La Fin des Temps ?

Jimi B. Watson

La fin du monde n'aura pas lieu... Ou peut-être sera-t-elle retardée ? La frontière entre l'imaginaire et le réel s'effrite peu à peu au fil du texte, plongeant le narrateur dans la folie...

1er décembre 2012,

7h10

Approchant de la date fatidique, j'ai décidé de tenir un journal personnel, afin de relater mes derniers instants. Vous allez me dire que ça ne sert à rien parce qu'il ne se passera rien le 21 ? Je suis tout à fait d'accord ! En vérité, cette idée ne vient que partiellement de moi, puisque c'est plutôt un « trip » entre amis. Je ne crois pas du tout à ce « Ragnarök », et je compte faire une soirée bien arrosée ce soir-là, pour me moquer ensuite de tous ces illuminés qui ont cru que c'était la fin ! Ecoutez-les : la fin du monde ! Un astéroïde géocroiseur ou une comète percutant la Terre, le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, ou encore une invasion d'extraterrestres mangeurs d'hommes pourraient peut-être mener à l'extinction de la race humaine. Mais que l'événement se produise exactement le 21 décembre 2012, c'est impossible. Ou alors, c'est Dieu. A la manière d'un enfant qui joue aux Lego, il a créé le monde et l'humanité. Puis comme l'enfant qui se lasse de sa création, il détruira son œuvre pour créer quelque chose de nouveau. Mais je ne crois pas non plus en Dieu.

8h19

Avec tout ça, j'ai oublié de me présenter. Mon nom est Jimi B. Watson, mais vous pouvez m'appeler Jimi. Certains me nomment Jim, mais ça, c'est parce que ce sont des fainéants ! J'étudie le japonais à l'université d'Edimbourg. C'est vraiment passionnant. En plus, cette école m'inspire beaucoup. Elle est dotée d'une architecture incroyable, rappelant celle des châteaux de la Renaissance. Souvent, en me dirigeant vers la porte principale, je me surprends à penser qu'il se pourrait que je croise Harry Potter ! Bon, le train que j'utilise ne ressemble pas vraiment au Poudlard Express, mais il n'en faut pas beaucoup pour titiller mon imagination. D'ailleurs, je vous écris depuis ce train. Il est silencieux, presque vide. A l'extérieur, la température est en dessous de zéro, et le manteau neigeux a recouvert les champs. Le ciel est d'un gris si clair qu'on le confondrait presque avec le sol couvert de neige. Le train semble avancer dans un néant de blancheur. Une voix féminine dans le haut-parleur annonce l'arrivée imminente à la gare d'Edimbourg.

13h03

Me revoilà. J'ai déjeuné et me voilà assis sur un banc, en train de vous écrire. J'ai enlevé mes gants, parce que ce n'est pas facile d'écrire avec ! C'est malin, maintenant j'ai les doigts bleus. Mais il faut absolument que je vous en parle tant que c'est frais dans mon esprit. Il s'est passé quelque chose d'étrange un peu après midi et demi. Une brève secousse a ébranlé l'université. J'étais en cours de japonais quand tout à coup nous avons entendu un grondement lointain. Tout à coup, une onde traversa la salle de classe. Je l'ai vu de mes propres yeux. Comme si une sorte de vague avait parcouru le sol de la pièce, mais sans briser le carrelage. Une ou deux filles ont poussé des cris, mais à part ça, personne n'a réagi. Un simple tremblement de terre, c'est tout. Mais en regardant par la fenêtre, nous étions frappés de stupeur. Un des arbres de la cour s'est mis à prendre feu, malgré la neige qui couronnait ses ramures. Les flammes doublèrent d'intensité, et moins d'une minute après, le chêne n'était plus qu'un morceau de charbon. Etait-ce les foudres de Dieu qui ont frappé cet arbre pour nous mettre en garde, en guise d'apéritif ? Non, sans doute une remontée de gaz ou quelque chose comme ça. Il en faudra plus pour me convaincre…

18h17

Me voilà de nouveau confortablement installé dans le train. Non, je vous ai menti : le cinquième terme de la phrase précédente est en trop. Je pallie ce manque de confort par mon casque posé sur mes oreilles. Tapotant l'écran tactile de mon Ipod Touch, je choisis d'écouter Hans Zimmer. Comment ? Vous ne connaissez pas ? Ce compositeur contemporain de renommée mondiale crée pour nous les meilleures mélodies qu'il soit ! Je vous l'accorde, il faut aimer. Peut-être préféreriez-vous un bon groupe de rock ? A chacun ses…

 

2 décembre 2012,

9h04

Bonjour tout le monde. Il m'est arrivé quelque chose d'incroyable hier soir. C'est pour cela que je vous ai quitté si hâtivement. Savez-vous où je me trouve actuellement ? A l'hôpital. Mais ne craignez rien, il ne m'est rien arrivé – physiquement, je veux dire. En revanche, mon esprit en a pris un coup ! Je vais tout vous raconter.

J'étais encore en train de vous écrire quand soudain le train s'est arrêté. Pas trop brusquement pour que nous nous affalions tous par terre, mais assez pour que ma valise me soit tombée sur la tête – celle-ci étant posée sur l'étagère située au-dessus des sièges. Puis toutes les lumières du train s'éteignirent. Il faisait nuit noire à l'extérieur, et le froid mordant semblait passer à travers les fenêtres. Je vous l'avoue, à ce moment, j'ai vraiment eu la trouille. Je n'osais plus bouger, le carnet et le stylo plume à la main. Mon imagination me joua de nouveau des tours, croyant voir du mouvement dehors. Soudain, une main se posa sur mon épaule. Mon sang ne fit qu'un tour. Mais la lumière revint, et je découvris que c'était Alan. Alan Scott, un camarade de classe. Il s'est assis en face de moi tandis que le train repartait. Nous avons discuté pendant toute la durée du trajet. En quittant le train, je suis entré en collision avec un inconnu. Quand il m'a tendu la main, il a déclaré : « Prends garde, jeune homme. La fin est proche, beaucoup de signes le prouvent ! Profite de la vie avant qu'elle ne profite de toi. » Puis il a disparu. Depuis, je me demande si tout cela est vrai. Un séisme, ça peut arriver. Mais un arbre couvert de neige qui s'enflamme et un train qui fait un bref infarctus dans la même journée, c'est trop !

Je suis à l'hôpital uniquement parce qu'on me l'a obligé. Tous les passagers du train subissent le même sort. Ils appellent ça une « cellule psychologique ». Mais c'est ok pour moi. A priori, je n'ai pas perdu la tête et je ne me suis pas brisé le poil que j'ai dans la main. Je vais quitter sous peu cet endroit qui me donne la chair de poule.

13h38

Je vous écris parce que nous avons eu la réponse à une de nos questions : la panne de train était en fait due à une éruption solaire de grande envergure. Je l'ai entendu aux infos. « Cette tempête solaire qui a frappé la Terre à une vitesse de 6,44 millions de km/h a sérieusement affecté la distribution d'électricité, les communications satellitaires, les GPS, les astronautes de la Station spatiale internationale et a contraint des compagnies aériennes à changer leurs routes pour éviter les régions polaires. » Les astronautes se sont-ils découvert de nouveaux pouvoirs, comme les Quatre Fantastiques ? « Outre le fait d'avoir perturbé les communications très dépendantes aujourd'hui des satellites, cette dernière tempête solaire a créé des aurores boréales spectaculaires en Asie Centrale. Mais rappelons que la Terre est bien protégée de ces tempêtes solaires par son champ magnétique. » Dommage, nous serions tous devenu des super-héros…

22h56

Ce que je viens de vivre est incroyable ! J'étais en train d'errer en ville lorsque je suis tombé sur la créature la plus belle de la galaxie. Non, pas un petit bonhomme vert. Une jeune femme d'une vingtaine d'années, les cheveux d'un blond vénitien parfait encadrant un visage d'ange. Après réflexion, elle venait peut-être d'une autre planète… J'ai décidé de l'aborder. Je lui ai parlé de la fin du monde dans les prochains jours à venir, et lui ai répété la phrase de l'inconnu que j'avais bousculé : « Profite de la vie avant qu'elle ne profite de toi. » Et ça a marché, elle a accepté de faire un tour avec moi. Mais comme dit le proverbe japonais : « 嵐の前の静けさ », c'était le calme avant la tempête. Après avoir beaucoup parlé de nos vies, on allait se rendre chez moi quand une explosion retentit, et levant tous deux la tête vers le ciel, nous vîmes avec effroi une boule de feu s'écraser sur des immeubles, à quelques centaines de mètres de nous. Malgré la distance qui nous séparait de l'impact, l'onde de choc nous atteignit tout de même, et nous fûmes projetés à terre. Quand nous nous sommes relevés, nos yeux découvrirent ce qu'était l'enfer. Les immeubles touchés et même ceux alentours avaient disparu pour laisser place à un énorme brasier. Les pompiers ne tardèrent pas à arriver sur place. Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés là, à contempler les flammes, main dans la main, mais mon inconscient m'avait guidé jusqu'à chez moi, jusqu'à ce carnet où je vous écris. Une éruption solaire, un séisme, puis une météorite… Peut-être avais-je tort de penser que cette histoire était totalement fausse. Et si c'était vraiment la fin, le 21 décembre ? Bah, comme dit un autre proverbe : profitons du moment présent. Car nous ne savons pas ce que l'avenir nous réserve.

Je viens de m'apercevoir que je n'ai même pas pris le numéro de la jeune femme. Je ne sais même pas son nom ! Je sais seulement que son prénom était aussi adorable que son visage : Emma. Peut-être ne la reverrai-je plus jamais ? Ou peut-être nos chemins se recroiseront-ils ? Seul l'avenir – qui s'annonce plutôt sombre – nous le dira…

 

3 décembre 2012,

2h23

Je me réveille en pleine nuit pour vous faire part d'un fait étrange. Il y a à peine quelques heures, il neigeait encore. Maintenant, une pluie diluvienne s'abat sur Edimbourg. La pluie est si forte que je pourrais l'entendre malgré mon casque sur les oreilles, écoutant de l'AC /Dccc… Oups, désolé pour la rature, mais un énorme coup de tonnerre m'a fait sauter au plafond ! C'est la tempête dehors, les éléments se déchainent. Je ne sais pas si je vais pouvoir me rendormir avec tout ce boucan. Allez, il faut que je dorme ! Bonne nuit !

4h12

Je n'arrive pas à dormir. Cela fait près de deux heures que ça dure. J'en ai marre ! Et puis j'entends les voisins de dessous qui poussent des cris. Je vais voir ce qui se passe...

7h54

Vous n'allez pas me croire : l'étage en dessous est noyé ! C'est une véritable inondation ! L'eau a envahi tout le rez-de-chaussée. J'ai dû les aider à évacuer l'eau à l'aide de seaux et de casseroles. Mais ça ne servait à rien, l'eau montait inexorablement. L'immeuble semblait sombrer dans l'eau noire, comme le Titanic le faisait dans l'eau glacée de l'Arctique. Armés de lampes de poche, nous nous sommes abrités jusque chez moi, au premier étage, en espérant que le niveau s'arrête de monter !

Il est un peu plus de huit heures du matin, le jour se lève, et nous pouvons à présent constater l'étendue des dégâts… La rue n'est plus. A la place, un torrent couleur ocre se déverse de droite à gauche, emportant voitures et arbres dans son sillage. Un paysage de désolation. Voilà ce qu'est devenu mon beau quartier. La pluie ne s'est toujours pas arrêtée de tomber, mais nous pouvons à présent percevoir un rayon de soleil percer les nuages.

12h06

Quelle nuit ! Heureusement, rien n'a été endommagé chez moi, l'eau n'ayant pas atteint le premier étage. En revanche, j'ai de la peine pour les voisins du rez-de-chaussée, qui ont tout perdu… Il est midi, et le ciel est bleu. L'eau a presque disparu des rues, mais ce n'est que pour contribuer à ce paysage de désolation. Je mange un sandwich que j'ai acheté hier soir, avant la chute de la météorite, parce que j'ai un petit creux, et que je commence à ressentir la fatigue. Les pompiers s'activent, les gendarmes aussi. J'ai même vu passer des militaires tout à l'heure. C'est dire l'ampleur de la catastrophe ! Plus rien ne fonctionne : télévision, radio,… et mon portable n'a plus de batterie. Tout va mal dans le meilleur des mondes. Que faire maintenant ? Quitter cet endroit et aller voir mes parents qui habitent à Glasgow ? Oui, très bonne idée, merci !

13h37

Me voici à Glasgow ! Je vais descendre du bus et prendre un taxi…

14h13

Me voici chez mes parents. C'est curieux, ils n'ont pas eu vent de ce qui s'est passé à Edimbourg. Je comprends pour les inondations, qui datent seulement de cette nuit. C'est sans doute trop récent pour être évoqué aux infos. Mais tout de même, l'histoire de la météorite aurait déjà dû avoir fait le tour du monde… Etrange. Ma mère nous a préparé un plat très copieux pour le déjeuner. Moi qui me plaignais d'avoir un petit creux, me voici gavé comme une oie ! Je me suis confortablement installé dans mon lit, les yeux fermés, prêt à recharger mes batteries.

15h31

Ma sieste n'était pas terminée, mais mes pensées me harcelaient. J'avais un gros doute. Je suis descendu voir les infos à la télévision, attendant avec impatience qu'ils parlent de la catastrophe de cette nuit. Mais ils ne parlaient que de Glasgow. Enfin, un petit flash sur Edimbourg apparut, et mon sang ne fit qu'un tour. La vie s'écoulait normalement à Edimbourg, la neige recouvrait doucement les toits, mais aucun signe d'inondations ou de catastrophes alentours… Mes parents étaient postés derrière moi, et remarquant ma stupeur, m'ont demandé si je me sentais bien. J'ai acquiescé après un moment d'hésitation puis me suis enfermé dans ma chambre. Je me suis senti tout à coup très mal. Aurais-je donc tout imaginé ? Le chêne en flammes, la coupure de courant dans le train, Emma, le météore, les inondations ? Ou alors suis-je toujours en train de dormir, enfermé dans un cauchemar sans nom ! Je me pinçai pour vérifier. Je sentis la douleur, donc j'étais parfaitement éveillé. Que s'est-il passé dans ma tête ? Moi qui étais le dernier à croire à cette fin du monde, serais-je finalement le plus illuminé d'entre tous ?!

18h18

Hélas, je ne comprends plus rien. Ça ne finira donc jamais ?! J'étais en train de chercher des infos sur le web, concernant la schizophrénie ou autres troubles de la personnalité, et mon ordinateur s'est éteint brusquement. Ma lumière de chambre suivit presque instantanément et je pus voir par ma fenêtre ouverte les lumières de la ville s'éteindre les unes après les autres. Le cauchemar n'est pas prêt de s'arrêter...

Report this text