Apple est mort. Vive Steve ?

Jeff Legrand (Djeff)

Après dix années de silence, le fracassant retour du "Génie à la Pomme" sur la scène du high-tech. La révolution est en marche. Et elle suit Steve.

San Francisco, le 16 Mars 2024.

 

Dix ans. Une décennie que Steve Jobs a quitté Apple, la société qu'il avait créé en avril 1976. Si aujourd'hui cette entreprise a disparu suite aux scandales des écoutes de la NSA, son fondateur, lui, est toujours bien vivant. Terré dans son bunker californien, remis de son cancer, cela faisait près de six ans qu'il n'avait pas pris la parole en public. Force est d'avouer que cette attente en valait la peine.

Le retour du Grand Steve.

En arrivant à la conférence, au Grand Hôtel de la Baie, des centaines de journalistes formaient une longue file d'attente, comme des consommateurs pour acheter les produits frappés de la Pomme. L'excitation était d'ailleurs plus élevée encore qu'à l'époque. Imaginez. Steve Jobs, l'icône de deux générations, qui a développé les usages technologiques à la vitesse de ses marges, revenait sur le devant de la scène. Le maitre des présentations spectacles allait nous jouer sa nouvelle pièce. Certains journalistes, sérieux au demeurant, arboraient des t-shirts à l'effigie de la star du jour. Les pulls noirs à col roulé étaient légion.

La salle grouillait dans un brouhaha de chantier. Les drones vidéos volaient au-dessus de nos têtes pour diffuser l'événement en mondovision. Puis la salle s'est éteinte, plongeant l'assemblée dans un silence religieux. Le Messie n'allait plus tarder. Tout d'abord, sa voix. « Bonjour à toutes et tous, merci d'être si nombreux. Nous allons partager, ensemble, aujourd'hui, la plus grosse avancée technologique de tous les temps. » Introduction aussi mystérieuse que prometteuse, mes collègues et moi trépignions sur nos fauteuils, toujours plongés dans le noir.

C'est alors que la suiveuse s'allume et met en lumière le phœnix, debout sur la scène, droit comme un i. Steve nous sourit et lève le bras, déclenchant une explosion d'applaudissements, de cris, de sifflements. L'ambiance meeting se transforme en ambiance de stade, il ne manque que les banderoles et les Pom-Pom girls pour nous replonger dans la dernière finale du Super-Bowl (Go Eagles !). Personne ne sait pourquoi il est là, mais tout le monde est venu pour ça. Revoir Steve.

La mise au point du Patron.

Et le show Jobs commence. Il justifie son absence par un programme de recherche historique, qu'il dit financer depuis près de quinze ans dans le plus grand secret. Il nous explique que cette opacité avait pour but de protéger ses travaux des Etats et leurs armées. L'ambiance dans la salle se fait plus lourde alors qu'il annonce que notre quotidien va être changé à jamais. Il parle d'un ton grave, se déplace à peine, la mise en scène est différente de ce à quoi il nous a habitué. Les bookmakers pariaient sur un système de communication, par puce sous cutanée et transmission intra-osseuse, mais le décorum laisse à penser que le sujet est tout autre.

Steve termine de nous décrire l'insight consommateur auquel il va répondre : les gens voyagent de moins en moins, leurs liens reposent sur des connexions de voix et d'image ponctuels. « Alors, comment trouver un nouveau canal d'enrichissement des interactions à distance ? ». Pour seule réponse, quelques murmures montent de la salle. « Et si je vous avouais que ce n'est pas moi sur cette scène ? » Les chuchotements laissent place à une rumeur de plus en plus forte.  « Et si vous ne deviez pas vous fier à ce que vous voyez, ressentez ? ». Un hologramme 3D apparaît alors à côté de lui. De qualité certes supérieure à ce que l'on voit dans le commerce, cela reste, de premier abord, un gadget pour geek contemporain. C'est lorsque nous voyons un troisième Steve apparaître que le « Waouh » général retentit. Bien sûr, nous remarquons dans l'instant la différence entre l'originale, qui vient d'arriver, et sa copie humanoïde, mais tout de même, le coup de passe passe est impressionnant. Il nous bluffe depuis le départ.

Pour une fois, la révolution n'est pas galvaudée.

En écoutant le grand aumônier, nous comprenons que la promesse faite quelques minutes plus tôt est au rendez-vous. Comme a son habitude, il est parti de technologies existantes, puis il les a enrichi d'expériences interactives, ludiques et pratiques, le tout enrobé dans un design parfait. Il créé une obsolescence par un besoin nouveau, un nouveau désir, une nouvelle dépendance programmée.

Et nous comprenons. L'exploit n'est pas la coquille, le déploiement technique, la capacité à mobiliser des laboratoires de recherches parsemés dans le monde entier. Non. La révolution, il a commencé à la développer il y a plus de dix ans, au début de sa clandestinité, sous le nom barbare de Pentametron. A l'époque, nous avions pris cette expérience pour un canular. Une machine capable de créer des histoires dignes des meilleurs auteurs. Certains avaient pensé à un coup de communication du F.I.T. (Futur Is Transhumanism), qui se lança officiellement quelques mois plus tard. Puis cet ersatz numérique avait disparut comme il était apparut. Cette étape, Steve l'appelle « la naissance ». Les premiers pas de ses expérimentations pour intégrer un algorithme basé sur les sentiments, complément logique de son premier système Siri. Car oui, cet humanoïde et cet hologramme ne sont pas de simples amplificateurs de voix : ils sont censés être vous, là où vous n'êtes pas.

Et tique.

A la sortie de la conférence, les sceptiques côtoient les hystériques, pendant que les plus expérimentés de la profession sont perplexes. Le secret de ces travaux suscite la réserve. Celle-là même qui avait amené à la dissolution du F.I.T., par anticipation aux problèmes éthiques que leurs discours faisaient craindre. On peut comprendre la volonté de protéger ces recherches, mais peut-on accepter qu'un homme seul détienne un tel pouvoir potentiel ? Pouvons-nous avoir confiance en Steve quand à l'universalité de sa découverte et sa mise à disposition du plus grand nombre ? L'hologramme 3D Max S est censé être disponible pour le public américain avant la fin de l'année, à un prix qu'il ne nous a pas communiqué. Il espère mettre sur le marché les humanoïdes dés l'année prochaine. Devons-nous nous inquiéter ou nous réjouir ?

Les risques du Jobs

Nous ne parlons donc plus ici de science-fiction, cet article n'est pas une critique du dernier navet de Michael Man. Non. Et si l'hologramme boosté aux algorithmes n'inquiète que peu, c'est l'arrivée de l'humanoïde domestique qui soulève et porte le débat. Les lois de la robotique d'Asimov doivent-elles êtres débattues, approfondies ? Et lorsque Steve nous parle de machines capables « d'autonomie par reproduction » (de nos gestes, nos pensées, nos sentiments), devons-nous lever les boucliers en protection de l'unicité de l'Être ? Qu'est-ce qui prévaudra ? Les tempéraments violents, haineux, représentation profonde de ce qui caractérise certain, où la première loi d'Isaac ? Le G25 et l'ONU ont déjà réagit à cette annonce, la qualifiant « d'initiative solitaire et commerciale » ne pouvant guider l'évolution du monde et de la société. Une réunion est d'ailleurs prévue à Washington la semaine prochaine pour débattre des suites à donner.

Force est de constater que le retour de Steve n'a laissé personne indifférent. Après la loi mondiale Kirshner, réglementant l'utilisation des nanotechnologies médicales et des cellules souches totipotentes, le monde va à nouveau devoir mener une réflexion techno-éthique de grande envergure. Je ne sais pas si le cadeau de Noël à la mode cette année sera le nouveau jouet de Stevy, mais une chose est sûre : he's back !

 

Article de Jean-François LEGRAND

  • Un bel article : tout à fait crédible d'ailleurs. Tout tient dans les détails et tu t'en sors merveilleusement. Le ton journalistique est parfait, l'enquête et les questions de fond le sont aussi. Tu as toutes tes chances dans le concours ;)

    J'ai juste noté une répétition de l'expression "force est de" en début et fin de texte. Et une mini-faute de frappe :
    - Et si l'hologramme boosté aux algorithmes n'inquiète que peu.

    Voilà, bien joué ;)

    · Ago over 5 years ·
    Portrait papy marcel bis

    camille-de-vaulx

    • Salut Camille ! Merci de ton commentaire, effectivement la répétition m'a échappé. Je ne sais pas si j'ai mes chances pour le concours, il y a beaucoup de candidat, mais je suis très heureux en tous cas que cela t'ai plu, c'était mon premier papier style journalistique. Tu me motives à renouveler l'expérience !

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

    • Généralement, je ne suis pas fan du style journalistique. Mais là, puisque c'était une consigne : elle est respectée et elle passe bien. Je suivrai l'annonce des résultats de près alors ;)

      · Ago over 5 years ·
      Portrait papy marcel bis

      camille-de-vaulx

    • Merci ! C'est clair que ce serait une belle récompense, surtout que pour une fois il y a une publication ET un chèque à la clé ! Etant en fin de droit et avec ma chérie qui va perdre son taff, ça aiderait ! Mais bon, je ne sais pas si tu as parcouru tous les textes, mais je vois pour ma part une grosse dizaine de concurrents très sérieux... Bon, il faut que je me concentre, je suis sur la réécriture (V12) de mon roman, une copine libraire et en formation d'éditrice m'a mis au piquet sur quelques détails !

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

    • Wouah, la V12. Tu es tenace :D
      Le pied quand écrire peut te filer des chèques, j'imagine!
      Je te souhaite bonne chance en tout cas.

      Je suis en train de peaufiner le premier chapitre de mon roman pour le poster ici. En deux parties. Si jamais tu as l'occasion ;)

      · Ago over 5 years ·
      Portrait papy marcel bis

      camille-de-vaulx

    • Tu as donc terminé la première écriture ? Cool ! Je vais également publier mes premiers chapitres ici, on se fera un échange de bons procédés ! ;-)

      · Ago over 5 years ·
      U3w9e40p

      Jeff Legrand (Djeff)

    • Non non, je n'ai pas encore terminé. Je l'ai mis en pause depuis quelques semaines : j'ai repris l'écriture de micro-nouvelles plus ou moins poétique. Le temps que l'envie revienne :)
      Pas de soucis, je viendrai lire ça avec plaisir :)

      · Ago over 5 years ·
      Portrait papy marcel bis

      camille-de-vaulx

Report this text