La mare aux hérons

veroniquethery

Libre inspiration d'après le tableau de Jean-Baptiste Camille Corot

   Camille avançait sur le sentier plus lentement encore que lors de ses précédentes incursions dans cet univers sauvage et calme. Son âme tourmentée semblait gagner, à chaque pas, un peu de sérénité. L'air frais rendait son corps plus vivant et lui faisait, un temps, oublier sa peine. Ses poumons aspiraient la nature et sa poitrine se gonflait soudain de l'existence furieuse de ce qui l'entourait. Tout, dans cette forêt, lui paraissait admirable. Les arbres puissants semblaient lui transmettre leur sève chaque fois que sa main se posait sur les troncs. Les couronnes de feuilles l'abritaient mieux encore que le ventre maternel. Peut-être serait-ce cela sa mort. Un retour au cocon protecteur : douceur et chaleur humides. Se dissoudre lentement, glisser dans la terre, redevenir humus et surtout ne pas renaître !

   Échapper à son existence ! Voilà à quoi il aspirait. Parce qu'elle ne lui avait jamais vraiment appartenu. Ironie du destin ! Quand tout son corps d'homme hurlait sa condition féminine, seul son prénom le trahissait. Un prénom de femme et d'homme. Camille, un petit garçon qui se rêvait fille. Camille, un homme qui se voulait femme. Son corps et son âme étaient semblables à cet arbre-là, devant lui. Les deux tiers du tronc disparaissaient sous les eaux calmes de la mare, tandis que la partie émergée pourrissait lentement. Chez lui, c'est l'ensemble de son être qui se gangrenait. Le vernis viril craquait de partout, comme s'effritait l'écorce malade du peuplier.

   Au fil des ans, il avait appris l'art d'être un homme. Comment se tenir, comment parler, comment agir. Nul n'aurait pu surprendre, en lui, le moindre indice de son identité. Mais, il ne supportait plus sa propre trahison. Feindre d'aimer sa femme, quand tout, en elle, l'indifférait. Feindre de trouver amusantes les plaisanteries douteuses de ses collaborateurs. Feindre devant son père que son fils était bien un mâle digne de leurs aïeux.

En apercevant l'envol d'un héron cendré, il se rappela du mythe qui racontait sa naissance. La princesse Scylla, par amour pour Minos, avait trahi son père et lui avait livré son royaume. Mais, horrifié par sa duperie, le roi l'avait enchaînée à la proue de son navire. Les dieux de l'Olympe, pris de pitié, l'avaient alors métamorphosée en héron afin qu'elle puisse échapper à son destin. L'échassier symbolisait depuis la trahison et la rédemption. Mais, lui… Lui, qui le sauverait ? Qui lui permettrait d'échapper à cette carcasse puissante qui lui faisait horreur ? Qui lui permettrait d'être enfin celui qu'il était ?

C'est au détour d'un virage que lui apparurent le point d'eau et les premiers reliefs du massif granitique, berceau de son dernier sommeil.

Dans le silence de cet univers sauvage et calme, résonna soudain une déflagration...

  • Belle histoire Véro. Et la fin qui fait mal au coeur, alors que peut-être la rédemption était à portée de main.

    · Ago over 4 years ·
    Ananas

    carouille

    • Mais, est-ce la fin ? Bises Carouille !

      · Ago over 4 years ·
      Couv2

      veroniquethery

    • Du suspens ? J'adore ! ;-) Bises Véro;-)

      · Ago over 4 years ·
      Ananas

      carouille

  • Très émouvant Véronique ! J'ai un cousin qui connaît bien ce problème. voilà quelques années déjà, à cinquante ans il a décidé de changer de peau, de vie. Il est donc devenu femme, a quitté son épouse avec qui, il continue à travailler en bonne intelligence. Ses parents ne l'ont pas renié, mais sa mère ne s'habitue pas à son prénom de fille et continue à l'appeler Gilles. J'ai eu l'occasion de "la" rencontrer mais ne je ne l'ai pas reconnu. C'était un fort bel homme avant, mais pourtant, je me suis tout de suite senti avec une femme dès que nous avons engagé la conversation. Une complicité vraiment féminine. Mais, d'après les quelques mots échangés, ce n'est pas encore très facile pour elle.

    · Ago over 4 years ·
    Louve blanche

    Louve

  • Presque aussi bon que l'original, c'est dire. ;-)

    · Ago over 4 years ·
    Photofp3

    petisaintleu

  • Beau miroir :)

    · Ago over 4 years ·
    Rose rouge touches du piano 12395 934

    Edgar Allan Popol

Report this text