Chemin tracé.

mamselle-bulle

Elle a sur son visage comme des miliers de traits qui forment un chemin.

Tracé.

Son corps recroquevillé témoigne de son vécu.

Passé.

C'est beau à en pleurer. A en pleurer.


Ses rides raconte son histoire avec et sans lui.

Vie.

Elle est belle, belle à en pleurer.


Elle pense à ses amis, à sa famille qui ont toujours été là.

Tout près.

La solitude aussi, qu'elle n'a jamais aimé.

Chassée.

Elle se souvient de lui, de leur "nous" à eux, beau à en hurler.

Aimer.

Son vélo est posé sur le mur de sa maison, gardienne des souvenirs.

Sourire.

Elle se souvient des blagues qu'elle me racontait chaque été.

Secrets.

Dans sa main, le livre que je lui ai offert ainsi que quelques mots.

Gravés.

Ses yeux sont clos, son esprit reposé. 

En paix.

Elle comprend, que sur sa vie, il faut tirer un trait.

Plaie.

C'est triste, triste à en pleurer.


Elle est partie mais pas si loin qu'on pourrait le penser.

Mémoire.

Elle reste près de nous, à jamais, à jamais.

Marquée.

Les larmes coulent sur mes joues.

Salées.

C'est douloureux à en gueuler. A en gueuler.

Report this text