Comme un parfum de nostalgie.

daniel-m

...


Il est un univers unique, le nôtre. Celui de nos souvenirs, de notre mémoire. Ces petites choses qui reviennent à la surface, éveillées par un flash, une image, un déjà vu, un parfum, une odeur. La mémoire olfactive est celle qui imprègne le plus notre cerveau parait il, peut être une reste d'instinct animal ? Soudain, l'excitation de nos sens réveille un souvenir, notre vie défile et l'on se surprend déjà à être nostalgique, pourtant, le passé n'est pas si loin, mais il est déjà passé. Parfois, c'est un produit, un air de musique ou une image qui appelle le souvenir, et là, au hasard d'une rencontre avec lui, on se projette loin derrière, au temps d'avant, celui qui fut toujours meilleur. Nostalgie ! Mais ce qui fut a été et donc n'est plus … mais je m'embrouille :o]

 

Moi, ce n'est pas très original, j'ai rencontré un vieux compagnon que j'avais oublié, l'autre jour dans une pharmacie ! Un petit cahier, que personne ne voyait. Au milieu d'autres produits, il fait aujourd'hui grise mine et personne, ou si peu, n'y fait plus réellement attention, tant ce petit cahier fait désuet et vieillot. A défaut d'avoir l'air con, ayons l'air Wick !

 

Le papier d'Arménie du docteur Auguste Ponsot…

 

Vers la fin du XIXe siècle, le Dct Auguste Ponsot découvre que les arméniens font brûler du Benjoin pour parfumer et désinfecter leurs maisons. Auguste va « adopter » cette coutume en France avec Henri Rivier, pharmacien. Ce dernier dissout le Benjoin dans de l'alcool à 90º, mélangé avec un support de papier buvard. L'essai qu'a réalisé Henri Rivier va se révéler très utile et efficace. Le papier d'Arménie est couronné de succès pendant l'exposition d'hygiène de 1888 et de 1889.

Il est produit à Montrouge depuis 1885 et sa formule secrète est restée inchangée depuis.

Le Benjoin est une plante du genre « Styrax ». Styrax tonkinensis est originaire d'Indochine et Styrax benzoe est originaire d'Indonésie. Ses principaux composants sont l'acide benzoïque et de la vanilline en faible quantité. Le benjoin était autrefois utilisé comme encens. (Rien à voir avec le « Bon joint », pour ceux qui auraient lu trop vite). Le papier d'Arménie ne se fume pas, il se hume !

Le produit est vendu sous la même forme et quasiment la même présentation depuis son origine en 1885. Un petit cahier (55/75mm) contenant une douzaine de feuilles prédécoupées en trois, soit ~36 bandelettes de papier buvard imprégnées, qu'il est d'usage de faire se consumer lentement dans une petite coupelle. Les fumées dégagées transportent un parfum suave d'encens et de vanille que j'apprécie énormément. Dès les premiers effluves, mon passé se réveille en mes souvenirs. Ma chambre enfumée d'ados, mon foulard Indien, le sac US, les filles, mes cheveux longs, AC/DC et « Anaïs Anaïs de Cacharel …. Presque 40 ans déjà….


Une utilité et une efficacité qui n'est plus à prouver…


Les émanations de Benjoin contenues dans le papier d'Arménie non seulement parfument agréablement les pièces, mais elles les assainissent, c'est-à-dire qu'elles ont des pouvoirs antibactériens reconnus. Comme toutes les bonnes vieilles recettes pas chères qui marchent, la pression commerciale a tenté d'anéantir le produit qui remplace très efficacement un grand nombre d'aérosols et autres fébrèzes, sans chimie et sans gaz propulseur. Après une étude déjà ancienne sur les désodorisants d'intérieurs par une union de consommateurs, le papier d'Arménie avait été accusé de diffuser en se consumant du benzène et des formaldéhydes. Dans le rapport de l'étude, il avait juste été omis (oups) que parmi les 72 produits testés, le papier d'Arménie en avait les taux les plus faibles….


Ou le trouve- t- on ?...


Le papier d'Arménie est disponible en pharmacie, parapharmacie, droguerie et parfumeries. Son prix est d'environ 4€. (Il coûtait 2 F 50 cts il y a trente ans) Il n'est plus vendu dans les bureaux de tabac ou très peu et c'est dommage. Le papier d'Arménie n'a pas son pareil pour atténuer les odeurs de tabac froid. Le papier d'Arménie n'atténue hélas pas les effets de la fumée de cigarettes auprès des fumeurs passifs. Il est donc vivement recommandé aux quelques goujats qui clopent encore à l'intérieur, de leurs dire que la cigarette, c'est dehors !!!

Il est recommandé de ne pas brûler plus de trois ou quatre bandelettes par semaine et par pièce et de toute manière aérer et laisser entrer le soleil dans les pièces aussi souvent que possible. Ne pas laisser brûler le papier sans surveillance et le laisser hors de portée des enfants. Mais là, il ne s'agit que de bon sens.


Petite conclusion …


Dans la série des petits gestes pour l'environnement ou du « c'est bon pour la planète », le papier d'Arménie mérite sa place, je dirais même sa première place en tant que désodorisant et assainissant d'intérieur. Je peux attester de son efficacité sur les odeurs de cuisine, d'animaux, de ….WC, de cigarettes et la rémanence des résidus de benjoin diffusés régulièrement dans les pièces assurent un assainissement de longue durée. Pour 4 €, finit les pchits pchits gazeux et autres Cillit Bang Bang, les désodorisants sophistiqués et chimiques (dans les prises de courant).

Voilà, ce n'était pas le roman de la semaine ;o), mais j'y ai mis toutes mes convictions et mon expérience pour vous le faire découvrir, (si ce n'est pas encore fait) ce produit très basique qui n'entretient pas (et c'est le moins que l'on puisse dire) son packaging et son marketing, mais qui mérite toute votre attention, car il est simplement efficace dans le cadre d'une « décroissance » vraie et sans esbroufe.

FIN du plaidoyer, je parlerai peut être, un autre jour, du vinaigre blanc, du bicarbonate de soude ou de l'eau gazeuse :o)

 

  • Trop drôle, ton texte :))) Mais ton analyse de la première partie du texte est très pertinente et je rejoins ton point de vue. Tu sais, les industriels ne s'y trompent pas et l'ont bien compris car ils pratiquent le rétro-marketing, c'est-à-dire remettre au goût du jour des produits des années 60 et alentours. Voir le célèbre chocolat Malakoff, le Banania packaging rétro, etc. Il y a un vrai marché à prendre...

    · Ago over 2 years ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • J'en suis bien conscient. On nous entube tellement chaque jour et à tous les étages, que l'on n'y prête même plus attention. On pourrait parler du bio réinventé, de la dictature revisitée, de l'enfumage de masse pratiqué à l'excès et sans censure etc ...

      · Ago over 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

  • Un petit carnet traîne toujours dans l'un de mes tiroirs... J'adore cette odeur, qui me ramène également en enfance, lorsque ma mère en faisait brûler dans notre vieille bicoque normande... Merci pour ce texte instructif et néanmoins touchant

    · Ago over 2 years ·
    Journalintimebon

    damephoenix

  • J'en ai toujours ; mais j'ai aussi de la Myrrhe que je fais bruler

    · Ago over 2 years ·
    Capture d'e%cc%81cran 2019 01 05 18.40.31

    Marcus Volk

  • J'adore ces petits trucs qui révolutionnent la vie!

    · Ago over 2 years ·
    Coucou plage 300

    aile68

  • Un petit bout de papier pour un voyage vers l'Orient.

    · Ago over 2 years ·
    Img 20190210 205453

    enzogrimaldi7

Report this text