Satellite

Julien Darowski

Une lecture est jointe

Alangui dans l'acier de ma carlingue épave,
J'alunirai : volcans, cratères, mers de lave.
À l'unisson des soirs lugubres et béants,
Je foulerai son sol de mes pas de géant.


Poussières et débris s'amalgament en Lune,
Montagnes et vallées dans un désert sans dunes.
Fille des collisions de la Terre et Théia,
La titanide enfant d'Ouranos, de Gaïa.


Je marcherai sur sa face traumatisée,
Magma triste, roche à peine cicatrisée.
J'y percerai des trous, j'y forerai des puits,
Pour faire jaillir l'eau de ses chagrins enfouis.


Ses gouffres m'offriront les plus belles reliques,
Dans les plis boursouflés de sa chair métallique.
Et je resterai là à la bouffer des yeux,
À reboucher ses plaies, calme, méticuleux.


Notre planète meurt et tout le monde espère
Qu'il existe un ailleurs, une seconde mère,
Où règne la candeur de l'infini repos,
Où nous pourrions sans peur piétiner sa peau.

  • Quelle belle interprétation!

    · Ago almost 3 years ·
    Oeil

    anne-onyme

    • Merci Anne d'avoir pris un peu de temps pour m'écouter.

      · Ago almost 3 years ·
      3835 1154541268121 6208533 n

      Julien Darowski

  • Sombre et lunaire mais si bien écrit
    Bravo

    · Ago almost 3 years ·
    Fb img 1499274464706

    Intrigante

    • Merci beaucoup, j'ai ajouté une lecture au texte si jamais vous aviez envie de me donner votre avis.

      · Ago almost 3 years ·
      3835 1154541268121 6208533 n

      Julien Darowski

    • Très agréable à écouter, bravo et merci pour ce partage

      · Ago almost 3 years ·
      Fb img 1499274464706

      Intrigante

    • Merci à vous d'être revenue pour m'entendre

      · Ago almost 3 years ·
      3835 1154541268121 6208533 n

      Julien Darowski

Report this text