Décorum ou la vertu est une viande froide

charlotte-laquiche

C’était, l’ombrage, plus de rayons combustibles, plus de fumée atomique, reste la machine sans bruit et sans tête. 

Poésie zéro qu’ils disent, quand elle nous sublime, quand elle touche la peau et qu’elle porte ses nues. Angle, les mots nous reviennent par-dessus et l’on chavire comme on crève du trop plein de plénitude. Peur, c’est l’ère brutale de l’inhumanité, sur nos dômes les spectres s’arrondissent et guettent de leurs griffes.

Avancement zéro, quand il faut contourner le point, quand il faut nuire sans nuisance à quelques prudes tirées. Lecture contemplative, qu’on s’arrache les cheveux pour s’étendre ou pour n’attendre plus rien. Violence paisiblement vorace, qui lâche son lest, qui largue ses fastes, qui nous placarde au vacarme.

Manque zéro, autant qu’il en découle, qu’il en rode à jamais, que les vents contraires ouvrent nos portes closes. Absolu qui nous dégomme par le fond, qui s’enlise dans les creux et vides nos poches des yeux. Rêve, un chiffre sans nombre pour saute-mouton, un atout contre la postérité, un oedipe dans un corps vide.

Ego zéro, tripe zéro, paranoïa zéro, reste ce qui ressurgit.

  • Pour ceux qui ne parviennent pas à appréhender le fond (not me)
    Il reste la forme de cette formidable écriture.

    · Ago over 8 years ·
    St barth 052

    jb0

  • C'est drôle, j'avais comme un vide ce soir et puis me voilà comblée. Merci à vous, du fond de cette nuit lugubre teintée d'une lumière douce.

    · Ago over 8 years ·
    375705 10150405459877878 1691361839 n 300

    charlotte-laquiche

  • Charlotte, tes chemins de pensées sont si subtils et profond... Tes mots c'est une musique qui pénètre le cœur et l'esprit. Si singulière...

    · Ago over 8 years ·
    D029

    billiebones

  • Oui! J'aime!

    · Ago over 8 years ·
    Un inconnu v%c3%aatu de noir qui me ressemblait comme un fr%c3%a8re

    Frédéric Clément

Report this text