Violence (pas) ordinaire.

mamselle-bulle

" Si j'te recroise un jour j'te crame sale gouine !"

Le décor était posé.

Le type hurlait, planté à côté de la voiture de Lou. (à s'en péter les cordes vocales.)

Lou avait mal mais ne disait rien, la trouille au bide, elle espérait qu'il se lasse.

"Dis rien Lou j't'en prie, il va partir, il va partir. " 

Alors, muette, écoutant les conseils de son amie, Lou ne prononça plus un mot.

Ce fut long. Très long. Trop long.

Plus douloureux encore qu'un coup de poing dans la gueule.

Pendant ce temps là, le type, plein d'assurance, continuait son monologue insultant.

" J'te jure, descends même pas j'te saigne, les gens comme toi mériteraient de crever, bande de tafioles de merde !"

Le décor continuait de grandir, toujours plus sombre, toujours plus merdique, toujours plus destructeur.

Alors appliquant les conseils de son amie, Lou continua de se taire. Laissant son fort caractère de côté. Ceci devint une habitude.

Mais chaque jour les insultes, toujours plus nombreuses, entaillaient sa chair et grandissaient comme une ombre collée à ses pompes.

Lou se sentait impuissante. Incomprise. Mal jugée. Les mots résonnaient en boucle dans sa tête. Ainsi qu'une question, qui revenait, sans cesse :

" Pourquoi ? "

Report this text