Rencontre

le-fox

« Quand même, se dit Fifrelin alors que son désœuvrement battait son plein, quand même, s’en prendre à un maréchal de France sous prétexte qu’il mangeait les petits enfants, c’est un peu fort. Surtout qu’il l’a bien défendue, la France, ce maréchal là. Et les services rendus à la patrie, alors, on en fait quoi ? De la gelée de salsepareille ? »

Un passant passe, qui saisit le propos au vol. Il fredonne maréchal nous voilà tu nous as redonné l’espérance, puis s’interrompt car la station d’épuration proche couvre sa chansonnette. Il apostrophe Fifrelin :

« De là à dire qu’il mangeait les petits enfants, il y a de l’abus. J’étais pétainiste, moi monsieur, et ne l’eusse point été si j’eusse su ceci. »

Contraint de dialoguer, de soliloquer Fifrelin cesse.

« Je parlais moi de Gilles de Rais, maréchal lui zaussi, qui bouta l’ennemi hors de nos filles et nos compagnes, de concert avec Jeanne la bonne Lorraine qu’Anglois brûlèrent à Rouen. Et si j’en cause avec cette déconcertante facilité, c’est que je l’ai vu à la tévé. C’est instructif, la tévé. Vous l’avez vous la tévé ?

- Un peu. Même que la tévé, je la capture avec une hyperbole.

- Vous êtes sûr que ça s’appelle comme ça ?

- Moi j’appelle ça comme ça, et si moi j’appelle ça comme ça alors que je suis votre seul interlocuteur actuel, vous êtes bien obligé de prendre mes mots à leurs valeurs faciale. Point n’est besoin d’ergoter.

- Vous êtes babélien ?

- De Pontoise, emprès Paris.

- Ce n’est guère loin, constate Fifrelin, qui sait sa géographie. La Cour y résida.

- Le Parlement y fut exilé.

- Ville d’art, sans nul doute.

- Ni d’art, ni d’eau. Et pourtant on y exposa un jour le cadavre d’un dauphin.

Fifrelin exprime son scepticisme :

- Vous êtes sûr que ça s’appelle comme ça ?

- Ah non, ça ne va pas recommencer.

 Le passant s’en va, furieux.

Du coup esseulé, Fifrelin retourne à son rien-foutre. A quoi pensait-il, déjà ? Ah oui, Gilles de Rais. « Quand même, se dit-il, quand même, s’en prendre à un maréchal de France sous prétexte qu’il mange les petits enfants, c’est un peu fort ».

Report this text