Couple - le bouton en balade

moss468

Une pantalonnade à la parisienne

Quand Justine revint dans notre chambre d’hôtel, elle me trouva dans une situation délicate. Elle s’était levée tôt, s’était préparée sans un bruit, avait déposé un baiser sur mes lèvres endormies et s’en était allée pour un rendez-vous aux Tuileries. Quelques heures plus tard j’étais là, dans la salle de bains, ma chemise à moitié boutonnée – ce qu’elle a perçu comme une chemise à moitié déboutonnée –, les cheveux en pagaille et arborant mon plus beau caleçon rouge. Ça n’aurait pas été si grave si elle n’avait pas également trouvé la femme de chambre assise sur un fauteuil, mon pantalon entre les mains.

Nous traversâmes l’île de la Cité en enjambant tous deux la Seine à deux reprises, soit quatre fois au total, puis nous passâmes les touristes de la fontaine Saint-Michel. L’ange m’avait regardé avec sévérité, ce que je trouvai particulièrement injuste compte tenu de mon innocence. C’est au moment de voir les affiches du cinéma Danton, homme de spectacle par son tempérament, que les reproches de Justine se firent les plus vifs. Heureusement, mon discours se fit plus convaincant alors que nous traversions les jardins du Luxembourg et passions devant le Sénat. Je réussis à lui expliquer la vérité : mon bouton de pantalon était tombé, j’avais demandé qu’on le recouse. C’était tout.

Nous gravissions la montagne Sainte-Geneviève, Justine était Attila, j’étais Paris : elle m’épargna. Nous bûmes un canon au Bombardier, en face de l’église. J’étais absous.

Report this text