Je n'ai pas su te dire

Francisco Varga

J'aime tes cheveux en bataille, le matin au réveil.

J'aime ton regard de rainette quand tu viens de pleurer.

J'aime tes longs cils, qui battent tels des éventails dissimulant tes yeux quand tu te sens gênée.

 J'aime la chaleur de ton cœur qui bat contre le mien quand tu es fiévreuse.

J'aime la petite fille qui dessine les fleurs qu'elle n'a pu offrir à sa maman.

J'aime la silhouette fluide que dessine ta longue robe blanche tachée de roses.

J'aime entendre ta voix la nuit dans la solitude de tes appels.

J'aime le souvenir de tes pas quand le long de la rivière tu as pris la main de ta sœur.

J'aime tes éclats de rire le dimanche, quand tu sais que les vacances ne font que commencer.

J'aime la rêverie des fumées de ta cigarette quand le soir nous n'avons plus besoin de parler.

J'aime la délicatesse de tes gestes et tes sourires amusés.

J'aime nos rendez-vous clandestins quand tu crois que ta mère ignore que nous nous retrouvons.

J'aime la sérénité de nos promenades en forêt quand l'hiver est si bleu.

J'aime quand tu me demandes de te servir du vin pour me faire comprendre que tu n'es plus une enfant.

J'aime les rides qui éclairent ton front quand tu lis Flaubert.

J'aime tes paroles adolescentes quand tu découvres la révolte.

J'aime le désordre de ta chambre, tes vêtements éparpillés que tu ne porteras pas ce soir.

J'aime ta précipitation affolée quand tu sais que tu es encore en retard.

J'aime regarder le chat qui s'endort au creux de ton ventre.

J'aime cette musique que tu écoutes, que je ne comprends plus.

J'aime te savoir heureuse quand tu es loin de moi.

J'aime quand tu descends du train, me cherchant sur le quai.

J'aime quand feignant l'indifférence, tu fais semblant de ne pas être fière de la copie que tu as laissée trainer sur la table de la cuisine.

J'aime quand tu me manques, je sais que ce soir nous dinerons ensemble.

Je n'aime pas les magazines que tu lis.

Je n'aime pas la longueur de tes silences.Je n'aime pas ces photographies que je n'ai pas su prendre de toi.

Je n'aime pas la couleur rouge de l'ambulance.

Je n'aime pas ce téléphone qui a oublié le son de ta voix.

Je n'aime pas ces fleurs que tu soignais, qui renaissent éternellement.

Je n'aime pas ce chat que l'on n'a plus revu quand il a compris que tu ne reviendrais pas.

Je n'aime pas entendre la tristesse de ta sœur.

Je n'aime pas les paroles que tu as enfouies, quand tu les pensais inutiles.

Je n'aime pas que tes rêves ne soient restés ceux de l'enfance.

Je n'aime pas le désespoir dont tu as vêtu tes nuits d'errance.

Je n'aime pas ce corps que ta douleur a effacé.

Je n'aime pas les mots que je n'ai pas su te dire.

Je n'aime pas que de ma mémoire tu t'estompes chaque jour un peu plus.

Je n'aime pas ne plus savoir pleurer.

Je n'aime pas la force que j'ai eue sans toi. 

Je n'aime pas cette femme qui ne t'a jamais connue.

Je n'aime pas ses yeux dans lesquels tu t'es sentie femme.

Je n'aime pas le chant des oiseaux insolents au printemps retrouvé dans ce jardin où tu es désormais en paix.

  • Un poème si beau, si bouleversant !!

    · Ago about 1 year ·
    Louve blanche

    Louve

  • superbe déclaration d'amour.
    sa perte fait si mal ; elle est si magnifiquement racontée.
    je vous souhaite de retrouver la paix, vous aussi.

    · Ago about 1 year ·
    Morning in jama%c3%afca

    li-belle-lule

  • Merci pour ce partage.
    Je suis profondément touchée. Merci.

    · Ago about 1 year ·
    00

    gone

Report this text