Ce que je sais de toi...

arkhaam

Te souviens-tu de ce jour où, les yeux au bord des larmes, tu as détourné le regard afin que je ne puisse rien remarquer?? Nous étions dans le métro ou bien le bus, et bien avant même que tu ne penses à tourner la tête, je savais que tu étais sur le point de pleurer. Et puis c'était de ma faute, je te l'ai écris un peu plus tard dans une lettre, as-tu gardé cette lettre??

Mille fois tu m'as dit que je ne te connaissais pas, que je ne savais rien de toi et, je l'avoue, tu es proche de la vérité car il me faudrait une vie entière pour, pleinement, te connaître. Pourtant, il est des choses que je sais, que je ressens et qui font que ma passion dévorante pour toi existera jusque dans la mort. Je sais que je t'aime, que je t'aime au-delà du possible car tu es unique, tu es de celles qu'on ne rencontre qu'une fois dans une vie et le hasard à voulu que je te rencontre, je ne peux m'empêcher de penser que ce n'est pas, totalement, accidentel. Je ne peux m'empêcher de penser que si nos routes se sont croisées, c'est que cela devait être écrit quelque part. Oui, j'en suis convaincu et j'espère de tout coeur que cette idée t'a aussi effleurée.

Je sais que tu es belle, brillante, que tu débordes d'un charme rare et délicieux, que tes yeux ont la fâcheuse manie de me transporter ailleurs, là où rien d'autre n'existe que toi, toi et ce regard assassin qui me bouleverse. Je sais que tu es en souffrance, que tu ne crois pas assez en toi, qu'il te manque bien des encouragements mais moi je sais, je sais ta capacité à bouffer le monde, à dire «merde» à la fatalité et à tout se qui se trouvera en travers de ta route. Et cette route qui est la tienne, je rêve de la suivre avec toi. Je n'ai pas peur de me mettre à nu, de crier haut et fort à quel point tu es importante pour moi, je pourrais hurler mon amour pour toi jusqu'à en crever parce qu'il me semble que si je ne le dis pas, si je ne jure pas sur tous les diables la sincérité de mes sentiments, alors il manquera quelque chose à ma vie, tout comme tu me manques, tout comme j'ai besoin de toi. Tout cela tu le sais, tu le sais depuis, déjà, longtemps mais il m'est impossible de le taire et je ne peux que le répéter, te le répéter encore et encore.

Je sais que tu es généreuse, timide, que, parfois, tu ne comprends pas le regard des autres, je sais que tu doutes de tout et surtout de toi mais je sais, aussi, que tu as conscience de cette force qui est la tienne, il faudrait juste qu'on t'aide à la déployer. Combien de fois ai-je pu te dire tout mon amour? Que j'aimais tes mains, tes gestes, tes grimaces, ta façon de rougir quand mon regard se fait plus intense, que ta démarche me tourmente, que ton rire me touche le coeur et que tes larmes m'émeuvent à l'infini. Pour toi j'ai pleuré, j'ai pleuré comme pleurent les hommes, seul et sans partager ces instants car ils n'auraient pu l'être qu'avec toi. J'ai tant rêvé de pleurer dans tes bras, de sentir ton coeur battre, ma tête contre ta poitrine, ta main perdue dans mes cheveux, j'ai tant rêvé de n'être qu'à toi, de ne plus rien ressentir d'autre et de laisser le monde s'écrouler pendant que nous nous aimerions à l'abri des autres. Je sais que tu donnes plus que tu ne reçois, que tu es capable d'aimer plus fort que tout, je sais que j'ai aimé, adoré, embrasser ta nuque, caresser ta peau, sentir tes cheveux et m'enivrer de la délicatesse de ton parfum. Je sais tout ça....

Mais il est une chose que je sais encore plus fort que le reste, c'est que mon coeur t'a reconnue, que je t'aime plus que ma propre vie et, cela, depuis le premier jour, je sais que je n'aurais de cesse de clamer cet amour, au risque d'en perdre d'autres, je sais que tu es la seule, je le sais, c'est ainsi....

Report this text