Tipitip!

eukaryot

Ballerine ! Légère, flûtiau à peine, notes tintinabulantes crissements infimes les pointes sur le parquet et soudain et soudain, mille et un oiseaux en lignes sur le fil caquètements en petits éclats de rire, ou de verre, flûtes encore, et tout ceci est décidément bien marrant. Parce que la petite musique continue même si le tragique guette, tu le vois bien, là, au coin de tous tes sourires, tu le vois ça tique de méfiance ça grince aux commissures, mais peu t'importe peu importe c'est vrai, parce que finalement, il s'agit d'être léger.

Donc, des ballerines. Pas d'étoile, non, certainement pas, l'ombre est plus confortable pour danser réellement, pas de regard, surtout pas de regard.

Regarder, c'est juger. C'est déjà gros pieds balourds imposer sa perception à la pureté des choses.

Plus rien n'est léger, drame ou farce suffit simplement d'allumer, de débrancher, et de regarder.

Je dis ça alors que je suis nu devant toi, et que sincèrement, les bourrelets en avalanche dandinante qui s'accumulent là juste en bas pas loin du nombril, forcément. Je perds en crédibilité. Mais quand même ! Apprend, toujours apprend à tendre vers le pas important, le léger, l'anodin, l'anecdote.

Le gosse qui attend que sa mère ait fini de faire la queue parce qu'il veut plus être là et il te regarde avec son désespoir, son monde. Le voile le soir tombe sur les lampadaires bien petits le ciel au dessus d'eux immenses et leur humilité leur honte à voir le jour finir en triomphe, eux qui s'éteignent soumis au petit matin.

Interludes.

Leurs spectacles baissent la tête se regardent entre eux et veulent capturer la danse notre danse, et il faut apprendre sans cesse, avancer sans cesse inventer sans cesse pour pas qu'ils nous attrappent, nouveaux pas et nouveaux bonds. De dehors, c'est vraiment grotesque, et il faut que ça nous fasse rire derechef parce que c'est qu'ils nous comprennent pas, pas encore. Il faut tomber amoureux tous de nous tous maintenant vraiment, parce qu'être amoureux, bordel, c'est inventer son langage. Notre langage. « Un langage auquel vous n'entraverez que couic », disait l'autre avec sa couronne de nuage dansant autour de son crâne chauve.

Amoureux légers et comme des ballerines, trois pas gracieux avant le coucher de rideau.

  • On se laisse embarquer d'emblée dans cette musicalité, dans cette course effrénée au bonheur. Là, maintenant, de suite, apprécions... j'aime !

    · Ago almost 10 years ·
     14i3722 orig

    leo

  • amoureuse de Ferré...

    · Ago almost 10 years ·
    Banksyyyy orig

    hello-44

Report this text