aux temps de vent

nessim



Ils ont raté leurs rendez-vous,
De l'un vers l'autre, chacun leur tour.
Force à s'attendre aux mauvais jours
Des douves aux alcôves jusqu'aux tours,
D'un lieu à l'autre, comme toujours,
L'heure n'était pas la même partout
 
Leurs temps ne se sont pas trouvés
Et quelle que soit leur attirance,
Les bras tendus à pas de chance,
Ils conserveront la distance,
Il faut se rendre à l'évidence,
à présent leur futur est passé
 
Fatalité,
Un pas de danse un lancé de dés,
Dans l'élégance d'une éclosion,
La vie s'arrange à sa façon
Pour trancher l'amour en saisons
Qui fanent le temps des floraisons,
Tout nait, tout pousse puis disparaît
 
Tout le monde se fait à la raison
Et même si les regrets ça colle
Si l'on s'en veut lorsque s'envole
L'écho de la dernière parole
C'est que nos souvenirs cajolent
Le goût du fruit de la passion.
 
Oublier tue le mauvais passé.
Sans masque pour l'amour perdu
On se dit que le mieux sera retenu
Nature humaine, bien entendu,
Tout le reste sera disparu
On sauve sa peau pour avancer.
 
Qui sait ,
Combien d'amour peut-on porter?
Avec la même soif, en gardant la faim
Renouveler l'espoir d'en arriver enfin
à ouvrir l'espace, y réserver son coin,
Planter l'arbre fruitier au milieu du jardin,
à son ombre, aimer … être aimé
 
On veut la promesse des caresses.
On cherche une main pour la tenir
Il manque deux yeux à nos souvenirs
Il manque des bras pour nous retenir
Il nous faut l'autre, pour nous unir
Aimer est d'une grande sagesse.
 
Parce que…
Il y a toujours ce temps qui court,
à fleur de pierre, lit du ruisseau
Il y a ces lignes sur la peau
Qui prédisent en taisant les mots
Que l'on s'endormira bientôt
Parce que c'est à chacun son tour.
 
Parce que…
Funambule sur un bout de ficelle
Fragile qui nous conduit au ciel
Un bout de ficelle qui se réduit
Se rapetisse se rabougrit
Jusqu'à plus rien et que s‘enfuit
La petite lumière dans l'infini
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Report this text