Apparences trompeuses

Chris Toffans


Depuis l'enfance, les sœurs Von Bogdan vivaient leur gémellité sans problème, au cœur d'une noble famille où la science et la religion étaient enseignées sur un pied d'égalité. Ingrid et Greta, complices et inséparables, coulaient des jours paisibles à l'abri des tracas, jusqu'au jour où l'une d'entre-elles vint à considérer que son existence devait prendre une autre tournure.
En pleine crise d'adolescence et d'identité, Ingrid décida en effet de reprendre en main son destin. Elle en avait assez de suivre le cours des choses de façon passive, et surtout elle n'en pouvait plus d'être la copie conforme de sa sœur jumelle Greta.

J'ai pas envie de te ressembler et rien ne m'oblige à te ressembler ! ", avait-elle lancé un soir en sortant de la salle de bain, les cheveux coupés courts et teints en noir corbeau.

- Mais pourquoi tu as fait ça ?, s'exclama Greta, c'est affreux ! On dirait que ça te fait honte d'être ma sœur .

- Je n'ai pas honte, c'est juste que je ne suis pas toi. J'ai le droit d'avoir ma propre personnalité et le physique qui va avec.

- Ton physique est celui que la nature t'a donné. Et Dieu a voulu que nous ayons le même. Tu ne peux rien contre ça.

- Ben si, justement. Je peux choisir d'être la personne que je veux être, parce que Dieu, ou quiconque est responsable de tout ce bazar, m'a donné un cerveau. Tu sais, cet outil formidable que nous avons dans la tête et qui nous permet de réfléchir aux implications et aux conséquences de nos actes."

Dans les semaines qui suivirent, Ingrid continua sa métamorphose. Maquillage à outrance, piercings et autres tatouages vinrent compléter la panoplie de sa nouvelle apparence. Ce qui avait le don de mettre Greta dans une colère sombre.

" Nous sommes jumelles Ingrid, nous sommes faites pour nous ressembler. C'est dans l'ordre des choses. Et je te le prouverai ! "

Ingrid n'avait que faire des vaines gesticulations de sa frangine puritaine. Elle se sentait désormais elle-même, loin de la pauvre fille sans éclat qu'elle était encore il y a quelques mois. Lorsqu'elle regardait Greta, elle pouvait se rendre compte du chemin parcouru et s'il lui arrivait encore de lui adresser la parole, c'était toujours avec dédain et apitoiement.
Au fil du temps, les trajectoires des jumelles semblaient devoir se séparer définitivement. Mais c'était sans compter sur l'obstination de Greta, qui à la surprise générale dévoila une facette insoupçonnée de sa personnalité.

Puisqu'Ingrid ne voulait pas entendre raison et encore moins retrouver son visage d'autrefois, ce serait donc elle qui franchirait le pas, pour devenir à nouveau le reflet de sa sœur bien aimée. C'était facile, il lui suffisait d'arborer les même codes esthétiques, à savoir une coupe de cheveux en brosse, deux piercings à l'arcade sourcilière gauche et un kanji japonais sur la nuque.

En une demi-journée, le tour était joué. Et le résultat fut si bluffant qu'en voyant les deux filles ensemble il était presque impossible de les différencier. Ce fut alors au tour d'Ingrid de se mettre en colère :

"Non mais t'es malade ? Tu peux pas me lâcher cinq minutes ? Faut vraiment pas avoir d'amour propre pour faire un truc pareil !

- Ben quoi ? Tu l'as bien fait toi. Si ça te va alors ça me va aussi, y'a pas de raison.

- C'est pas ça la question. Ça te va peut-être mais moi ça ne me convient pas, si tu vois ce que je veux dire. Y faut que tu m'oublies Greta, que tu vives ta vie. T'es pas une sœur, t'es un boulet.

- Ça me fait mal de t'entendre dire des choses aussi cruelles. Je te rappelle que lorsque nous sommes venues au monde, nous ne faisions qu'un. Si tu l'as oublié moi je m'en souviens. Je suis peut-être un boulet, comme tu dis, mais je suis aussi ta moitié.

- N'importe quoi ! Tu n'es ni ma moitié ni mon double. T'es juste une mauvaise imitation. D'ailleurs je suis toujours en devenir, et ce qui me reste de toi ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. "

Cette fois Ingrid était fermement décidée à négocier un virage radical quant à la finalisation de sa nouvelle identité. Et là où elle avait l'intention d'aller, personne ne pourrait la suivre...

Prétextant un voyage d'études dans le sud de la France, la sœur rebelle était en fait partie pour deux semaines d'hospitalisation en chirurgie esthétique et génitale, afin de devenir l'homme idéal, l'homme qu'elle rêvait d'être depuis si longtemps. Tout se passa comme prévu et au bout d'un mois environ, l'enfant prodigue était de retour parmi les siens. Ingrid, ou plutôt Igor à présent, était tout à fait conscient de l'onde de choc qu'il allait provoquer, mais en même temps il était satisfait de son choix car il était sûr d'avoir fait le bon. Pauvre Greta, elle ne s'en remettra pas, pensait-il en frappant à la porte de ses parents.

Lorsque sa mère lui ouvrit, elle était déjà en pleurs. Elle semblait dévastée mais pas vraiment surprise de le voir. Bizarre. Comme si quelqu'un l'avait déjà mise au courant. Puis soudain un homme se présenta derrière elle sur le pallier, un homme comme lui, en tous points semblable à ses propres traits. La même mâchoire carrée, le même menton proéminent, les mêmes pommettes saillantes... Comment est-ce possible ? Serais-je devenu fou, s'interrogea Igor. Visiblement amusé, l'homme en face de lui souriait, l'air content de son effet.

" Tu croyais t'en tirer comme ça, chère sœur . Ou devrais-je dire, cher frère. Tu croyais t'éclipser sans que personne ne se pose la moindre question. C'est mal me connaître. En réalité j'ai tout compris depuis le début. Sans doute parce que j'ai le pouvoir de lire dans tes pensées. Et comme je lis dans tes pensées, je peux aussi anticiper. Tout ce que tu fais, je peux le faire. La preuve ! Sauf que moi je suis plus délicat. J'ai prévenu maman et papa. Je leur ai dit également combien nos destins étaient liés. Que même si tu décidais de changer de sexe et de visage, je le ferais moi aussi sans la moindre hésitation. Voilà, nous y sommes maintenant. Tu as été jusqu'au bout de ton délire contre-nature et je t'ai suivi, même si le résultat est monstrueux. Maman, je te présente tes nouveaux enfants. Ingrid est devenue Igor, et moi, Greta, je suis désormais Grichka. "

Inutile de dire que le traumatisme fut long à se dissiper pour Monsieur et Madame Von Bogdan. Mais ils réussirent tout de même à accepter leur sort, avec le temps. Leurs fils se sont finalement réconciliés, autour de leur passion commune pour la science. Ils ont préféré changer de patronyme, par souci de discrétion et pour ne pas déshonorer d'avantage leur famille. Ils sont même devenus célèbres, en publiant des ouvrages scientifiques et en présentant des émissions de télé consacrées aux phénomènes paranormaux.

Bien sûr, il serait prétentieux d'approuver ou de condamner le comportement de nos deux héros, car il est impossible de se mettre dans leur peau. Mais s'il devait y avoir une morale à cette histoire, c'est que se transformer en n'importe quoi n'empêche en rien de devenir quelqu'un.


Report this text