Acouphènes

Pascal Ladhalle

Acouphènes

Je n’entends pas le silence

Non, mon ouïe entend des fantômes 

De défaillance en absence

En voici les symptômes

Bourdonnement et sifflement dans l’oreille

Perturbent mon quotidien et mon sommeil

D'un seul côté ou des deux

Je dois vivre avec eux 

Ils gênent le passage des sons

La cause de cette diminution 

N’est pas l’excès de cérumen

Médicalement on les appelle : Acouphènes

Acouphènes

Acouphènes

Epiphénomène d’une gêne qui me malmène

Entendre un robinet qui coule, au milieu d’une foule

Seule la personne concernée peut en témoigner

A défaut d’être entendu, on ne peut la comprendre

A moins d’avoir vécu dans un scaphandre

Acouphènes

Acouphènes

Epiphénomène d’une gêne qui me malmène

Cette maladie hétérogène 

Paradoxale et exogène

Me plonge dans une obscurité aphasive

Et trouble ma cognition auditive

Acouphènes

Acouphènes

Epiphénomène d’une gêne qui me malmène

On ne peut revenir en arrière

L’antidote se nourrit du poison

Abreuvée de concert

Et de décibels à foison

Auto-alimenté, je lutte contre eux

Comme un serpent qui se mord la queue

Je suis un sujet acouphénique

Qui ne peut se passer de musique

Je dois en permanence

Eviter toutes formes de silence

Me résigner à vivre avec

Cette pathologie intrinsèque

Texte de Pascal Ladhalle.  

 Protégé et déclaré comme propriété de l’auteur.

  • Moi qui suis malentendante... je comprends !

    · Ago almost 9 years ·
    Images 500

    helecrit

  • Bien décrit. On est déjà obligé de supporter les paroles inutiles de certaines personnes... mais alors avec en plus le robinet qui coule en permanence...
    Grosse compassion pour ceux qui sont atteints.

    · Ago almost 9 years ·
    Photo bea pour roman

    valy-bleuette

  • Pas mal, acouphénique musical. Pas comme la bravitude, c'est osé et voulu, non une erreur de vocabulaire. L’acouphène, un mot qui rythme avec sirène, qui enchante et attire par un son mélodieux.

    · Ago almost 9 years ·
    Moi

    Yvette Dujardin

Report this text