Va crever.

fefe

Hummmm....Dans le hall impérial, juste après la danse, le roi s'est joué de nous.

Tu vas pouvoir remettre ton casque et continuer de pleurer les Eagles. Tu continueras de regarder tes séries pourries, à nettoyer la hotte tous les dimanches, la hotte qui ne sert à rien.

Tu contrôleras toute seule que le chat n'est pas sortis par la fenêtre. Le chat ne sert à rien lui non plus. Tu n'auras plus personne à ramener trop tard de boîte de nuit, tu n'auras plus à supporter d'excédents d'énergies, tu n'auras plus besoin d'avoir mal au bide, ton bide qui ne servira jamais plus à rien sinon qu'à ressortir toute la merde que tu as dans la tête.

Gardes tes crédits, ton endettement. Gardes ton argent, ton mépris. Restes assise sur tes principes, ta fausse pudeur. Ces caprices excessifs, ces larmes qui t'épuisent.

Tes amis voudront seulement te tringler, tu seras dans ta bulle à tenter d'emmener quelqu'un d'autre dans ton désespoir.

Ce goût délicieux que tu avais dans la bouche est dégueulasse d'amertume. Tu plisses les yeux parce que tes papilles condamnent ce qui t'arrives maintenant.

Plaît toi à comprendre que tu es folle. Continue de chialer sur ton triste sort, jouie de ta douleur; le drame à son charme. Aie pitié de toi, saches avant d'essayer que tu ne survivras pas à la hauteur de tes 4 étages.

Tu n'auras plus besoin d'entendre que tu es une pauvre fille car depuis tu le sais. Tu n'auras plus jamais besoin d'être convaincue. Tu as tout perdu.

Tu as ordonnée les dégâts lorsque j'ai demandé ta main. Bientôt plus aucun de tes doigts n'auront pas été pulvérisés par une surface presque aussi dur que toi.

Débarrasse-toi de ce qui ne t'appartient plus, rends ce que tu as pris sans rien demandé. Fais-toi une raison du silence, de l'absence ; dans ton interminable solitude.

Imagines-toi ce que tu rates, aie conscience que ta vie ne sera plus jamais la même. Qu'elle n'avait jamais été aussi belle.

Les UV ne soigneront plus ton teint si pâle. Ton cœur tout mou n'attends plus d'autres cicatrices. Tu n'empêcheras pas l'hémorragie d'opérer ta vie.

D'emmerdes-toi, donnes toi du temps, mais tu n'auras plus envie d'être aimée.

Tu accepteras ton malheur. Tu verras, c'est délicat; Mais n'espère plus croire au bonheur.

Report this text