Premières Fois !

Jérôme Ritzenthaler

J'observe tes prunelles en orbite,

Tels, des galaxies qui, dans la nuit

M'invite, au-delà des limites.

Mes doigts dévalent en délicatesse ton nez,


Comme tombe la neige, et roule depuis les sommets.

Ma bouche se fait orphelines

De tes lèvres libertines.

L'insolente chaleur, recouvre ta chair,


Doux brasier, qui attise mon ardeur aurifère

Je m'échoue volontaire, à ton estuaire,

Comme un pirate, ordonnerais l'abordage

De son propre navire.


Peu m'importe,

l'endroit sur ton corps.

J'y meurs,J'y revis,

Je chavire.


Chacune des secondes consumées,

est une danse haletante,

De nos chairs noué,

Où l'amour, valse avec la mort,



D'une intime danse,

Horizontale.

De notre ultime virginité en

Cavale.

Report this text