Histoire de dire.

Hervé Lénervé

C’est un peu con, cette expression. Vous avez déjà lus des histoires de dire, vous ?

-         Ma chérie, c'est moi ! Je t'explique. Alors que j'arrivais, j'ai été pris, subrepticement, mais sous une pluie tropicale du mois de février. Des trombes d'eau, on n'y voyait goutte, vois-tu ? un rideau d'eau, oh dis-je ?

-         Oui ???

-         Ben, c'est la raison de mon retard, voilà le pourquoi !

-         D'accord, mais on habite à Paris.

-         C'est vrai, les pluies tropicales… remarque avec ces dérèglements climatiques, tout s'explique ! Non ?

-         Pas tout… non !

-         Ok ! alors, autant te dire la vérité tout de suite. Je rechignais à le faire, car je sais que tu vas t'inquiéter. C'est ta nature de t'inquiéter pour un rien, pour une broutille, une peccadille, une jolie-fille, qu'est-ce que je raconte, là, moi, là…

-         Laisse, continue, je t'écoute.

-         Voilà, c'est pas facile…

-         Oui ???

-         Tu ne vas jamais me croire, c'est vraiment trop con !

-         Essaie quand même.

-         Donc, tu te souviens de René ?

-         Non, mais peu importe.

-         Mais si, René, voyons ! René, qu'on appelait le petit René, car il est tout petit et…

-         Admettons, continues !

-         Eh, bé, figure- toi… qu'il est mort comme ça !

-         Merde alors !

-         Oui… mort comme ça, devant mes yeux ! Comme tu dis, merde alors !

-         C'est ennuyeux !

-         Un peu, certes, déconcertant même ! Comprend-moi, il fallait bien que je fasse quelque chose.

-         Bien sûr ! Tu l'as enterré, alors ?

-         Heu, ben non… J'n'avais pas de pelle.

-         C'est con, on devrait toujours avoir une pelle quand on arrive deux jours après la cérémonie de son mariage.

Report this text