Ça fout la Trouille !

Hervé Lénervé

J’étais seul avec la nuit, à la maison.

Seul à réparer une fuite d'évier sur les pieds à trois heures du matin. Quand ?

(Non, ce n'est pas l'heure, je l'ai déjà dite, trois plombes du mat'.) Quand ? J'entends un bruit. Ça fout la Trouille ! Qu'on le veuille ou pas, (oui, il y en a, qui veulent avoir la Trouille). Mais non, suis-je bête, ce doit être le chat qui rentre par sa chatière, par derrière la maison. Qu'est-ce qu'on peut être con de se mettre dans des états pareils, pour un chat.

Ah, non ! Mon chat est en réalité une petite chatte de, disons, deux kilos au bas mot*. Et là, le vacarme que je viens d'entendre ne peut pas être de son fait.

Putain, la Trouille, aussi sec ! Ça ne se commande pas.

Et là, je me retourne et je me retrouve, face à quoi, face à qui ?

Face à « L'abominable homme des neiges », himself en personne. Il n'y avait vraiment aucune raison d'attraper une Trouille pareille, pour ça !

Donc, je suis face au Yéti. Je ne sais pas comment il a bien pu passer par la chatière, l'animal non épilé.

Alors, le Yéti pour ses amis, pour les autres, c'est monsieur « L'abominable homme des neiges », est recherché depuis des siècles. Et bien, il est là devant moi et c'est moi qui l'ai trouvé ! Alors, que je ne l'avais même pas recherché. Putain la Chance !

La chance, c'est vite dit, car maintenant, il s'attaque furieusement à la rampe d'escalier, qui ne lui avait rien fait, pourtant. Je ne sais pas s'il a beaucoup d'amis, « l'abominable homme des neiges », mais peu doivent l'appeler Yéti.

Quoi qu'il en soit, je vous déconseille de l'inviter à boire le thé, chez vous.

Il n'a aucune éducation et des propos assommants.

* En fait, elle est plus lourde, mais elle triche sur son poids.

Report this text