VERTIGE( LA SUITE ENCORE)

mysterieuse

« Avez-vous un peu de temps devant vous, ou bien allez-vous soudainement vous lever et me dire , ravi d’avoir fait votre connaissance, mais bla bla bla , enfin vous voyez , vous esquiver sans autre forme de procès

-Effectivement, je n’ai guère de temps devant moi, j’ai un rendez-vous, qui tarde à arriver du reste. Mais donnez- moi une raison d’annuler.

-Je vais essayer. Il y a quelques années j’ai fait une rencontre virtuelle. Appelez cela comme vous voulez, un concours de circonstance, un coup de pouce du destin .Rien ne pouvait laisser prédestiner une telle approche. Tout nous séparait, mais une relation épistolaire naquit entre nous. Il avait ce talent fou d’éveiller chez moi d’instantanés désirs .Il en usait, abusait. Au travers de notre correspondance, nous ne tardèrent pas à comprendre que le même esprit nous habitait mutuellement, celui du charnel divin, débarrassé de toute attache sentimentale, de tous tabous malsains. Rapidement, j’ai illustré  mes courriels de photos .Oui c’était vraiment un véritable talent, au vrai sens du terme, qu’il avait de me procurer frissons, émotions  derrière son clavier. Une expérience exceptionnelle, s’il en est .je ne suis pas de celles qui s’enflamment impunément, mais il a su  , au fil du temps , installer une complicité érotique rare argumentée de mots,  des plus doux aux plus osés.il savait à quel point  et à quel moment ,il pouvait me faire chavirer en un instant .Il savait combien je pouvais me dévoiler , me mettre en scène dans un effeuillage savant, une mise à nue sensuelle .Ni la distance , ni son manque de présence , pas même son absence d’ apparence visuelle ne m’ont jamais  fait défaut .Bien au contraire .


Il m’a appris le fantasme, il m’a appris la liberté sexuelle. Il n’était pas rare que j’épice nos pulsions, lui ici et moi là-bas, de caresses bien réelles, du bout de mes doigts, du bout de mes lèvres, cavalière sensuelle et solitaire de ses rêves  de profusions orgasmiques. Dans ces moments d’intimité virtuelle, il me désirait comme une tentation inaccessible, un fantasme éveillé, alors que mon corps possédé d’une fièvre diabolique  exprimait mon plaisir sous ses yeux ébahis, jusqu’à l’orgasme éclaboussant .Je n’ai jamais su, si il bandait pour moi .Il le disait quand il réclamait ma jouissance. C’est à son souffle appauvri et plus rapide que je reconnaissais le degré de son excitation. 

Tous les sens sont à l’affut quand on est privé de vue, c’est un peu comme baiser dans le noir, quand on est vu sans voir, un bandeau sur les yeux .Avez-vous déjà fait l’amour les yeux bandés ? Non bien sûr, je le vois à la teneur de votre regard, mi- intrigué, mi envieux.

-Mais pourquoi  me racontez-vous tout cela ? En vérité vous éveillez furieusement ma curiosité …L’avez-vous rencontré ?

-Non, jamais ! Il ne s’est jamais montré à moi …Il a disparu comme il était apparu …mais il est toujours là quelque part !

-C’est une histoire dingue, mais pourquoi …

-Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce que vous engendrez les même désirs que j’éprouvais pour lui et que cela ne m’est pas arrivé depuis bien longtemps .Pourquoi me direz-vous ? Votre regard, cette insistance voyeuse et soyeuse, ce désir que je vous dévoile mon intimité. C’est une bien belle histoire pour vous d ire que j’ai envie de vous, de baiser avec vous, de faire l’amour peut être …Et vous, vous êtes bien concret et prêt à être croqué…

-Eh bien ça a le mérite d’être clair .Et qui vous dit que je vais accepter ?

Un sourire mi ange, mi démon se dessine sur le visage de la divine ensorceleuse !

 Il le sait, avant même de l’avoir goûtée, elle fait partie de celles qui vous inondent  en volupté, à la limite de la rupture, qui vous chevauchent et vous dominent, le temps de l’ascension, comme en lévitation dans le plaisir qui dure …et puis qui s’offre sans condition à vos plaisirs de domination …

« Alors que faisons-nous, jeune homme ?

-Je vous suis …

-Parfait ! Mais suivez-vous  toujours avec autant de confiance les femmes qui vous séduisent et vous invitent à une partie de jambes en l’air !

-Non ! Pas que, mais …tout simplement, cela ne s’est jamais produit auparavant  aussi directement !

-Cela vous gêne ? Vous pouvez encore renoncer !

-Pas le moins du monde ! Vous me plaisez résolument  et votre audace m’a séduit ! »

Ils sortent discrètement sous le regard amusé du serveur qui lance avec désinvolture

« A demain, Camille »

  • Toujours d'actualités la tendresse!

    · Ago about 6 years ·
    Image

    Philippe Larue

    • Et la tendresse bordel...

      · Ago about 6 years ·
      Thumbnail (2)

      mysterieuse

  • pardon, mes doigts fourchent, je disais donc que, ça me mettait dans un état, fou, ma peau et mon corps chevauchaient.... si je puis dire... et plouf il est parti, me laissant seule...... enfin non pas exactement....
    J" adore ton texte, cœurs.

    · Ago about 6 years ·
    Avatar

    Helene Bartholin

    • ravie de rememorer des souvenirs .....

      · Ago about 6 years ·
      Thumbnail (2)

      mysterieuse

    • Chère Mystérieuse,
      Je me suis retrouvée comme toi dans des états plus curieux... suées et désirs à leurs combles..... à me découvrir des côtés plius que coquins.... je pense qu'il s'agit du même personnage.....
      Je t'embrasse et à vite pour te lire....

      · Ago about 6 years ·
      Avatar

      Helene Bartholin

  • Alors Mystérieuse,
    Je connais cette relation troublante, je l'ai moi aussi vécue, ç

    · Ago about 6 years ·
    Avatar

    Helene Bartholin

Report this text