A la sauvette

Patrick Gonzalez

Toile de Malcom T Liepke

Comme un vendeur à la sauvette,
sur le trottoir, prêt à s'enfuir.
Le temps brûlant d'une allumette.
Baiser volé à nos désirs.

Juste effleurer, sans artifice,
à la lenteur d'un mouvement.
Main blanche et doigts complices,
tous emmêlés habilement.

Regards croisés contre les vitres,
histoire muette, sans parole.
Reflets aimés, nouveau chapitre,
le nord,  vibrant d'une boussole.

C'est mon genou, contre sa cuisse,
veine bleuté où je palpite.
Le bonheur fou d'être complice.
au plaisir, rare qui s'invite.

Report this text