Une forêt de rois levés.

eukaryot

Se foutre de la gueule du monde, et en l'air, avec joie!

Tenir dans ses mains et au bout des yeux le rêve caressé de loin, en secret, furtif, rire d'absolument tout, ne rien épargner de ses crocs, surtout pas l'immonde, surtout pas les restes.

Ne pas éprouver de remord à voir ces gueules décaties, ces cravates défaites, ces costards vides, se départir de leur essence, à mesure que votre rictus grandit viandard, à mesure que vos mots et vos gestes pèsent de tout leur poids sur la balance de leur morale mensongère, de leurs règlements fabriqués, de leurs rêves à présent aplatis...

Faire de votre vie un poème, et déclamer les mains vides, les yeux clairs et la tête droite, toujours la tête droite, et si vous découvrez un jour, que vous penchez, dites vous que c'est le monde qui est oblique, que les murs ne portent plus les tableaux, ni les enfants leur mère, et aux heures où les chiens fouillent leurs poubelles devant toutes les télévisions du monde, sortez dehors, toujours dehors, et pensez bien que l'espace infini devant -partout- est à vous, et à vous seul.

Foutez vous des bulletins, zinzinulez joyeusement dans les mairies et les préfectures, faites du bruit là où on vous impose silence, répondez à celui qui exige la soumission, car il est le soumi, il accepte.

N'acceptez jamais, soyez par défaut contre, tous contre, ensemble contre, dites niet, dites non, dites le sexe et faites le dans le vin et dans la drogue, oubliez votre téléphone viseur, oubliez les mires qui vous cadrent, élargissez la cage de votre perception, soyez saints, sacrés, fous, obscènes car « le vrai est un moment du faux », le rêve ne cesse jamais, surtout pas au réveil.

Ne portez pas de cravate, ou alors autour du sexe, n'obéissez jamais, jamais, lorsque tout en vous hurle la colère et la révolte impuissante, ne vous présentez pas au rendez-vous administratifs ou magiques, oubliez les arcanes des bureaux et les tableaux excel sans organes .

Foutez en l'air tous les manuels et apprenez vraiment, par vous même, personne ne pourra jamais vous indiquer votre façon, votre voie, c'est un chemin solitaire parsemé de croisements jolis et de ruelles dangereuses, mais marchez en confiance. N'acceptez jamais, ne grandissez jamais. « Rien n'est vrai, tout est permis. »

Soyez.

« Fais n'importe quoi, mais fais le avec joie ». H. Miller.

Report this text