Marseille en juillet

Chronos

Rue paradis, la nuit, les anges courent pieds nus ...


Le passant


Les anges courent pieds nus et les sphinx aveugles sont au théâtre de la Criée.

Biographie à l'encre de Chine tatouée en couleur sur la peau. Des parchemins en file indienne sillonnent les rues.

Ici les pierres se souviennent : voyageurs !

Des mystères craquellent le béton et, insolente, la jeune faune pousse son bruyant bâillement au soleil de juillet !

Les frasques silencieuses de la mémoire populaire sont aux archives de l'évêché, avec des ratures ici et là !

Rue paradis, la nuit, les anges courent pieds nus, mais la plage est trop loin pour les enfants.

Marseille ce n'est pas une ville ; c'est un continent

Tu croyais en l'impossible et vivais simplement : Marseille ce n'est pas une ville c'est un continent

Rue des honneurs, les enfants de Sicile goûtaient à la nouvelle littérature.

Tard après la grande bouffe, c'est la grande course pour les rats essoufflés.

Les vapeurs du béton remontent et se jettent dans le ciel.

Dans la forêt des émeraudes flics et truands jouent aux hommes invisibles.

La poitrine au balcon, les anciennes beautés des quartiers montrent leurs nouvelles paires de collants à coups de hanches.

Sur le bord de mer la nuit douce fait moins d'histoires.


 ... Dos au sol, sur l'herbe, se moucher enfin dans les étoiles, étendre ses courbatures, les douleurs et les cicatrices des mille et uns asservissements.

Des perles de sueurs, des larmes et du sang aux petits soins pour le grand capital !

Soupirer l'agonie dans le silence de l'esclave qui sait son maitre pas très loin.

Mais demain on fera mieux ! La grande chaine humaine pressera l'huile de coude dans des boites d'acier …


Tout le monde connait le port mais ignore, entre les clichés, la faim solitaire qui frappe comme le lourd soleil.

Sur le bord de mer la nuit douce fait moins d'histoires, des petits bateaux, au loin, flottent tranquillement.

Un vent chaud transperce les mystères de la ville et apporte doucement le jour.


CHRONOS


.

  • De très belles images poétiques notamment le paragraphe en gras....mais je dois avouer que je ne voyais pas Marseille avec des anges, en tous les cas vs en faites un portait intéressant ...merci ! Belle écriture

    · Ago over 2 years ·
    1 1361854613 1329330374 001

    lamounedenullepart

    • Bonjour et merci !
      j'ai habité 25 ans à Marseille
      Les anges ici dans le texte : ( sont les bourgeois de la ville )
      bien à vous

      · Ago over 2 years ·
      Oko 1

      Chronos

  • Soupirer l'agonie dans le silence de l'esclave qui sait son maitre pas très loin.

    · Ago over 2 years ·
    Oko 1

    Chronos

  • Magnifique !!!!!!!!!!!!!!!!

    · Ago over 2 years ·
    Louve blanche

    Louve

  • superbe
    Les fleurs du mal

    · Ago over 2 years ·
    Autoportrait(small carr%c3%a9)

    Gabriel Meunier

Report this text