correspondances(inédit sur wlw)

elisabetha

une réflexion sur l'a correspondance virtuelle.

Aux lecteurs qui un jour ont pris une place dans mon cœur. Avec des mots murmures, dans une correspondance en pointillés. Où se noue l'art de la confidence avec la souffrance "mise à nue".

Ce lien de souffrance nous réunit simplement. Combien d'expériences en commun ici ou là qui permettent une empathie immédiate. Bien plus facile à reconnaitre que la complicité du rire.

Mais aussi, combien de chemins croisés qui brusquement se sont arrêtés, me laissant seule dans mon attente.

Des disparitions "volontaires?"qui blessent ma vie réelle de leurs éclats. A cause d'elles combien de fois j'ai pleuré chez ma psychanalyste, essayant de lui raconter qui était cet homme brillant et subtil qui m'émerveillait de ses mots, et dont l'absence me faisait souffrir comme celle d'un amant?

Combien de fois vais je encore échouer sur la grève de ces passions?

Rien ne me durcit. J'ai la légèreté d'une éphémère et je me déploie au moindre rêve. Je ne suis même pas une fleur, juste un souffle.

Je respire par défaut, et je vis par procuration quand j'échange les battements de mon cœur avec ceux des autres.

Toi, qui ici, m'a si souvent éblouie de tes compliments, faisant naître des vibrations qui inspiraient mon âme et emplissaient le vide intérieur de mes errances, pourquoi dois tu me quitter?

Cette correspondance qui s'achève, c'est la tristesse qui revient. Adieu ces instants, où les caresses se tissent dans la soie des mensonges romanesques.

J'aime ce mensonge qui donne vie à la séduction. Le dernier espace où s'offre la féminité à l'abri du miroir.

Dans le regard imaginé.

  • Merci Aurélien, tes commentaires sont aussi des décors à mes mots. Merci vraiment un plaisir à les recevoir.

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • Merci marielesmots. Je me retrouve tout à fait dans ce texte écrit il y a peut-être trois ans.

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • C'est superbement émouvant, merci Elisabetha, je comprends ...

    · Ago over 3 years ·
    W

    marielesmots

  • Eh oui, il faut s'attacher aux maux des corps, aux beaux décors, plus qu'au cours des mots !

    · Ago over 3 years ·
    49135320 802378970097420 3032857006785429504 o

    Aurélien Loste

  • Merci louve pour ton analyse. En fait ce n'est personne en particulier. Ce parcours que je décris à duré des années avec toujours le même processus

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

    • C'est toujours une souffrance à chaque fois...Bonne soirée Elisa !

      · Ago over 3 years ·
      Louve blanche

      Louve

  • Oh, ma pauvre petite chérie (si je peux me permettre) je comprends ton désarroi, parce qu'il est vrai que l'on peut s'attacher à une personne virtuelle tant elle nous éblouit par son intelligence, son talent à écrire et l'emprise morale peut être très forte, peut-être encore plus que si on l'avait, de chair et d'os, devant nous. Toi, il t'a éblouie de ces compliments, mais as-tu pu lui demander pourquoi il te délaissait, il ne peut peut-être plus te répondre : travail, maladie ou tout simplement manque de temps... changement de vie, qui peut savoir. Je te souhaite de renouer le dialogue très vite.
    Mais tu sais comme tu le dis, c'est un mensonge, enfin un peu, danger de la séduction derrière le miroir.. miroir aux alouettes. Je t'embrasse bien fort !

    · Ago over 3 years ·
    Louve blanche

    Louve

  • Tu as raison. Il y a toujours de la bouderie dans ma tristesse

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • Merci

    · Ago over 3 years ·
    Bbjeune021redimensionne

    elisabetha

  • Joli :)

    · Ago over 3 years ·
    Rose rouge touches du piano 12395 934

    Edgar Allan Popol

Report this text