Chailai

drims-carter

Ecoute petit, Pattaya j't'en parlerai pas. Trois ans qu'il m'a fallu pour m'en remettre alors j't'en parlerai pas ! Pattaya c'est... c'est un rêve et un cauchemar. C'est le miel et les piqures d'abeilles, rien n'est gratuit.

Ecoute petit, j't'en parlerai pas de Pattaya. C'est à cause de mon ancien pote Tony, c'était en 2009. J'avais trente quatre ans, un peu d'argent de côté et Tony a décidé qu'on irait se dépayser en Thailande. C'est sur un coup de tête qu'on a débarqué à Bangkok, puis on est descendu à Pattaya. Purée petit j't'en parlerai pas, cherche pas. C'est pas Pattaya le problème, c'est Chailai. Ah Chailai... J'te raconte pas...

J'étais à la plage, les pieds dans l'eau. Pattaya c'est le flux et le reflux. Cet enfoiré de Tony m'avait proposé de voir des filles au "World Wide a go go", un espèce d'établissement pour pervers à l'angle de Soi8 et de BeachRoad. J'ai pas voulu y aller moi. Lui, il avait tout prévu Tony, il était venu pour ça mais il ne me l'avait pas dit. Je ne serais pas venu sinon. Justement, je n'y étais pas allé ce jour là dans sa boutique d'hôtesses... J'étais resté quelques mètres plus bas sur la plage, en face, après la "pattayasainuag", la route qui longe la côte.

En fait, c'est pas Pattaya le problème petit, Pattaya c'est comme partout : les mêmes hôtels, les mêmes clubs, les mêmes pièges à touristes. Une bouffe un peu différente, mais tu trouves de tout ce qui existe chez nous. Le truc que tu trouves pas forcément chez nous, c'est les filles... le problème c'est pas Pattaya, c'est Chailai.

Chailai se promenait nonchalamment sur la plage. Je regardais la mer en face de moi, le soleil couchant d'un rouge orangé virant au brun, se reflétant sur la mer qui s'assombrissait. Des bateaux de pêche et de transport polluaient la vue et gâchaient ce spectacle. Un vent doux me caressait le visage et me berçait. J'étais dans un état second, mi énervé, mi apaisé, à l'image de cette ville. Chailai était belle, frêle, réservée, portait une tenue légère mais pas vulgaire. Elle avait vingt ans et attendait une amie... officiellement. Elle parlait un anglais approximatif, un accent maladroit qui lui donnait un charme fou. Tony n'arrivait toujours pas. Il devait s'amuser... Je lui ai proposé de lui offrir un verre, elle m'a conseillé le Poppy 2, un bar auquel j'ai tourné le dos toute la journée. Des dizaines de bars par rue, des ruelles suspectes, des rôdeurs, un touriste dépouillé qui semblait faire un malaise, un marchand de nourriture ambulant. Chailai m'a installé à une table ; elle connaissait le patron qui m'a offert une bouteille de champagne... que j'ai du payer 900 Baths. Chailai m'a ensuite proposé de me détendre dans le salon de massage de l'une de ses amies. Elle m'y a accompagné, et m'a déshabillé dans une cabine.

Ecoute petit, Pattaya j'en reviens à peine cette année. J'ai aujourd'hui trente-sept ans et plus toute ma tête. Où en étais-je ? Ah oui, dans la cabine de massage avec Chailai. J'étais puceau, elle me caressait, je sentais la sève monter en moi, sur le point d'exploser. Quand elle s'est caressée la poitrine et s'est mise à sucer mon majeur, j'ai joui. Quand elle a vu mon caleçon souillé et mon rictus de plaisir, elle a ri. Mais elle a pleuré quand la police a débarqué car... en parlant de majeur, elle ne l'était pas tout à fait elle-même... Elle avait quinze ans d'après le procureur, et moi j'en ai pris trois... Je reviens de Pattaya petit... et je n'y retournerai pas.

Report this text