Ce qu'il y a

Yannick Bériault

Suivant les ondes,

le pas du temps

- qui coule

    le long des crevasses -,

  le pas compté et distordu

     du temps qui use

    ses propres tours

 pour se donner substance ;

suivant les ondes, les corps sentent

             ou non

   leur peau frémir


il y a le sens du flot,

  les lignes, les courbes, le débit...

   il y a la nage


il y a l'art, la présence

  déchirant

 la mince peau de devenir

qui fait du flot la surface ;

  il y a l'art de composer,

  à même le flot aveugle


Il y a le vouloir, il y a la jouissance,

  il y a les muscles, il y a les os,

 tendant la peau qui vibre

   tout contre l'eau


Il y a le juste équilibre

  entre sentir et faire


 - - - -

Poème d'abord publié sur lesensdutemps.tumblr.com


Report this text