DANS MES YEUX, LE MONDE

Isabelle Revenu

- Et maintenant, dans le cadre de notre semaine de bonté, nous avons l'insigne honneur et l'avantage de vous présenter en avant-première mondiale et en exclusivité rien que pour votre plaisir, un mage de renommée internationale.

Les Américains nous le disputent, les Chinois nous l'envient, j'ai nommé le redoutable magicien illusoire : Freddie Sailor !

On l'applaudit comme il le mérite, avec conviction et enthousiasme !

Il nous vient tout droit des Indes Galantes accompagné de sa célèbre malle renfermant tous ses secrets et ses poudres hallucinatoires.

Il va exécuter devant vos petits yeux éberlués, un tour de passe-passe que seul son immense talent a pu mettre au point.

N'ayons pas peur du ridicule, ni des mouches. Ce numéro va vous charmer, emporter la grisaille très loin de votre quotidien et embaumer de douces senteurs d'Orient vos yeux d'enfant.

Voici le seul, l'unique, le Houdini des temps modernes : 

Freeeeeeeeeeddie Sailor et son orchestre dans leur fameux numéro des Crayons Enchantés !

- C'est à vous, m'sieur Sailor, le public vous fait une standing ovation, allez !

- Pff ben oui mais, c'est que ...j'ai oublié mes Crayons Ensorcelés dans le bateau...Je vais devoir improviser un autre tour ...

- Ah, c'est dommageable pour l'assistance mais ce n'est pas la fin du monde. Que pouvez-vous nous proposer d'autre de palpitant ?

- Non, ce n'est pas la fin du monde mais vous me donnez une idée...Une hypnose collective ? Je crois que cela n'a jamais été réalisé par aucun de mes honorables confrères. 

- Ils s'impatientent...Ca marche, va pour l'hypnose collective. J'espère que c'est sans danger.

..................................................

Alors, après quelques mots pour détendre l'aimable assemblée, j'ai fouillé dans le fond de mes poches et j'ai jeté de la poudre aux yeux en l'air. De la poudre d'or, de la poudre dort.

J'ai soufflé dessus, pour qu'elle s'élève en douceur, créant des nuées orangées qui se sont accrochées à la toile de bâche au zénith du chapiteau. Chacune des particules ressemblant à une étoile comme une copie conforme.

Les projecteurs se sont endormis et avec eux, les gens qui étaient venus m'applaudir...

- Et alors ?

- Et alors ? Eh bien j'ai pris un gros cigare dans la cave. J'ai remonté les marches une à une, le cigare au bout des lèvres.. J'ai coupé le bout, je l'ai jeté dans la sciure. Un palmier-dattier a surgi. Puis j'ai allumé mon cigare avec mon briquet à amadouer les colères du ciel. Le bout incandescent a illuminé l'orange amère et les vagues sont nées. J'ai tiré une bouffée. Les nuages ont commencé leur ascension nébuleuse, soyeuse.

J'ai toussé... Tonnerre d'applaudissements. Ensuite, de ma malle magique, j'ai sorti un éclair au chocolat. Comme on était dimanche de parapluie, il s'est mis à pleuvoir sans discontinuer.

Avec toute cette pluie, vous pensez  bien que l'herbe s'est bien vite mise à pousser, attirant les vaches et les tyrans.

Tout le monde a crié Mort aux vaches !!

Mais le sable de la Reine était trop brûlant. Ils ont vite rendu les larmes. Et la mer a monté. Le public s'est marré, la première marée de l'Histoire du monde. Le public a ri aux éclats, le verre de rouge était né et le clown aussi. Nez rouge et grande pointure. Un as j'vous dis... Le premier bouffon de la Création. Un jeu d'enfant. De fil en aiguille, de tous ces enfants et de toute cette eau sont nés des Jardins. De toute cette mares-maille sont nés les filets des pêcheurs. 

Soudain, le bateau à marée est remonté au galop. Droit sur les spectateurs. Vision de la locomotive en gare de la Ciotat.

Peur....

Le public a sursauté  en criant : Arrête Freddie ! 

Et les poissons ont fait leur apparition. Doucement, tranquillement, bullant au soleil printanier. Et de ces bulles délicates se sont envolés mes espoirs, tous mes espoirs. Et des centaines d'exocets sautillants dans l'écume. A gros bouillons de légumes. La soupe originelle. La grande constante. Les Neutrinos et leur apogée, le Big Bang......

C'est alors que je me suis pris les pieds dans le couvercle de ma malle. Je me suis ramassé de tout mon long. Une cascade de rire a fusé. Et je me suis retrouvé propulsé à grande vitesse, tuyères en feu jusque sur Mars.

L'assistance a versé une larme d'adieu qui s'est vite transformée en pluie torrentielle. L'eau des rigolos a inondé mes tuyères. Et c'est ainsi que Poissons je naquis. Un Vendredi de la même planète. 

Mais je ne suis toujours pas un saint.

Les Saints de Glace sont arrivés. Il faisait un froid ! Le givre s'est entassé juqu'à former de véritables icebergs à la dérive. Décidément, on ne devrait rien entreprendre les dimanches.

C'est là que j'ai percuté la proue de plein fouet et que j'ai coulé. Mon nez rouge de clown aussi. J'ai demandé un mouchoir. J'ai éternué si fort que j'ai cassé un carreau et que je me suis coupé. Et comme je n'ai pas beaucoup d'atouts, j'ai passé mon chemin. Joli tour de passe-passe une fois de plus....

- Merci m'sieurs-dames et encouragez l'artiste modeste pour une somme modique .....

J'ai zigzagué dans les premiers rangs, les places les plus chères pour demander un sou.

Sous le charme de mon tour de magie, tout le monde a donné. Et la donne, c'était à moi de la faire.

J'ai triché. Je me suis donné l'As de Coeur.

J'espère le garder encore un peu.

Voilà mon tour d'hypnose collective et les chemins détournés pour expliquer la Création Originelle.

Vue par mes yeux...

Vu ?

 

Report this text