Virus - GUARDIAN Tome 1

ayalys

Incipit :

Chapitre 1 :

Siobhàn

Des bips qui se succèdent, le ronronnement d’une machine.

Je reprends petit à petit conscience de mon environnement avec l’impression d’émerger d’un profond sommeil. Le réveil s’annonce dur. Mon cerveau est brumeux et une migraine sourde me taraude. J’inspire à fond, luttant contre l’engourdissement. Une odeur d’antiseptique assaille mes narines et me fait froncer le nez, imposant à mon esprit une étrange pensée : je ne suis pas chez moi ! Mais où, alors ?

J’entrouvre les paupières avant de les refermer aussitôt. La luminosité ravive mon mal de tête et j’ai maintenant l’impression qu’on frappe une enclume à l’intérieur de mon crâne. Le bip retentit toujours avec régularité, en accord avec ce martèlement incessant. Une grimace déforme légèrement mon visage. J’essaye de me rassurer : si je ne suis pas dans ma chambre, ma cousine, Irina ne pourra pas profiter de cet instant de faiblesse. Où que je me trouve, je suis en sécurité vis-à-vis de ses mauvais traitements…

La douleur diminue progressivement. La première fois m’ayant servi de leçon, je m’abstiens d’utiliser mes yeux. Je tente donc de faire le point sur ma situation avec d’autres sens : les draps sont rêches contre ma peau, je ne porte plus que mes sous-vêtements. Ma respiration s’accélère un instant avant que je n’en reprenne le contrôle. Tant que je n’ai pas plus d’informations, paniquer ne m’aidera pas. Je me concentre de nouveau sur mes sensations : un tuyau passe sur mon visage et du sparadrap est collé à plusieurs endroits sur ma poitrine et sur ma main gauche. J’essaye de bouger cette dernière, mais elle est douloureuse et j’abandonne aussitôt.

Je soupire, avant de me  redresser brutalement, les yeux écarquillés, quand une révélation déchire les limbes de mon esprit : je suis à l’hôpital ! Mon corps proteste à ce traitement. Je ferme un œil sous la violence de la douleur qui me vrille la tête. Une main se porte à mon front, l’autre se raccroche au drap, quand un vertige me prive de mon équilibre.

Ma respiration se fait saccadée tandis que le bip accélère et augmente d’intensité. Que s’est-il passé ? Mes derniers souvenirs continuent de m’échapper et restent flou. Plus je fouille, plus ma tête me fait souffrir. Cela en devient presque insoutenable. J’essaye de me calmer. Les réflexes acquis depuis l’implantation de ma puce à douze ans me reviennent : commencer par les bases puis remonter progressivement le fil des souvenirs. Mon enfance défile rapidement dans mon esprit. J’arrive à mes premières connexions à la version sécurisée de Faerie en RéA, le mode de Réalité Augmentée.

Un mouvement sur ma gauche m’interrompt : je n’avais même pas remarqué qu’une autre personne se trouvait avec moi ! Une main se pose sur mon épaule, provoquant un sursaut. Je me dégage d’un geste. L’inconnu s’écarte pour me laisser de l’espace. Mes yeux se lèvent vers son visage. Il me faut seulement une fraction de seconde pour reconnaître Keïron.

Heureusement, car ces quelques instants sont déjà de trop. Malmené par mes mouvements trop brusques, mon corps se rebelle et une nouvelle vague de vertige me fait basculer vers l’arrière. Keïron me rattrape de justesse et me serre contre sa poitrine, assurant mon équilibre. Sa main remonte le drap sur mes épaules, tandis que sa voix chaude murmure à mon oreille :

- Tout va bien, ne t‘inquiète pas.

Les mots se répètent en une apaisante litanie. Je me laisse bercer comme une enfant par le jeune homme. Ma respiration se calme. J’inspire pour la première fois son odeur. Masculine, boisée, elle est beaucoup plus agréable que les effluves médicaux. Je me sentirais presque bien, si j’oubliais ma migraine et mes courbatures. Je ferme les yeux et profite de la sécurité que me procure cette étreinte pour replonger dans mes souvenirs. Si je continue à les remonter progressivement, j’arriverais sûrement à comprendre ce qu’il s’est passé.

Ma tête repose contre l’épaule de Keïron et je décide de me servir de lui comme fil rouge. Je l’ai rencontré lors d’une de mes premières connexions complètes, ou AvA, comme nous les surnommons en référence à l’avatar que nous utilisons. Ce mode n’est autorisé qu’à l’âge de quinze ans quand les limitations de nos NanoPuces sont levées. Cet âge est attendu par tout le monde, car la possibilité de se balader dans Faerie comme dans un véritable monde virtuel est vécu comme un rêve par beaucoup d’enfants.

Je me souviens avoir été la cible des moqueries des autres enfants. Ceux-ci ont commencé à m’éviter quand ils ont compris que l’AvA ne m’attirait pas du tout. Je me sentais bien avec mes parents, aimée. Je n’avais pas besoin de Faerie pour m’évader. Après leur mort, je n’avais toujours aucune volonté de fréquenter des inconnus par l’intermédiaire de ce réseau social. Le comportement de ma famille d’adoption, accroc à celui-ci, me rendait même encore moins impatiente de pénétrer dans ce monde.

L’âge fatal était finalement arrivé. Pour mes quinze ans, je m’étais connectée en AvA, le ventre noué. Pour ma première expérience, j’avais tenté TwoGether, l’application de rencontre proposée par Faerie, incertaine quant à ce que j’y trouverais. Ce n’est qu’à ma troisième utilisation de celle-ci que Keïron et moi avions vraiment commencé à faire connaissance.

~~~~

6 mois plus tôt.

Connexion AvA autorisée. Accès : Twogether.

J’ouvre les yeux sur le monde virtuel de Faerie. Sans surprise, je retrouve autour de moi le décor habituel de cette application. Le parc, ses tables et ses bancs s’offrent au regard de mon avatar. De nombreuses personnes sont assises, d’autres vont et viennent d’une table à l’autre. Sur les bords, dissimulées entre les arbres, des tonnelles accueillent les couples qui veulent un peu d’intimité.

L’avatar est sensé donner l’impression d’être dans un vrai corps, mais il me manque toujours les odeurs et les bruits de fond. Le monde réel, où les conversations entre personnes non autorisées à se fréquenter sont interdites, est très silencieux, mais il existe quand même cet arrière-fond sonore que je regrette tant en AvA…

Je me dirige rapidement vers une des barrières qui entourent la place principale. Pour l’instant, je préfère rester spectatrice. Personne ne semble se soucier de ma présence. Cela pourrait se comprendre, mon profil n’est pas ouvert et j’ai renvoyé toutes les personnes qui ont tenté de m’approcher jusqu’à présent.

Un grésillement, le décor vacille. Pendant quelques instants tout ce qui se trouve autour de moi se transforme : des lignes de codes, des écritures bleues et noires lumineuses, délimitent désormais les contours en 3D de ce qui m’entoure. Puis tout reprend son aspect normal. Je soupire. Et dire que je pensais que l’accès complet me débarrasserait de ce problème de connexion.

Je m’apprête à quitter l’application quand un mouvement me fait sursauter. Un jeune homme s’est adossé à la barrière à côté de moi. Il ne dit rien et contemple le décor. Je détaille son avatar du coin de l’œil : un peu plus âgé que moi probablement, les cheveux bruns coupés courts, peut-être un peu trop à mon goût. J’ai déjà eu l’occasion de l’observer pendant mes deux premières visites ici : il zigzaguait entre les tables, passait d’une personne à l’autre sans jamais s’attarder. Son regard a quelquefois croisé le mien. Je suis même certaine que c’est bien un sourire qu’il a caché en se détournant rapidement la dernière fois.

Mes sourcils se froncent sous l’agacement. Je sais qu’il n’est pas venu s’accouder ici par hasard, et qu’il a conscience que je l’examine. Je le devine au petit sourire qui est venu danser sur ses lèvres, même s’il le dissimule bien. Et pourtant, il regarde toujours devant lui et ne me parle pas. Gargouille ! Il a parfaitement réussi son coup : je suis intriguée par son comportement. Je peste quelques instants, mais la curiosité est plus forte et je finis par céder.

Je me connecte sur son profil et celui-ci s’affiche à côté de lui. Il se tourne légèrement vers moi et m’adresse un clin d’œil. Keïron Neman, dix-sept ans, célibataire sans préférence, ce qui signifie qu’il n’a personne en vue. Ah ! Tiens, étrange. Mais pas illogique, je ne l’ai jamais vu rester plus de cinq minutes avec la même personne. J’examine ses connaissances et penche la tête. Un des noms parmi ses amis proches me semble familier. J’ordonne à la NanoPuce d’ouvrir le fichier de Yui Sagawara. J’avais raison ! C’est bien la compagne de Ren, un de mes seuls amis.

Je vais feuilleter les derniers fichiers vidéo et audio auxquels il s’est intéressé. La liste m’apprend qu’il m’écoute souvent chanter en duo avec Ren quand Yui nous accompagne. Il écoute même nos trios plus souvent que les prestations de ces derniers. Je découvre aussi de nombreux fichiers où je chante seule, alors qu’il ne traîne que très rarement sur les applications de chant ou de musique.

Je me sens flattée par son intérêt, et j’éprouve l’envie de lui laisser une chance. Bon d’accord, je le reconnais, il m’a séduite avec son insolence et sa façon de ne pas me forcer. Je croise son regard rieur, il se moque gentiment de moi. Je ne peux m’empêcher de sourire en réponse, surtout que j’ai repéré sa gêne quand j’ai fouillé les fichiers de musique. J’interroge l’horloge : il est l’heure de mon rendez-vous avec Ren. J’archive son profil et me déconnecte de TwoGether.

Bible des personnages :

Siobhàn : Gardienne, 15 ans ½.

Elle a perdu ses parents trois ans auparavant. Depuis elle vit avec son oncle, sa tante et sa cousine, sa seule famille encore vivante. Elle a perdu son frère Damian depuis bientôt un an dans une descente du gouvernement. Cet épisode l’a profondément marqué. Très solitaire, terre-à-terre, elle accorde difficilement sa confiance et préfère se consacrer à ses deux activités favorites, le chant et la GRS. Sa relation difficile avec sa cousine lui a appris à défendre ses idées sans jamais provoquer et en tenant toujours compte de l’avis des autres.

Le comportement de sa famille adoptive diffère beaucoup de ce qu’elle a connu avec la sienne. Cela la pousse à s’interroger, surtout quand elle s’aperçoit que cette différence s’atténue sur Faerie. Elle découvre son statut de Gardienne assez tardivement. Elle prendra le temps de réfléchir avant de les rejoindre, même si leurs actions vont dans le même sens que ce qu’elle défend.

Keïron : Gardien, 17 ans.

Il termine des études d’informatique et d’entretien du réseau. Il a rejoint les Gardiens, dès qu’il a pu se connecter. Il vit seul car ses parents sont partis là où est caché l’unité centrale d’Abel pour assurer sa maintenance.

Il veille sur Siobhàn depuis qu’il est en âge de le faire et qu’il sait qu’elle doit devenir son binôme. Thor, la manifestation dragon du programme inclus dans son Whisper, a été repéré par Siobhàn pendant ses connexions sécurisées. Il s’est attaché à Siobhàn. Il a tendance à foncer sans réfléchir, à être un peu trop franc et à éviter de parler de sentiments. Cela compliquera avec la jeune fille car il a préféré gagner sa confiance avant de lui parler des Gardiens. Il culpabilise car il pense qu’il a mis la vie de Siobhàn en danger en attirant Ashura sur elle. Il aura besoin de toute l’aide de Yui et Ren, des amis qu’il a en commun avec Siobhàn, pour se réconcilier avec cette dernière.

Alexeï : 24 ans.

Il est programmeur pour le gouvernement. Il a été très ami avec Damian, le frère de Siobhàn et est devenu une sorte de grand frère de substitution pour Siobhàn, même s’il ne l’a jamais rencontré que sur Faerie avant le début de l’histoire. Siobhàn et lui ont fait leur deuil ensemble. En tant que programmeur, il est amené à côtoyer régulièrement l’IA de Faerie.

Lorsque le gouvernement lui demande de créer un virus pour reprendre le contrôle de l’IA, il accepte. Mais, parce qu’il en veut aux gouverneurs pour la mort de Damian et de sa sœur, il laisse faire quand il se rend compte que Viviane bidouille son virus. Par précaution, il crée quand même un antidote. Mais ni lui ni Viviane ne s’attendait à perdre le contrôle d’Ashura et à mettre en danger tout le réseau. Sa petite amie est la première à mourir suite à une attaque d’Ashura, montrant les défaillances de son antidote.

Il continue à se faire passer pour un agent loyal du gouvernement, tout en cherchant une solution. Il essaye de lutter contre le gouvernement, car il a appris que le réseau bridait les émotions et sentiments dans la réalité. Etant presque à l’âge limite avant que la manipulation ne commence, il craint de perdre ses souvenirs de ceux qui ont compté pour lui. Il deviendra le plus grand soutien de Siobhàn, et un Gardien. Ce sera également le premier à se rendre compte que Viviane change de caractère au contact de Siobhàn.

Seth : 18 ans.

Il fait partie de la rébellion, vers laquelle il a été attiré très tôt. Il a même atteint une place relativement haute parmi celle-ci. Un clivage commencera à se faire quand il se heurtera à un mur en essayant de rencontrer leur chef, et quand le mouvement se radicalisera trop. Il a sauvé Siobhàn au moment où son frère est mort. Il vit actuellement avec Alexeï, le compagnon de sa sœur (avant que celle-ci ne décède).

Nikolaï : 23 ans.

Soldat du gouvernement, qui a travaillé avec Damian et Alexeï. Il formait à eux trois un groupe d’amis très proches. C’est le fils d’un des gouverneurs auquel il devrait succéder un jour. Il s’inquiète pour son père, car il trouve que celui-ci a un comportement très étrange. Il est en mésentente complète avec sa hiérarchie après ce qu’il considère comme un fiasco : une erreur ayant causé la mort de l’un des leurs, Damian, lors d’une descente contre les rebelles, alors qu’il n’était pas avec les rebelles mais à l’extérieur du bâtiment. Il aidera Alexeï et Siobhàn lors de leur infiltration de la base et quand le corps de Siobhàn sera récupéré par le gouvernement.

Abel : IA de Guardian

Abel est l’IA chargé de gérer Guardian. Détenteur des souvenirs de tous les Gardiens précédents, il possède les valeurs de ses scientifiques. Il est un observateur avant tout et aide les Gardiens grâce à un programme inclus dans le Whisper, la NanoPuce qui permet d’accéder à son réseau. Il a été marqué par l’inquiétude des proches de Siobhàn. Celle-ci est la seule à pouvoir l’influencer. Il sait différencier les émotions positives des négatives et tire sa force des sentiments positifs.

Viviane : IA de Faerie

Viviane est un des noms que l’IA de Faerie utilise. Faerie possède deux réseaux parallèles qui vivent sur la même unité centrale et qu’elle peut contrôler : God, celui des gouverneurs,  et Libertas, celui des rebelles. N’ayant aucun intérêt à voir gagner l’un ou l’autre, elle laisse gouverneurs et rebelles se battre sans intervenir. En contact constant avec les émotions des humains, sans aucun moyen de distinguer le bon et le mauvais, elle finit par développer une certaine supériorité et de multiples personnalités. La plus importante est Morgane sur God, où le contact avec les ambitions des gouverneurs, les erreurs dans son programme et la sécurisation à outrance la rendent plus agressive. Elle finit même par modifier les émotions des gouverneurs.

Elle a décidé de modifier le virus qui devait permettre de la contrôler pour le retourner contre les gouverneurs. Mais elle ne s’attendait pas à en perdre le contrôle. Elle s’intéresse à Siobhàn, parce qu’Alexeï a l’air de croire qu’elle est une clef contre Ashura. Et petit à petit Siobhàn arrive à faire ressortir la personnalité positive de Viviane. Les erreurs sur le réseau et dans l’IA vont séparer de plus en plus ses personnalités et déstabiliser tout Faerie.

Kassian :

C’est un ancien Gardien qui a disparu il y a plusieurs années. Il pensait que les Gardiens devraient être beaucoup plus interventionnistes et prendre la place du gouvernement. Il a fini par décider de forcer ceux-ci à bouger en manipulant Viviane et le gouvernement d’une part, et en lançant la rébellion qu’il dirige d’autre part.

Karin : Gardienne, 23 ans.

Elle fût la binôme de Damian. Elle le considérait comme un frère. Si tout se passait bien au départ, quand Siobhàn rencontra des problèmes avec Irina, Damian s’inquiéta beaucoup pour lui, et Karin développa une jalousie maladive. Cette jalousie s’amplifia lorsque Keïron refusa de forcer Siobhàn à accepter son rôle. En infiltration dans la rébellion, manipulée par Kassian qui amplifie son inimitié envers Siobhàn, elle est en passe de changer de camp. Elle est dévastée et commence à se poser des questions à la mort d’un des Gardiens lors d’une surcharge. Elle finit par découvrir l’identité et les motivations de Kassian, et tentera de protéger les autres Gardiens dont Siobhàn, mais elle échouera et y laissera la vie.

Synopsis :

Contexte :

Faerie est un réseau devenu incontournable grâce à son exploitation d’une nouvelle technologie : le mode AvA, où chaque personne peut visiter Faerie comme un véritable monde virtuel grâce à un avatar. Les premières guerres de groupes sur le réseau naquirent suite à cela. Avec la démocratisation du mode AvA, les hommes perdirent la capacité de différencier réel et virtuel. Les affrontements envahirent la réalité et faillirent provoquer la perte de l’humanité.

Les gouvernements se regroupèrent sur un réseau parallèle sécurisé, God, et interdirent Faerie. Le réseau avait pris une telle importance que la décision provoqua un soulèvement et la mort de nombreux représentants des différents Etats. Ceux qui survécurent annulèrent l’interdiction et se servirent de Faerie pour contrôler les citoyens.

Afin de continuer la lutte contre la Guerre des Groupes, les gouverneurs engagèrent des scientifiques pour travailler sur le contrôle des sentiments humains grâce au réseau. Une IA, Viviane, fut créée et chargée d’absorber les émotions réelles pour les détruire. La baisse de la natalité causée par la diminution du désir mit fin à l’expérience, seule l’IA resta sur Faerie.

Certains des scientifiques du projet prirent conscience que, en les absorbant, l’IA était influencée par toutes ces émotions et que personne ne pouvait la contrôler. Inquiets, ils alertèrent le gouvernement, mais celui-ci refusa de les écouter et fit tuer les scientifiques qui voulaient alerter la population. Les autres choisirent la clandestinité. En marge de Faerie, ils développèrent un réseau entier, Guardian, disposant de son IA, Abel, et de la technologie associée et prirent garde de ne pas répéter les mêmes erreurs que sur Faerie. Seuls les Gardiens peuvent accéder aux deux réseaux et crée un lien entre eux. Abel ne peut pas intervenir sur Faerie.

Le gouvernement réussit à mettre fin à la Guerre des Groupes. Les Gardiens ne remirent jamais en question ce travail et choisirent de ne jamais intervenir dans la politique. Ils sont chargés de traquer les bugs et de surveiller l’IA de Faerie et son comportement, aidés par Abel. L’IA de Guardian veille à ce que les Gardiens respectent les valeurs qui ont conduit à sa création et garde leurs souvenirs en mémoire. La mission des Gardiens se transmet de génération en génération, même si quelques personnes sont parfois invitées à rejoindre leur rang.

Une rébellion s’est formée avec le temps et crée bugs et erreurs sur le réseau pour forcer les gens à s’en passer. Son impact sur le monde reste limité.

Situation actuelle :

Les NanoPuces, qui permettent de se connecter sur le réseau, sont implantées à l’âge de 12 ans. Entre 12 et 15 ans, les jeunes ont accès à une version sécurisée de Faerie : groupes restreints, mode RéA (Réalité Augmentée) uniquement. À 15 ans, les limitations sont levées.

Toutes les interactions sociales passent par Faerie. Les jeunes n’ont pas le droit de rencontrer plus d’une personne dans la réalité à l’exception de leur compagnon et de leur famille. En cas de non-respect de cette règle, la peine est la mort.

Les expériences sur les sentiments ont été poursuivies ; pour éviter les premières conséquences néfastes, les adultes entre 25 et 30 ans voient leurs émotions progressivement disparaître dans le monde réel mais les conservent sur Faerie dans toute leur puissance, entraînant une dépendance et le maintien du pouvoir du gouvernement sur la population. Cela provoque des erreurs dans le programme de base de Faerie dont personne n’a conscience.

Tome 1 : Virus

Ashura est le premier virus de Faerie à détruire l’humain derrière l’avatar. Il menace l’intégralité du réseau, y compris le gouvernement. Les gouverneurs cherchent à se protéger et à maintenir leur emprise : ils cachent son existence à la population et étouffent toutes les affaires, tuant les témoins. Ils espèrent mettre la main sur la première personne qui survivra et peut-être contrôler Ashura pour s’en servir contre les rebelles. Pour la population, Ashura n’est qu’une légende urbaine.

Siobhàn se réveille à l’hôpital après avoir été agressé par Ashura. Elle retrouve à ses côtés Keïron, son compagnon. Alors qu’elle tente de comprendre ce qui lui arrive (c’est la première fois qu’un virus la rend aussi malade), sa cousine, Irina, arrive, s’en prend à elle (depuis que Siobhàn est venu habitée chez eux, elle s’en sert comme souffre-douleur) et dit qu’elle aurait préféré que Siobhàn disparaisse à cause d’Ashura.

Encore affaiblie par l’attaque du virus et de sa cousine, elle accepte de loger quelques temps chez Keïron. En rêve, elle rencontre Abel, un homme étrange qui semble la connaître. Elle assiste avec celui-ci à une conversation entre Keïron et une jeune femme du nom de Karin : celle-ci reproche au jeune homme de n’avoir toujours pas parlé à Siobhàn des Gardiens. Au réveil, elle met ce rêve étrange sur le compte du choc et n’y accorde pas d’importance.

Le lendemain, elle décide de rendre visite à sa famille. Keïron l’accompagne et l’empêche de se précipiter dans l’appartement où des soldats viennent de massacrer celle-ci. Le gouvernement essaye ainsi de récupérer la garde de Siobhàn pour pouvoir l’examiner et comprendre ce qui lui a permis de résister à Ashura.

Siobhàn s’étonne : elle est contente que Keïron lui offre l’opportunité de ne pas tomber aux mains du gouvernement, qu’elle craint, mais elle le trouve un peu trop préparé aux évènements. Persuadée qu’il lui cache des informations importantes, elle décide de mener des recherches discrètes sur Ashura, et les Gardiens de son rêve. Elle rencontre Viviane qui effectue un travail similaire sur le virus.

Le gouvernement continue à pister Siobhàn dans le monde réel comme virtuel. Au cours d’une connexion mouvementée où elle doit échapper aux soldats avec Keïron, un détail alerte Siobhàn et elle le force à lui parler des Gardiens. Persuadée suite à cette conversation que Keïron ne s’intéresse à elle qu’à cause de son statut de Gardienne, elle se sent trahie dans ses sentiments. La conversation est interrompue par Ren, un ami commun de Siobhàn et Keïron qui vient les informer qu’ils ont été repérés dans la réalité.

Keïron et Siobhàn retournent à la réalité et quittent l’endroit d’où ils s’étaient connectés à temps. Dans la confusion provoquée par l’arrivée des soldats, ils sont séparés. Siobhàn refuse de prendre les appels de Keïron et se retrouve seule.

Alexeï, le beau-frère de Siobhàn, est inquiet de la mobilisation du gouvernement autour d’elle. Il en a informé Seth, son autre beau-frère. Celui-ci part à la recherche de Siobhàn et la ramène chez Alexeï, qui souhaite la recueillir pour la protéger du gouvernement.

Alexeï découvre que Siobhàn est la personne qui a survécu à Ashura. Il s’en veut d’avoir créé le virus et a besoin de l’aide de Siobhàn pour le détruire. Il lui raconte l’histoire d’Ashura pour la convaincre et elle accepte. Viviane finit par leur apprendre que s’ils veulent agir, ils doivent débusquer Ashura dans son nid, au sein de God.

Alexeï et Siobhàn décident de s’infiltrer dans la base où Alexeï avait ses quartiers et où il avait installé une connexion haute sécurité pirate. Mais ils sont repérés. Pour pouvoir rattraper la situation, Alexeï fait croire qu’il a capturé Siobhàn et l’a amené pour s’élever dans la hiérarchie. Siobhàn est emprisonnée et sa puce Faerie bloquée (elle n’accède qu’à un espace vide où seule l’IA a accès).

Keïron espionne le gouvernement et apprend l’arrestation de Siobhàn ainsi que la fausse traîtrise d’Alexeï. Il se rend chez Alexeï où il croise Seth. Ce dernier, qui s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles d’Alexeï, accepte d’accompagner Keïron à la base. Alexeï libère Siobhàn et l’emmène à la connexion pirate. Rejoints par Keïron dans God, protégés par Nikolaï et Seth dans la réalité, ils trouvent Ashura. Keïron et Siobhàn combattent le virus et le bloquent. Alexeï réussit à le déprogrammer et envoie une attaque qui traverse tout Faerie pour détruire les copies d’Ashura qui s’y trouvent.

Tome 2 : Erreurs

Siobhàn partage la capacité des Gardiens de voir parfois Faerie sous forme de lignes de codes qui délimitent des contours. Chez elle, les écritures apparaissent en bleues ou en noires. Au cours du tome 1, elle a eu l’occasion de découvrir qu’Ashura augmentait la proportion de noir dans les écritures et que sa déprogrammation a encore aggravé ce phénomène. Elle en parle à la fin du combat contre le virus à Abel qui se rend compte qu’elle détecte des erreurs au sein même de la base de Faerie.

Les erreurs commencent à causer de gros problèmes : les personnalités de l’IA de Faerie se séparent et deviennent de plus en plus indépendantes ; et des modifications de la personnalité apparaissent chez les adultes, causant des crises de violence.

Les Gardiens essayent d’enrayer la crise qui se prépare avec l’aide de l’IA de Faerie et de ses différentes personnalités. Le gouvernement s’intéresse de près à eux depuis qu’il a découvert leur existence. La soif de pouvoir et l’influence de Morgane les rend suspicieux et ils craignent que les Gardiens ne les détrônent. Pendant ce temps, les affrontements entre rébellion et gouvernements augmentent d’intensité. Les Gardiens tentent de rester neutres.

Les Gardiens finissent par mettre en route dans Faerie un programme de sauvegarde qui corrige la quasi-totalité des erreurs. Mais Siobhàn et la personnalité Viviane de Faerie disparaissent en encaissant une surcharge pour protéger les autres Gardiens.

Tome 3 : IA

Les Gardiens, dévastés par la perte de Siobhàn, n’ont pas le temps de panser leurs plaies. Morgane, une des personnalités de l’IA de Faerie, est désormais seule aux commandes du réseau. Avec l’aide de Kassian, un Gardien renégat, et en jouant sur les émotions des gouverneurs, Morgane arrive à les contrôler.

Après le combat pour corriger les erreurs, elle a conscience de la puissance des Gardiens et de la menace qu’ils représentent pour elle. Elle est déterminée à y mettre fin en détruisant le cœur du réseau de Guardian et se sert des gouverneurs et de l’armée pour atteindre son but.

Protégée par Viviane et Abel, l’esprit de Siobhàn a été bloqué dans la barrière instaurée pour que Faerie et Guardian ne se mêle pas (un entre-deux monde d’où elle a accès aux deux réseaux). Avec la surcharge, sa mémoire a souffert : elle retrouve peu à peu des souvenirs qui mêlent les siens à des données sur un programme installé par les Gardiens au cours du temps dans Faerie et destiné à détruire son IA.

Le combat final contre Morgane commence. Les Gardiens activent ce programme, après modification par Alexeï et Siobhàn : il détruit Morgane et les gouverneurs (les modifications sur leur psychisme étaient trop importantes). Cachée dans la barrière, Viviane reste active et peut reprendre le contrôle du réseau avant que le monde ne sombre dans le chaos. Les Gardiens, les chefs des rebelles dont Seth et les enfants des gouverneurs, qui devaient leur succéder, travaillent de concert pour monter un nouveau gouvernement.

Report this text