Troubles et Conséquences - Chapitre 4

Jeff Legrand (Djeff)

La réécriture avance bien, je termine le premier tiers. Je vous livre un nouveau chapitre, peut-être le dernier car on va attaquer le vif du sujet. Et je dois bien vous garder quelques surprises !

Avant

J'avais éprouvé des difficultés à gérer la transition entre l'avant et l'après David. J'étais persuadé depuis toujours que l'objectif de ma vie était de grimper les échelons, de faire monter mon brut annuel à la vitesse de mon égo. La chute était brutale. Du jour au lendemain, je ne trouvais plus de sens au sacrifice qu'exigeait l'investissement dans mon travail. Le prix à payer pesait déjà lourd lorsque mon coeur n'était habité que par Laure, alors avec ce petit être au besoin d'attention permanent en plus...

Au début, je me suis adapté. Laure bénéficiait de son congé maternité et je réussissais à limiter mes engagements les soirs et week-ends, pour la soulager et profiter un peu de mon fils. Les interactions étaient limitées, mais chaque « premier » restait un moment remarquable, d'une force jubilatoire unique. Même les sollicitations nocturnes ne rognaient pas sur la béatitude ressentie chaque minute passée à le contempler.

Au bout de quelques mois, il m'a fallu modifier mes horaires de bureau pour rentrer plus tôt. Laure travaillait dans une banque, à plus d'une heure de la maison, et ne pouvait pas s'occuper de David avant vingt heures. Je m'acquittais de cette tâche avec plaisir, même si cela m'obligeait à travailler tard après le dîner. Le temps que j'accordais à mon fils se faisait aux dépens de celui que méritait ma femme. Mais cela ne la perturbait en rien, fière de voir les efforts que je déployais pour nous. Heureuse de me voir assumer la paternité du mieux que je le pouvais.

Dans un couple, quand le bonheur vous porte en permanence, les efforts et concessions se font sans réfléchir. On ne le cherche pas au départ mais on se retrouve équipé d'œillères, avec un horizon plus ou moins clair mais commun. Nous nous aidions à franchir les obstacles posés sur notre route. Nous étions soudés.

Le temps est une variable parfois vicieuse de notre vie. Il la prend et la grignote par tous les bouts, déséquilibrant la balance projets/besoins, nous obligeant à une vigilance de chaque instant pour garder le cap de nos objectifs. Cette gymnastique m'astreignait à un rythme éreintant, mais je l'ignorais pour continuer à avancer sans fléchir. Sans avoir conscience que l'usure aiguisait mon mal.

Nous fêtions le deuxième anniversaire de David quand je fus pris d'une violente crise d'angoisse. Laure m'avait isolé dans la chambre alors que je convulsais. Ce n'était pas la première fois. Depuis longtemps j'ignorais les petits signes d'alerte de mon inconscient. Ce troisième malaise sérieux en moins d'un mois sonnait comme une alarme. Les crises se rapprochaient. J'avais appris quelques semaines plus tôt que je ne toucherais pas mes primes. Mauvais résultat annuel. J'étais dans une position assez inconfortable vis-à-vis de mes supérieurs. J'avais dû reprendre un gros rythme, en m'investissant de nouveau sans compter. Mais l'état d'esprit n'y était plus et la fatigue s'accumulant, corps et esprit ont lâché dans une belle union. Arrêté pendant près de deux mois, je plongeais dans la dépression à un moment de notre vie qui ne s'y prêtait pas. Je passais la plupart de mes journées seul à la maison, attendant dans un fauteuil le moment d'aller chercher David à la crèche. Tout du moins quand je le pouvais. Je me sentais si faible que le contact à autrui m'effrayait, un simple « Comment allez-vous Adrien ? » était pour moi une attaque, au mieux une moquerie.

— T'es sûre mon amour ? Tu as bien compris tout ce que ça engage ?

Nous étions assis dans le canapé du salon, tisane pour elle, cognac pour moi. Mon état s'améliorait mais il fallait que nous changions quelque chose à notre vie pour que cela perdure.

— Nous en parlons depuis longtemps, tu es prêt, c'est le moment Adrien.

Ses yeux, plongés dans les miens, me transfusaient ses certitudes.

— Ouais. Ouais, ça va marcher. Tout est ok avec ta mère ? Elle pourra garder David quand on en aura besoin ?

— C'est réglé, elle s'en réjouit. Tout est prêt et je n'ai plus envie de te voir triste, ton boulot t'a trop bouffé. Tu es un génie, tu réussiras tout ce que tu entreprends, je n'en ai pas le moindre doute.

Elle irradiait de tout ce que j'aurais voulu : volonté, conviction, espérance. David avait à peine deux ans et elle assumait déjà tout, même cette décision : j'abandonnais mon boulot pour monter un restaurant, vieux rêve qui m'habitait depuis longtemps. Les objectifs principaux de cette démarche étaient de retrouver le goût du travail et, à moyen terme, de me libérer du temps. Le projet pouvait paraître risqué, mais tout était maîtrisé, en tous cas sur le papier. Nous avons vendu nos deux appartements, quelques placements en obligations et acheté un joli immeuble de trois étages. Ce vielle hôtel était idéal pour intégrer notre appartement et les bureaux. Nous étions portés par une motivation inédite, quasi euphorique, alors que nous ouvrions ce nouveau chapitre de notre existence.

  • La suite, la suite ! Le chapitre 2 m'a moins emballé, mais le 3e et le 4e m'ont à nouveau séduits ! Je vois que les messages précédents datent un brin, donc je ne sais pas où tu en es, mais tu tiens une très chouette début de roman familial...

    · Ago over 5 years ·
    Default user

    sanka

    • Merci Sanka ! Et bien écoute oui, ça avance bien, c'est presque terminé ! J'ai retouché un peu la chap 2... J'espère que le livre te plaira, il devrait être disponible dans 2 ou 3 semaines !

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

  • Et t'es malin: flash back ! Bon, le bilan est positif: je suis dans l'histoire et taraudée de questions ! Bien amenée et écrite ton histoire. Un futur roman bien prometteur !

    · Ago over 5 years ·
    Fullsizeoutput 53f4

    Sylvie Loy

    • Salut Sylvie ! Content de voir que tu es de retour. Oui, le roman va fonctionner entre flash-back et présent, content de voir que ça te plait !

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

    • Moi aussi, je suis dedans à fond...j'attends la suite ou le livre; Je l'aime déjà

      · Ago over 5 years ·
      V  82bd

      Isabelle Leseigneur

    • Merci beaucoup Isabelle, comme c'est agréable de te lire ! :-) Ça me donne beaucoup d'énergie pour finaliser tout ça.

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

Report this text