Comment faire son malheur soi-même

debe

Comment faire son malheur soi-même

            Comment faire son malheur soi-même ? Son propre malheur,  bien à soi. Voilà bien une question que vous vous posez très souvent sans toujours trouver la bonne réponse. C'est pourtant d’une facilité confondante quand on se donne un tant soit peu la peine de se pencher sur le problème.

             En fait, il n’y a pas de problème. Si vous n’arrivez pas à vous rendre malheureux, c’est, dans bien des cas, que vous ne vous donnez vraiment pas beaucoup de mal pour y parvenir.

            Une des premières choses sera de vous dire que personne ne vous aime.

            Pourquoi ?

            “ Pourquoi, pensez-vous, me faut-il me dire que personne ne m’aime ? Et comment puis-je arriver à croire cela ? ”. C’est pourtant simple. Si vous n’y arrivez pas, c’est tout simplement parce que vous avez pris l’habitude de poser le problème à l’envers. Rétablissez l’ordre des composants du problème, et tout s’éclairera. Vous vous demandez pourquoi on ne vous aimerait pas ? Demandez-vous, à l’inverse, pourquoi on vous aimerait.

            Soyez réaliste. Vous êtes moche, vous êtes bête, et il ne vous vient pas à l’idée que l’on puisse tout simplement vous détester ? Regardez-vous dans un miroir, objectivement, comme vous regarderiez un autre. Le résultat sera flagrant.

            Si vous n’êtes pas convaincu d’être obtus, enregistrez-vous, ou mieux, faites-vous enregistrer par vos proches à votre insu et laissez-vous aller. Vous n’aurez qu’à écouter les bandes. Vous vous apercevrez alors que, la plupart du temps, vous ne proférez que des banalités affligeantes. Vous ne n'essayez même pas d'aller au-delà des clichés que vous vous contentez de répéter bêtement. Aucune originalité ne vient agrémenter vos propos. Que des lieux communs, des sottises ramassées dans le caniveau.

            Demandez-vous objectivement si vous aimeriez devenir votre ami.

            Si la réponse est oui, c'est dramatique. En plus d'être bête, vous n'avez aucun goût, aucun discernement. Mieux vaut en finir. Le plus tôt sera le mieux.

Report this text