Symphonie n°1

menestrel75

Toute symphonie connaît plusieurs mouvements.
Elle, la jalouse, la possessive, l'exclusive amoureuse d'un Don Juan ,d'un libertin romantique ! C'est une hérésie.
Elle le soupçonne déjà d'écrire à pléthore d'autres femmes, femmes qui se pâment à la lecture de ses textes et cette seule idée la met dans une rage incontrôlable ! Elle veut bien entrer dans le jeu mais être l'unique, l'élue. Pas de partage possible ou envisageable. Elle le veut pour elle seule et qu'il le clame !
Folie, folie quand tu nous tiens…
Elle aurait aimé pouvoir se doucher le cerveau, le passer minutieusement au jet pour délivrer ses neurones de cette soudaine inclinaison qui asservit toute sa raison.
Pourquoi la choisirait-il, elle plus qu'une autre ?
Elle, sage comme une image,
Elle, sans expérience,
Elle, petite oie blanche ,
Elle, douce rêveuse…
Ariane passe devant le miroir, s'observe, lui plairait-elle ?
Il aimerait ses cheveux châtains aux reflets dorés, il aimerait ses yeux noisette en amande, il aimerait la rondeur de ses seins, il aimerait la cambrure de son dos, il aimerait ses fesses charnues, la blancheur de sa peau. Il aimerait son air malicieux. Il aimerait sa jeunesse. Oui, elle en était sûre, il la désirerait !
Rassurée, conquérante, elle se dirige vers son ordinateur, tape son message et lui envoie :
« Bercez mes oreilles d'écrites douceurs
Réveillez la part romantique de mon âme
Effleurez mon corps de subtiles caresses
Embarquez-moi dans votre, notre envolée lyrique
Rêvons ensemble !
Idéalisons…
Jouons puisque tu, je le veux !
Je ne serai pas tout à fait Moi.
Tu ne seras pas tout à fait Toi .
Nous serons tout à la fois extérieurs
et tellement présents à nous-mêmes. »
Le jeu commence.
Elle, timide et candide
Lui, assuré et virtuose
Leurs mots se mélangent, se désirent, se caressent . 
Leurs mots se répondent, s'attirent, s'aiment…
Elle aime les folies qu'il lui murmure, il aime les douceurs qu'elle lui susurre !
Leurs esprits s'enflamment, leurs corps se consument…
« Je revis par ta flamme
Tu me sais à la merci de tes mots
Esclave consentante de tes arpèges verbaux !
Touchant tour à tour mon pauvre cœur et mon humanité tremblante...
Court-circuitant mes fragiles certitudes
Réanimant mes dangereuses tendances romantiques
Tu prends ma main et m'entraînes dans ton aventure Arpègiaque. »
Les jours passent, il est temps pour eux de … de se voir, se rencontrer, de vivre leurs écrits...
Assis à la terrasse d'une brasserie parisienne, il ne cesse de penser à Elle, à demain, jour de leur premier rendez-vous…
Il est excité comme un adolescent. Il va enfin la découvrir, la respirer, la toucher, la tendresser.
Il avait su très vite qu'elle était celle qu'il attendait, elle l'avait agacé par ses hésitations, sa danse de midinette, un pas en avant deux pas en arrière, elle l'avait ému .
Comme la rose du petit prince, elle était capricieuse, exigeante, maladroite mais tellement attachante, touchante dans sa fragilité, sa sensibilité à fleur de peau .
Il pense à Elle, sa petite ingénue, sa jeune élève si talentueuse.
Il avait pressenti en elle des aptitudes exceptionnelles et elle ne l'avait pas déçu, l'alchimie entre eux était parfaite.
Elle progressait étonnement vite. La tortue s'était muée en féline panthère…
A suivre...sans doute...
Report this text