Quand on ouvre la braguette, le rock and roll se déchaîne

Jessica Staffe

A l’instar des Beatles, des Doors ou encore des Sex Pistols, les Stones  se sont attaqués aux tabous. Ils abordent sans détours la sexualité, s’en prennent volontiers à la religion ou encore à l’image de la Reine d’Angleterre. La jeunesse s’est donc émancipée et s’est identifiée à cette  déferlante Rock and Roll. Ces groupes venus d’Outre Manche,  incarnent un renouveau musical et un foisonnement culturel.

A travers des textes ouvertement provocateurs, Les Rolling Stones  ont porté un regard critique sur la société britannique muselée par le conservatisme.  Des morceaux comme Angie , Paint it Black et Satisfaction résonnent comme des hymnes.  Ces titres sont très largement repris par des groupes qui se réclament de leur héritage.

Sticky Fingers ou la transgressions des tabous

Une chanson comme sway rend compte de cette époque.  Sous l’emprise de la drogue et de l’alcool, ils ont composé leurs meilleurs morceaux.  Les rythmes lancinants  de la ballade Wild horses avec des rythmes plus lancinants évoquent une certaine tendresse et une grande sensibilité.  On peut donc la rapprocher d’Angie. Une forte émotion se dégage aussi  de la chanson I got the blues.  Ainsi dans cet album, les Rolling Stones explorent l’amour sous toutes ses formes. Ils se délectent  autant du péché de chair que de la passion amoureuse.

Cet opus est donc un concentré de vie. S’il s’ouvre sur un morceau rock pêchu, il se referme sur  Moonlight mile  qui s’avère plutôt langoureux.

Dans « Brown Sugar», ils expriment leur liberté de pensée et leurs points de vue sur la sexualité. Les corps qu’ils soient noirs ou blancs se mélangent, jouissent, bouillonnent de plaisir et s’ébattent sans aucun tabous ni complexes. D’ailleurs, ce sujet sulfureux a dû choquer de nombreuses personnes. Des paroles comme «  Brown sugar, How come you taste  so good now » et “ I bet your mama was a tent show queen” indiquent une volonté de bousculer les esprits bien pensants. Ces mots sont accompagnés d’une mélodie rock and roll entraînante. Le saxophone s’accorde parfaitement  aux riffs de guitare. Chaque instrument  trouve sa place. Ce morceau explose  comme de la dynamite à chaque note. Cette œuvre résonne comme un hymne. Aujourd’hui, ce titre demeure incontournable dans la discographie des Rolling Stones. Ce morceau ouvre l’album comme  une braguette ouvrirait un pantalon.

Sticky Finger : une pochette devenue mythique.

La pochette de l’album a fait scandale. Elle présente une fermeture éclair. Celle-ci se baisse lentement et laisse apparaître des dessous masculins.  Elle s’inscrit dans le pop Art.  Son auteur ne pouvait être qu’Andy Warhol. L’image donne le ton. Le contenu de l’album n’a donc rien d’étonnant.  Le titre aussi parle de lui-même. Pour la première fois, leur célèbre logo (une langue et des lèvres) est incrusté sur la jaquette. Aujourd’hui ce logo se suffit à lui-même pour représenter les Rolling Stones. Tout est dit. Il ne vous reste plus qu’à déguster cette gourmandise musicale sans modération.

Report this text