UN MONDE IMMONDE S’ABIME

Jc Chupinho Delbierro

Le Rythm & Blues et les mots en canons anti-nazis ? Vous en avez rêvé ? Serge Gainsbourg l’a fait dans son album-concept sorti en 1975, Rock Around The Bunker.

Cet album est né de la persécution.

En 1944, Lucien porte son étoile de shérif. Il vit dans un pensionnat. Un soir, la Gestapo fouille l'établissement. Les responsables l'envoient se cacher, seul, dans la forêt. Il y passe la nuit entière, la peur au ventre, celle d'un adolescent réduit à l'état bestial, celle d'un israélite sans intérêt national.

En 1975, il est ce rescapé magnifique à qui il reste un os en travers de la gorge...

Alors, lorsqu'il prépare sa réponse, c'est le rythm & blues qui l'inspire... cette musique issue de la souffrance d'un peuple réduit, comme lui, à l'état de rien.

A coup d'allitérations aiguisées comme de longs couteaux, le petit juif à tête de chou dresse un portrait grotesque des Nazis et d'Hitler lui-même.

La dérision gainsbarrienne n'est plus très loin ; Hitler, la baudruche d'Autriche ; les SS, buveur de papaye sous leur chapeau de paille ;

Et au moment d'évoquer les camps de la mort, un quatrain interrogateur, toujours sous le signe du S :

Sont-ce qu'insensés assassins ?
Est-ce ainsi qu'assassins s'associent ?
Il eût fallu en plus qu'en Prusse
Ces processus se sussent !

Toute la profondeur de ce très pudique artiste nous explose aux feuilles de choux. C'est le sourire aux lèvres que l'inévitable vérité s'impose ; Cet homme a souffert et ne pu jamais se résoudre au bonheur.

Est ce est ce si bon ? Non, c'est magnifique !

Report this text