des auteurs que l’on veut embrasser tout entier, au fil des lectures dont les influences et les ascendances appellent d’autres lectures,  au hasard des quatrièmes couvertures qui nous invitent à feuilleter et à lire le premier paragraphe ou la première phrase ("C'était à Megara dans les faubourgs d'Amilcar"), mais c’est aussi la reconnaissance aux aînés, pères, frères, amis qui vont nous dire « tiens lis ça c’est bien crois moi», une éducation qu’on s’organise autour du Panthéon des grands auteurs qui eux-mêmes ont eu leur propre Panthéon qui eux mêmes…comme une filiation de lecteurs, alors on se demande, après tout ce voyage insensé, vaste comme peut l’être le continent humain et l’univers littéraire, lequel fut le premier ? Lequel fut déclencheur ? Lequel fut décisif ? Peut-être un banal polar, bien écrit comme un San Antonio de la grande période ? Ou alors un roman de Science Fiction oublié, tel « Substance Mort » de P. K. Dick ? Ou un livre capable de vous faire oublier votre solitude durant plusieurs jours tel « Guerre et Paix » de Tolstoï ou « Les illusions perdues » de Balzac ? Ou encore un de ces livres qui vous frappe au visage et vous réveille : les nouvelles d’Hemingway ou de Carver ? Ou bien le fleuve verbal d’un Miller ou d’un Kerouac qui vous emporte vers des estuaires inconnus ? Le style d'un Stendhal ou d'un Celine ? L'imagination folle d'un Kafka ou d'un Faulkner ? La beauté triste d'un Pavese ou d'un Baudelaire ? Le génie d'un Joyce ou d'un Musil ?….Peu importe au fond car l’essentiel est de continuer à lire et à se plonger dans l’immense monde de la littérature où les grands auteurs sont certes rares, surtout en ce moment, mais suffisant nombreux depuis trois cent ou quatre cent ans pour donner du plaisir pour toute une vie !

Report this text