titre

Aurore Bernard

Toi vilaine prêtresse, maîtresse de la vie pleine d'alégresse penses tu vraiment que demain sera comme aujourd'hui ? pleine de oui pleine de non pleine de guignols sans figure, sans raison qui les tranfigure ; tu m'emmerdes avec tes espoirs qui nous font croire que demain nous seront tous des atypiques adorés par ces vauriens qui nous piquent dans la chair de ce rien qui nous définis, c'est finit le temps des cerises où quand on t'embrasse tu as les cheveux qui frisent... merde à la vie, merde à l'alors non...je ne te parlerai pas de la mort hé ! hé ! trop facile pour toi jeune fille gracile ; je ne veux plus sentir cet amour sans structure car la parole sans action est une bite de cochon qui sent le vieux saucisson... oublies moi s'il te plait ! ne me fait plus esperer où je vais rêver et ne vais plus ramer et sans rame je me désarme dans les flots du souvenir dans lequel tu m'as rendu maître de mon devenir...

Je t'emmerde moi aussi que crois tu ? que tu es seule dans ce tourment de vieux brigants? non tu les as comptés et tu sais que ça ne sert à rien de revenir à la ligne car c'est le meilleur moyen pour qu'ils t'alignent... alors moi aussi je les sème et à toi je te dis que...

Report this text