Comment survivre sur les réseaux sociaux pour les nuls

Eric Varon

Participation au concours

Introduction : Mutualiste ou commensale ?

Les réseaux sociaux sont appelés ainsi, non pour des raisons politiques (référence aux doctrines sociales), mais par analogie avec les comportements des insectes sociaux (fourmis, termites). Les fourmis légionnaires sont particulièrement friandes d'autres insectes sur le nid desquelles elles accomplissent de véritables « raids ». Par ailleurs, différents genres de fourmis ont pour habitude de « s'installer » dans les nids de termites, et d'y cohabiter pacifiquement, pour des raisons encore mal comprises, mais qui sont sans doute d'ordre mutualiste (chacun profite de la présence de l'autre) ou commensale (relation de non réciprocité mais qui n'est pas d'ordre parasitaire). Quel rapport avec les Twitter qui se donnent un aspect d'oiseau bleu ou Periscope qui permet  diffuser en  streaming des vidéos en direct de n'importe où dans le monde, permettant à d'autres utilisateurs de la plateforme de les visualiser ? Les fourmilières, les termitières et les ruches sont des chefs-d'œuvre d'architecture. Ce­pendant, les sociétés d'insectes retiennent aussi l'attention par leur aptitude à résoudre collectivement certains problèmes, tel le  les choix d'une source de nourriture ou d'un site de nidification. La division du travail au sein d'une colonie témoigne également du bel ordonnancement qui semble régir les activités de l'ensemble de ses membres. Pourtant, en regardant de plus près, un tel ordre au niveau collectif ne semble pas être la conséquence directe des activités des individus. En effet, l'observation détaillée d'une fourmilière révèle des comportements individuels aléatoires, conflictuels et a priori difficilement compatibles avec de telles performances collectives. Ainsi, au sein d'une même colonie, il n'est pas rare qu'une fourmi détruise le travail qu'une autre a accompli quelques instants auparavant. Comment des comportements individuels apparemment désordonnés et des interactions multiples et non déterminées peuvent-ils aller de pair avec un comportement collectif cohérent ?  L'étude des systèmes complexes a fourni de nouveaux outils conceptuels qui lèvent un coin du voile sur les mécanismes de coordination des insectes sociaux. Parmi ces mécanismes, les processus d'auto-organisation ont fait l'objet d'une attention toute particulière, car ils participent à de nombreux comportements collectifs. Ces phénomènes au cours desquels les éléments d'un système s'organisent « spontanément » sont bien connus en physique et en chimie sous le nom de structures dissipatives, découvertes par Ilya Pri­gogine. L'un des exemples les plus connus de ces structures est celui des cellules de convection. Dès que la différence de température entre les deux faces du fluide dépasse une valeur critique, des rouleaux de convection apparaissent et s'organisent parallèlement les uns par rapport aux autres, formant d'étonnantes figures géométriques. Les méthodes d'études des structures spatio-temporelles qui apparaissent dans des systèmes physiques ou chimiques permettent aujourd'hui de mieux comprendre l'émergence de la complexité dans les sociétés d'insectes. Parlez, partagez, recommandez les autres utilisateurs. On est toujours plus forts à plusieurs que seul. Surtout quand on se lie aux bons influenceurs de la Toile. Au bout d'un moment, ce dialogue via réseaux interposés vous semblera naturel, vous permettra de faire de nouvelles rencontres sans être crispée par une stratégie.

 

 Plan :

I) Le principe d'un réseau est d'interagir avec les autres, qui sont particulièrement friands de récompenses symboliques et de gratifications sentimentales, décoincez-vous.

II) Organiser ses raids comme une fourmi légionnaire : vos messages se noient dans l'insignifiants, réagissez

III)N'envoyez vos munitions aux mauvais moments : quel timing ?



  • Salut Arthur ! Les fourmis ont inventé l'élevage, des millions d'années avant les hommes, avec de nombreuses espèces utilisant des pucerons qu'elles entretiennent et protègent et qu'elles vont traire régulièrement pour obtenir la nourriture qui leur est nécessaire. Les fourmis sont les seules avec les hommes à posséder des animaux domestiques donc elles peuvent poster des photos de pucerons

    · Ago about 4 years ·
    Chat

    Eric Varon

  • Tiens ce texte correspond à un état d'esprit que j'ai en ce moment, l'impression que nous ne sommes que des fourmis. Bon ceci dit ça n'explique pas pourquoi les gens postent des photos ou des videos de leurs chats sur les réseaux sociaux...

    · Ago about 4 years ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

Report this text