Jordan is in the kitchen.

Cé Bé

Concours "portraits"...
« Bon, qu'est-ce qu'on mange aujourd'hui sur la toile ? Des pyramides en Croatie… Nabila sort de prison… Le complot des francs-maçons révélé dans les films de Walt Disney… Une compilation des meilleurs accidents de la route… Pfff… Indigeste ! Disgracieux ! Potins patentés, pastiches et baratins ! Tout doux ma panthère, ou tu vas te faire un bobo vasculaire à l'intérieur de la tête.
 
Attends… C'est quoi ça ? « Wahou » j'ai envie de dire. Ah oui, ah mais oui ! »
 
Et voilà, ça s'est passé exactement comme ça monsieur l'inspecteur. Le coupable s'appelle Jordan et le lieu du crime, c'est le Jordan Blog. J'en ai pris plein ma face. Oui monsieur. C'est beau, c'est addictif, c'est délicieusement provoquant sans jamais être vulgaire, c'est fin et ça se mange sans faim…
 
« Mais monsieur, de quoi parlez-vous à la fin? Quittez mon bureau tout de suite, vous êtes à la poste ici ! »
 
Bon, il a quand même fallu que je rencontre le bonhomme, histoire d'en tirer un portrait d'une justesse claire. Le brumeux personnage m'a donc ouvert les portes de son univers avec tout plein d'amabilité gentille.

Artiste, sociopathe, producteur, chasseur de prime et amateur de whisky, ce blogueur compulsif est, comment pourrait-on dire ? « Anonymement visible ».
 
Depuis qu'il suscite la curiosité sur les réseaux sociaux, il a, comme il le dit lui-même, deux vies: la sienne et celle que les autres lui inventent.
 
« Je suis ce qu'imaginent les gens les plus curieux... Autodidacte et intéressé par toute les formes d'art, je touche à pas mal de domaines : musique, architecture, photographie, graffiti, etc… Je développe actuellement plusieurs projets dans ce sens... »

Passionné par l'art visuel, le garçon enregistre machinalement des images d'internet depuis l'époque des skyblog. C'est en 2010 qu'il commence à les publier sous le nom de jordanblog sur les différents réseaux sociaux : Tumblr, Facebook, etc… « Jordan Blog, c'est personne et tout le monde à la fois ».

Quelques "followers" plus tard, il crée son blog en 2013, le succulent jordanb.fr ou lui et son équipe écrivent des articles, des articles sans se prendre la tête. Et c'est donc "sans se prendre la tête" qu'ils atteignent quelques 500.000 visites en deux ans d'existence... Et pour un contenu d'une telle qualité, n'ayons pas peur des mots, on peut dire que c'est bien bien bien bien bien.
 
« Dès qu'un truc est susceptible d'attirer notre œil, on se demande si les gens ont envie qu'on leur parle de ça, si on aurait des trucs à dire et si on est un minimum légitime dessus. On cherche vraiment à apporter un plus aux gens, apporter une vision sur l'œuvre d'art, la collection ou l'événement dont on parle. Il n'y a rien qui nous énerve plus que tous ces sites qui soit-disant décryptent des collections et se contentent de décrire les photographies. Le clic bête, c'est pas pour nous. Si dans mon titre y'a marqué décryptage, t'inquiète pas frérot, t'auras de l'analyse et pas seulement un passage en revue. »

On l'aura comprit, Jordan ne fait pas partie de cette catégorie de journalistes 3.0 qui ne prennent pas leur audience au sérieux. Son inspiration peut aussi bien lui venir du net, de la rue, d'un SMS ou du boule de sa go.

« Les faits les plus croustillants sont, selon moi, ceux que de parfaits inconnus m'envoient via les réseaux sociaux : photos de boule(shit)*, « Jordan blog » écrit avec de la cocaïne, noms improbables sur une boîte aux lettres... On m'envoie tout et n'importe quoi, ce qui est assez drôle. Je m'incite à croire que le seul fait remarquable pourrait être d'inspirer la folie ou la créativité via ce blog. »
 
Fini de rire maintenant. Il est temps de parler un peu de sujets plus sensibles. Je finirais donc cette petite mise en plis par une interview "à fond pertinente" de l'intéressé.

Cé Bé : Alors dis-moi Jordan, est-il vrai que tu as un portrait de Kim Jong Un dans ta chambre ?
 
Jordan : Non, ce n'est pas vrai. Il est bien trop petit pour être mit en poster. Par contre, j'ai Poutine en train de tuer un ours à mains nues à la place du miroir dans ma salle de bain.
 
Cé Bé : Penses-tu que les limaces de mer devraient avoir un statut social ?
 
Jordan : Quand je vois qu'on donne le droit de vote à toutes ces meufs qui font des duckfaces, je me dis : « pourquoi privilégier les canards et pas les limaces ? »  Au final c'est pareil, c'est dégueulasse et j'ai envie de leur marcher dessus quand je les vois.
 
Cé Bé : Est-ce que tu aimes le foot ?
 
Jordan : Ouais, j'attends les périodes de match pour aller tacler les meufs des mecs trop occupés par la nouvelle coupe de cheveux de Messi.

Cé Bé : Dis-moi Jordan…
 
Jordan : Quoi encore ?
 
Cé Bé : N'as-tu jamais dansé avec le diable au clair de lune ?
 
Jordan : C'est quoi cette question de "bip" ?!! Ecoute plutôt le son de cette phrase : « il faudrait tout de même pas me prendre pour un "bip" ! »
 
Pour conclure, on peut affirmer sans se tromper que Jordan est un militant de l'image, un orfèvre de la sélection. Mais surtout, ne croyez pas un traître mot de toutes ces allégations et allez voir par vous-même. Un petit conseil au passage les enfants: préparez une pommade anti-inflammatoire, il se pourrait bien que vous preniez une grosse claque visuelle...
 
www.jordanb.fr
www.instagram.com/jordanblogparis
www.jordanblogparis.tumblr.com
www.facebook.com/JordanBLOG


Report this text