Une femme

menestrel75

❝... Femme... tant de qualités...
Infinis sentiments concentrés en un seul être...
sensibilité et force reflètent votre âme... tous les jours sont vos...
les heures... les minutes... L'éternité...
Dieu a pensé à chaque détail de sa splendeur...
T'a fait ange... T'a fait l'amour... T'a fait essentiel pour la vie...
Femme... y a-T-il un mot plus doux à prononcer ?
... que tous ses jours soient de délicatesses... câlins et amour !❞

Je songe, dans mes rêves comme dans mes pensées,
à cette femme révélée, aux contours indéfinis.
Celle qui frissonnerait au contact de mes mots.
Celle qui aimerait tant à jouir dans sa tête de mes désirs.
Et pas que dans sa tête.
Je lui dirais en silence tout le bien que je lui souhaite.
Elle l'attendrait pourtant, ce guide qui l'exalte,
ce complice qui la guiderait,
ce double qui la comprendrait sans qu'elle s'exprime.
Elle et le reflet d'elle aimeraient sentir leur culotte mouillée
quand mes mots les caresseraient.

Je songe donc à cette femme, farouchement indépendante,
jalouse et exclusive,
jalouse de son jardin secret, qu'elle espèrerait pourtant me voir doucement piétiner mais sa crainte et sa pudeur lui font manquer tous les rendez-vous avec elle-même.
Elle songerait parfois à cet homme qui l'ouvrirait délicatement comme une fleur.
Cet homme qu'elle aurait pu rêver elle-même ouvrir à ses propres attentes.
J'aimerais à la troubler, de près, de loin,
insensiblement ou triomphalement.
Une femme, une louve, une chatte.
Je me vois Romulus et Remus tout à la fois.
Elle me sentirait, non, elle pourrait me sentir maître et mendiant. 
Me voulant tout à la fois aussi quémandant qu' ordonnant.
Elle aurait répondu à ma demande...
sans avoir le sens du temps perdu...
Elle m'aurait promis de respecter nos rendez-vous
mais elle ne m'en dirait rien.
Elle n'a pas su accepter ni continuer, souffrant d'un blocage... 
Je la désirais émue quand je magnifiais ses faiblesses
autant qu'elle-même aspirait à  posséder ses faiblesses propres.
Elle me regardait du bout des doigts ...
comme par le petit bout de la lorgnette...
Le petit bout... eh oui, le mien pourrait-il l'attirer ? !!!
S'ouvrir au monde, le connu , le moins connu.
S'ouvrir à l'inconnu. Au méconnu.
Une femme. Un homme.
Une femme et un homme.
L'un sans l'autre.
La prendre sous son aile.
Le prendre d'une étincelle.
Sait-elle toute la joie qu'elle pourrait vivre... ?
Ma personnalité lui était-elle étrangère, hermétique,
imaginant que j'aurais pu "jouer" à ces jeux délicats sans éprouver respect, estime, intérêt?
Je n'ai jamais accordé ma confiance à une femme pour laquelle je n'aurais pas ressenti de la complicité, de la connivence.
Aurait-elle hésité à affirmer être prête à découvrir la tendre fermeté de mes mains sur son séant...
Il lui aurait suffi donc de m'inviter à l'emmener, 
où elle l'aurait désiré, pour découvrir que mes promesses à moi
n'étaient pas faites en l'air et que je n'aurais pas hésité à la coucher sur mes genoux et à trousser sa jupe...
  • Peut-être vous a t-elle invité, peut-être avez -vous refusé de l'entendre ! Votre romantisme égalant votre peur.

    · Ago over 3 years ·
    Louve blanche

    Louve

    • Peut-être, peut-être... Peut-être ne s'est-elle pas exprimée, peut-être en effet que c'est la faut de mon romantisme

      · Ago over 3 years ·
      Cavalier

      menestrel75

    • ;) ;)

      · Ago over 3 years ·
      Louve blanche

      Louve

  • Une femme, une Femme...

    · Ago over 3 years ·
    Coquelicots

    Sy Lou

  • Vous courez de grands dangers, vous êtes victime d'un romantisme rare. Mais j'adore.

    · Ago over 3 years ·
    Mauve

    marivaudelle

    • Eh oui bien malheureusement, on est toujours en danger quand on se découvre. Merci, j'aime beaucouup que vous adoriez

      · Ago over 3 years ·
      Cavalier

      menestrel75

Report this text