Alarmiste, moi

daniel-m

Les pesticides.


Je tenais à m'exprimer sans fioritures inutiles, sur ce « petit » problème de santé publique que sont les pesticides aujourd'hui. Je dis petit, car à travers la petite lucarne et les médias en général, il semblerait que le tabac, l'alcool et le cannabis soient aujourd'hui nos plus grands ennemis. Bien que le mot « pesticide » fasse actuellement de plus en plus d'apparitions publiques, cela reste bien timide. L'art et la manière de construire l'arbre qui cache la forêt sont des choses qui m'ont toujours fasciné. La diversion est une stratégie militaire et guerrière, mais elle peut aussi être civile !

   

 

LES PESTICIDES ! C'EST QUOI ?

 

 

Tout d'abord, qu'appelle-t-on pesticide ? Ce terme générique, qui est probablement le plus médiatiquement propre et supportable pour nos sensibles oreilles, signifie « poison » et qui dit poison, dit mort. Ce sont des produits destinés à détruire un organisme vivant spécifique, en particulier dans le domaine de l'agriculture, de l'horticulture ou du maraîchage (mais aussi dans le bâtiment par exemple), il s'agit principalement d'insectes et d'acariens, on parlera d'insecticides. Ce genre de pesticide s'attaque au système nerveux des insectes, dont les abeilles nos amies font partie.

 

Viennent ensuite les fongicides, qui sont savamment élaborés pour détruire des champignons (amis et ennemis) parfois microscopiques qui parasitent les plantes cultivées, le bois, nos maisons et parfois même les animaux. Vient ensuite la grande famille des herbicides et des défoliants, destinés à tuer des végétaux indésirables. Les herbicides ne sont pas encore totalement considérés comme des pesticides, mais ce n'est qu'une question de classement. Pour info, le glyphosate est un herbicide systémique, foliaire et total.  Cela veut dire en clair que le glyphosate n'est efficace que pulvérisé sur une plante vivante à condition qu'il soit absorbé par les feuilles de la dite plante pour ensuite s'introduire dans son organisme pour le neutraliser et la détruire. Total, car il ne fait aucune différence entres plantes, il tue tout ce qui croit par photosynthèse y compris le gazon. Le glyphosate est un brevet de la firme Monsanto. Il reste à préciser que son pouvoir herbicide a été découvert tout à fait pas hasard car le glyphosate, tout comme l'a été le viagra et la tarte tatin pour d'autres, est une « erreur heureuse » de parcours de la firme Monsanto.

 

Les incidences sur la santé humaine de ces molécules vagabondes, arrivent petit à petit au grand jour, et quelques organismes souvent indépendants, commencent à tirer fortement la sonnette d'alarme. Je vous passerai les autres traitements chimiques utilisés en agriculture, arboriculture fruitière et horticulture. Sachez simplement que l'arbre qui a produit la pomme que vous achetez dans votre super marché a bien souvent en moyenne subit entre 10 et 15 traitements chimiques successifs durant sa fructification. Insecticide, acaricide, fongicide, un traitement chimique pour supprimer les fleurs fécondées en surnombre, un traitement nanifiant qui calibrera les fruits, un autre pour faire tomber prématurément les fruits en surnombre etc etc. (et ce n'est pas une plaisanterie) Je ne parlerai pas non plus du cirage qui fera que la pomme brillera sur l'étalage. On comprendra alors mieux également le sens du mot « culture bio » qui n'est, je le rappelle, pas une mode.

 

A cela se rajoute le fait, que nos céréales du matin, le lait de nos vaches (qui mangent de l'herbe dans le meilleur des cas), les lasures de nos boiseries, nos charpentes, nos parquets, nos meubles, nos peintures, sont tous, pour la plupart, chargés d'au moins un pesticide ou d'un fongicide, et bien souvent des deux.

 

Une récente expérience moyennement médiatisée, qui avait pour but de sensibiliser les politiques aux dangers de l'utilisation massive de pesticides est très intéressante. Un certain nombre de personnalités politique ont été soumises (après leur accord) à une analyse sanguine qui a révélée la trace de plus de 15 pesticides différents dans leur organisme. Du bon vieux DDT interdit depuis plus de 20 ans, au lindane, insecticides aujourd'hui tout deux bannis. Ils sont tous encore là, en nous. Pour les non initiés, le lindane c'était ce fameux produit miracle qui fait qu'aujourd'hui en Corse et en Italie, de nombreuses chèvres naissent avec cinq pattes. (Là aussi ce n'est pas une plaisanterie)

 

Dire qu'il y a encore des personnes qui polémiquent sur l'utilité du bio ! Ce mot qui désigne une agriculture sans pesticides et engrais chimiques, est tombé sous un énorme effet de mode qui, à un moment donné a été considéré presque comme une farce. En fait, ce style de culture n'est que la manière de faire de nos grands parents et arrières grands parents et il n'y a rien d'extraordinaire et encore moins de nouveau au bio. Il n'a pour but que de cultiver ou d'élever notre nourriture de la manière la plus naturelle possible sans adjonction de produits chimiques ou autres poisons.

 

Mais tout cela fait probablement rire jaune les grands groupes agrochimiques qui voient à cela simplement et surtout, un immense manque à gagner. Le marché annuel Européen du « pesticide » se chiffre en dizaines de millions d'Euros voire de milliards, alors ne cherchez pas plus loin. De récentes lois sur l'homologation de produits phytosanitaires, font que si vous fabriquez vous-même votre insecticide (purin d'orties ou de tabac par ex.) vous êtes hors la loi, risquez une amende et la perquisition du dit produit alors que des firmes comme Bayer ou Monsanto resteront intouchables quant à la commercialisation massive de leurs cochonneries. Des aménagements timides de textes sont en cours afin d'éviter ce genre d'aberrations mais les législateurs ne semblent pas se bousculer.

 

 

LES CONSÉQUENCES DE LEUR UTILISATION …

 

Le problème de ces molécules, est qu'elles possèdent souvent une rémanence très longue. C'est à dire qu'elles persistent sans se dégrader sur la plante, dans le fruit et surtout dans le sol, pour certains, ad æternam. La sonnette d'alarme a été tirée (discrètement) lorsque les observateurs de notre environnement ont constaté que ces molécules étaient de plus en plus nombreuses et présentes dans notre eau de consommation. L'eau obéissant à un cycle perpétuel. Évaporation, nuages, pluie, infiltration des sols, évaporation etc. Ce que l'on appelle le cycle de l'eau et ce cycle est irréversible.

 

Sans parler de certains effets pervers sur la flore et sur la faune. Certaines plantes et certains insectes ont la capacité de s'immuniser génétiquement d'une génération  à l'autre (cela a été observé particulièrement chez les guêpes), ce qui fait qu'une molécule soit rapidement inefficace et il faut alors la remplacer par une autre etc. La principale raison de l'utilisation de ces produits, est la culture de masse ou encore « agriculture intensive » démarrée après la seconde guerre mondiale. S'il est assez facile de cultiver bio un potager de 50 m2, cela devient plus compliqué sur 20 ha de céréales. S'en suit ensuite l'effet tiroir-caisse des grandes industries agrochimiques. Il y a des solutions, mais elles bouleverseraient trop brutalement l'économie et les (mauvaises) habitudes. C'est un peu le même problème que le moteur propre, qui existe, mais un tiers de la planète vivant du pétrole et l'économie mondiale étant basée dessus, alors….

 

Les effets pervers sur la santé à long ou moyen terme de ces molécules sont nombreux et je pense que l'on en découvre et découvrira chaque jour. Considérez, la pollution par les pesticides + celle par les hydrocarbures + celle de l'air + celle de l'eau + les infra ondes de nos portables + …. Ne fumez pas, vous risquez d'exploser !

 

Les effets sur la santé humaine sont, dans le désordre, car je n'ai pas de chiffre : Stérilité masculine, malformations de l'embryon, mutations génétiques, autisme de l'enfant, tumeurs cancéreuses, divers problèmes ORL, allergies subites etc etc.

Un exemple concret : J'ai un ami horticulteur qui vient de découvrir sa stérilité à 35 ans ! En cause, le fongicide qu'il utilise dans sa serre deux fois par mois. Quoi d'autre ?...

 

 

Je me rends compte que je n'ai pas parlé des engrais chimiques. Ce ne sont pas des pesticides. Il s'agit de composés naturels reconstitués artificiellement. Principalement de l'azote sous forme d'acide Nitrique, le fameux nitrate. Du phosphore et de la potasse. C'est le fameux NPK qui figure sur le flacon de votre engrais plantes vertes. Toutes ces matières ne sont pas à proprement dit dangereuses. Mais le fait d'en distribuer à tour de bras dans la nature fait que le taux naturellement présent dans notre environnement de ces éléments ne cesse de croître. Ce n'est pas réellement un problème en soi, puisque nos amies les plantes les absorbent et les transforment. Mais pendant que l'on fait un scandale avec les nitrates, on ne parle pas des pesticides. Les nitrates ou phosphates sont également très présents dans les lessives et les détergents. Lorsque vous consommez une laitue, vous absorbez près de 300 fois le taux de nitrates recommandé par l'OMS pour l'eau potable, mais à ma connaissance, la salade ne fait pas partie des aliments toxiques (rincez la avant tout de même, on ne sait jamais). La solution consisterait à ne distribuer que la quantité d'engrais assimilable par les plantes et à conserver un couvert végétal durant toute l'année afin d'éviter le lessivage du sol. Je suis sidéré de constater bien souvent que de nombreux agriculteurs, que des professionnels de l'horticulture, jeunes et moins jeunes, ne savent pas décrypter la formulation de l'engrais qu'ils utilisent. Celle ci étant obligatoirement stipulée sur l'emballage.

 

 

ET MAINTENANT, QU'EST-CE QU'ON FAIT ?.......

 

Travaillant dans le secteur des espaces verts, je côtoie chaque jour ces produits et aussi les démarcheurs qui les vendent à prix d'or. Je dois avouer que ce TGV chimique est en train de ralentir et fera probablement positivement marche arrière à partir de 2011. Et je ne perds pas espoir en disant que nous serons (tous les secteurs agronomiques confondus) au (presque) tout bio ou du moins en agriculture raisonnée en 2016. Pour votre jardin, utilisez un insecticide naturel à base de roténone ou de pyréthrine *. Faites du purin d'ortie ou de tabac. Mieux encore, laissez faire les oiseaux et autres coccinelles. Le souffre et le sulfate de cuivre (bouillie bordelaise) sont tolérés en culture bio et sont des fongicides efficaces. Le composte est un engrais excellent et naturel qui a en plus l'avantage d'entretenir la vie bactérienne indispensable au sol. Tenez compte des trucs de grand-mère que vous pouvez relever dans les vieux ouvrages de jardinage aujourd'hui passés de mode, ils fonctionnent bien souvent. Mon but ici n'étant pas d'énumérer les solutions alternatives, je m'arrêterai donc là, mais sachez qu'elles existent, mais qu'elles sont bien souvent un peu plus contraignantes.

 

* Attention, même d'origine naturelle, ces insecticides restent des produits toxiques ! Il faut donc le manipuler avec les précautions d'usage. Leur avantage, est qu'ils se dégradent naturellement et finissent par disparaître. Rien que l'effet de la lumière, dégrade la roténone par exemple en moins de 24 heures.

 

 

CONCLUSION.

 

Voilà, mon texte n'a pas de prétentions pédagogiques, mais je m'étonnais simplement, en particulier dans mon travail, de la banalisation faite de ces petits logos sur fond orange représentant une tête de mort ou une croix noire (entre autres) auxquelles on ne prête guère plus d'attention. Regardez au dos de vos produits d'entretien et lisez ce qui est écrit en petit par exemple. Même notre bonne vieille eau de Javel est un produit très toxique qui contient du chlore. Ces logos nous mettent en garde sur la toxicité du produit, ...toxique, irritant, mortel, nocif, dangereux pour l'environnement, dangereux pour le milieu aquatique, etc  En tenons nous toujours compte ?

 

Je m'étonnais également de constater que nous prenions le fait que nos hôpitaux soient bondés de malades incurables, que les maladie d'Alzheimer ou de Parkinson soient de plus en plus fréquentes et répandues et soient reçues comme une fatalité, alors que la petite phrase « produit issue de l'agriculture biologique » prête toujours à des polémiques et en fait toujours encore sourire quelques uns.

 

Il en aura fallu des mensonges commerciaux et politiques pour nous rendre aussi « idiots » et con-sommateurs !!! Vous ne trouvez pas ???

 

 

Le générique de fin de ce film d'horreur nauséabond commence à peine à défiler que déjà, les grands trusts agroalimentaires et chimiques ont sorti le N°2, la fameuse suite. La suite logique de ces aberrations scientifiques qui naissent de notre système économique et de nos démographies galopantes. Il est gratiné et bourré d'effets spéciaux, son titre ??? ………OGM !!!  (À suivre)

 

 

Daniel-M (2008)

 

Portez vous bien, pendant qu'il en est encore temps.

 

 

 

 

 

 

 

  • Merci pour ce rappel que je trouve très bien écrit.
    Peut on vraiment arrêter ce train lancé à toute vapeur?
    Peut on vraiment parlé de bio si les nappes phréatiques sont touchées par tous ces produits toxiques?
    Je voudrais juste ajouter que je vois des personnes s'empresser d'acheter bio ( parce qu'elles en ont les moyens ) alors que pour faire le ménage chez eux, elles utilisent des produits toxiques.
    J'ai vu des mangeurs bio être des consommateurs de nutella alors que l'on sait les dégâts que fait l'huile de palme sur les populations humaines et animales (mais c'est à l'autre bout du monde).
    Je pense que pour nous s'est trop tard, maintenant il faut oeuvrer pour les générations futures.

    · Ago almost 2 years ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Tout à fait, il faut envisager tout cela dans un aspect global. Le bio est très vite devenu un argument commercial dont les grands industriels se sont emparé afin de faire, comme d'hab, des sous. Mais le bio et la vie saine authentiques, dans la logique, ça ne profite qu'à celui qui s'y plie (car il y a sacrifices) mais cela ne rapporte rien à la sacrosainte économie mondiale, bien au contraire et c'est là que la bas blesse ...

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

  • Cela m'attriste autant que cela m'inquiète. Car je ne suis pas loin de penser que renverser la situation prendra trop de temps pour en ressentir le bénéfice. Le temps presse...

    · Ago almost 2 years ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • Merci. Je viens de lire un article fort intéressant. Il semblerait qu'à force d'absorber des produits chimiques, les hommes fabriqueraient de moins en moins de spermatozoïdes ! Ce qui pourrait engendrer à terme, l'extinction de l'humanité. Ça fait réfléchir.

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

  • Merci pour vos lumières daniel-m!

    · Ago almost 2 years ·
    Coucou plage 300

    aile68

    • Merci pour la lecture :o)

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

  • Merci, mes protecteurs Edgar et Hervé :)

    · Ago almost 2 years ·
    W

    marielesmots

  • Travail universitaire des plus sérieux, bravo ! Si, je permettais… je ne rajouterai qu’un infime détail sur la représentation symbolique des pesticides dans la mémoire collective. Allez, je me permets !
    Les pesticides sont connus depuis longtemps. Historiquement, il y eut la grande pesticide bubonique médiévale, connu sous le petit nom familier de « la pesticide noire ». Epidémie qui fit, vingt-cinq millions, trois cents quarante-deux mille, six cent quarante-trois victimes et demi, approximativement. ;o))

    · Ago almost 2 years ·
    Photo rv livre

    Hervé Lénervé

    • Tes commentaires éclairés sont les bien venus :o)

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

    • Mes commentaires sont en 220 V 50a ! ;o))

      · Ago almost 2 years ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

  • Avis totalement partagé. ..et s' il n'y avait que cela...idem dans tellement de domaines... quelques exemples : .perturbarteurs endocriniens dans les couches bébé, protections féminines, produits de beauté ...la liste serait si longue...

    · Ago almost 2 years ·
    W

    marielesmots

    • Ne citez pas ce genre d'exemples, Marie, l'obsédé est aux abois :)

      · Ago almost 2 years ·
      Blue

      Edgar Allan Popol

    • Ne soit pas déplaisant avec Marie ! Elle se nomme Marielesmots pas Mariel’obsédée. Non, mais, alors un peu de respect, fichtre diantre ! :o))

      · Ago almost 2 years ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

    • Merci ! L'on aime prendre tout cela à la légère (la preuve). La question est "Quels sacrifices sommes nous prêt à faire afin de se passer de toutes ces cochonneries ?" Pas évident.

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

Report this text