Dans l’ombre du jardin

_aylden_r

Dans l'ombre du jardin,

Les dalles dansantes

Empourprent les douces statues de marbre,

Et la jeune Vénus se cache, derrière l'arbre,

Du brâme courtisan aux mœurs indécentes

Dont la Croix s'abreuve à

La source apostolique

Aux couronnes de jasmin.

 

Mais pudique, la flèche

Décochée en murmures

Se glissa dans la brèche,

Et susurra amusée,

Tous ces doux gentilices,

A l'oreille du lys,

Pour le moins désarmé

Devant quelques mots mûrs.


Bientôt cœurs et seins croisés

Reforment dans le jardin,

Ombragé,

La délicieuse épave humaine

De jasmins,

Dont les flancs aphrodisiaques,

Sont dignes du plus indécent procès

Et face auxquels même le Juge du Bon Goût

Se couche sans peine

En oubliant les quelques loups,

A la vue des androcées dionysiaques

Et des épaules dénudées

Report this text