La Niche

rodolphe-m--2

SYNOPSIS

A la mort de ses parents, Anaïs, âgée alors de sept ans, a été prise en charge par une organisation appelée la niche. Créée dans les années soixante, cette agence a pour mission de répondre aux attentes de gouvernements ayant besoin d’une grande discrétion et d’agents spéciaux répondant à des critères stricts d’infiltration sur le terrain. Toutes les recrues de la niche ont été privées de leurs nationalités, identités et libertés. Les agents vivent tous dans un village entouré de forêt quelque part en Europe. Aucun d’entre eux ne connaît vraiment sa localisation car pour chaque mission ils partent cagoulés et reviennent au village cagoulés. Ils sont tous équipés d’émetteurs greffés près de leurs cœurs pour que la niche puisse les localiser à chaque moment. Jusqu'à leurs seize ans tous les agents reçoivent la même éducation : apprentissage de cinq langues, formation en arts martiaux et également en utilisation d’armes à feux et d’armes blanches mais aussi en culture générale, musique et arts. A seize ans les agents sont classés en catégories allant de A à Z.  Anaïs grâce à son  physique avantageux est un agent T. Elle est destinée à remplir toutes les missions où sa beauté peut devenir une arme supplémentaire.

Lorsqu’Anaïs est appelée pour une nouvelle enquête elle pense qu’elle va encore devoir séduire un homme corrompu pour tirer de lui des informations avant de le tuer. Mais elle se trompe. Le gouvernement français a besoin d’une jeune femme pouvant s’infiltrer comme mannequin dans l’agence Rush. Cette agence est soupçonnée par le biais de ces mannequins de transporter de la drogue d’un pays à un autre.

Après avoir reçu une courte formation de mannequin et avoir constitué un book à montrer chez Rush, Anaïs part enfin pour Paris. Là elle rencontre Clotilde, la directrice de l’agence, Marc, son mari, et Joshua, jeune booker venant d’être recruté. Ils tombent bien sûr tous les trois sous le charme d’Anaïs qui possède toutes les caractéristiques pour devenir un grand mannequin. Après avoir signé son contrat avec l’agence, Anaïs emménage dans un appartement mis à la disposition des filles.  Là, il y a Nina, jeune serbe dure et froide, Patricia, qui est lesbienne, Sacha, à peine seize ans et qui vient tout juste de quitter sa famille en Hongrie et Christelle, prête à tout pour devenir la prochaine Kate Moss. Malgré tous les castings, shootings et défilés Anaïs n’en perd pas pour autant son objectif. Elle a remarqué qu’à chaque voyage Joshua accompagnait les filles à l’aéroport et le soupçonne de leur fournir la drogue. Elle décide de se rapprocher de lui pour savoir ce qu’il en est vraiment. Et puis Joshua est loin de lui être insensible. Durant un vol de retour vers Paris après un défilé, Anaïs voit, impuissante,  Sacha mourir d’une overdose. L’autopsie révèle qu’elle avait avalé plusieurs sachets de drogue dont l’un d’eux l’a tué en s’ouvrant dans son ventre. Anaïs, émue par la mort de Sacha dont elle s’était liée d’amitié au fil des semaines, part chez Joshua où elle passe la nuit. Au petit matin alors qu’il est parti travailler, elle fouille son appartement et découvre un calendrier des voyages de chaque mannequin. Certaines filles sont toujours à côté d’une croix rouge. Comme ceux de Nina et Sacha. Anaïs plus décidée que jamais à en finir avec cette mission cherche dans la chambre de Nina des informations sur son enquête. Elle y découvre des photos de celle ci embrassant Marc, le mari de la directrice de Rush, à pleine bouche ainsi qu’un planning de certaines filles de l’agence avec un nombre de sachets inscrits à côté de chacune. 

Ce soir là lorsque Nina rentre, Anaïs la menace de la faire arrêter et lui fait comprendre violemment qu’elle doit coopérer. Elle lui promet que sa peine sera plus légère si elle l’aide. Nina prévient alors le Q.G. des trafiquants de sa venue avec une nouvelle recrue. Mais à peine arrivées au point de rendez-vous, Nina la trahit en révélant sa véritable identité. Anaïs essaye alors de s’échapper mais elle finit par se faire attraper et assommer. 

Lorsqu’elle se réveille elle est attachée à une chaise dans une cave. Elle découvre Marc qui l’observe. Il est le chef du réseau et il veut savoir qui est l’autre agent en planque chez Rush. Anaïs, au courant de rien, commence à recevoir des coups par les gorilles de Marc. Ils sont sur le point de la défigurer au couteau lorsque Joshua et toute une équipe d’agents français débarquent et la sauvent in extremis. Joshua a pu la retrouver grâce à l’émetteur greffé en elle et aux informations données par la niche. Aucun d’entre eux n’était au courant de la présence d’un autre agent juste au cas où ils se feraient prendre. Lorsque l’ambulance arrive pour amener Anaïs il lui promet de venir la voir au plus vite. Mais les ambulanciers travaillent en vérité pour la niche. Ils droguent Anaïs qui s’endort pour ne se réveiller que dans sa chambre au village. Elle repense alors à Joshua avec qui elle aurait voulu faire l’amour une dernière fois.

SCENE EROTIQUE

La niche lui avait appris que le meilleur moyen de se rapprocher de l’esprit d’un homme, lors d’une mission, était de se rapprocher de son corps. Mais si Anaïs serrait à présent Joshua contre elle ce n’était pas que dans cet objectif. Depuis leur première rencontre elle l’avait désiré. Chaque fois qu’elle avait fermé les yeux elle l’avait vu nu contre elle, haletant et poussant son bassin contre le sien. Dans son lit elle s’était caressée en rêvant de lui. Et maintenant que cela devenait réalité, que seuls leurs vêtements étaient encore une entrave, Anaïs se sentait plus loin que jamais de son statut d’agent. Elle s’offrait complètement à lui. Sa bouche n’opposait aucune résistance à sa langue, ses seins étaient sacrifiés aux caresses de ses mains, ses cuisses s’ouvraient d’elles même pour lui frayer un passage. A travers le tissu de la chemise de Joshua, Anaïs palpait ses bras forts, sentait son ventre dur. Les cuisses épaisses de son amant enserraient les siennes comme pour la soumettre d’une façon animale et elle aimait ça. Elle voulait le sentir en elle sans attendre, le sentir la posséder complètement. Elle frotta son basin contre le sien pour lui faire comprendre. Il n’en fallut pas plus à Joshua. Il remonta sa jupe sur ses cuisses, baissa son pantalon et vint coller son caleçon contre sa culotte. Anaïs ne put s’empêcher de frémir en sentant sa queue érigée frotter sa fente. Elle déboutonna les premiers boutons de sa chemise pour passer ses mains sur son torse, sentir la sueur qui perlait dans son dos, goutter les quelques gouttes qui ruisselaient dans son cou. Les tétons de Joshua étaient aussi tendus que les siens, aussi durs et gonflés de sang. Il arracha sa culotte hargneusement avant de l’observer en souriant. Généreusement il se libéra de son caleçon pour qu’elle puisse aussi le voir. Anaïs se lécha les lèvres en découvrant son sexe épais et long. Elle le toucha du bout des doigts timidement, ce qui le fit frémir, et se cambra pour que Josh puisse la pénétrer facilement. D’une main il pris sa queue et l’engouffra d’une longue traite en elle. Anaïs enfonça ses ongles dans le cuir noir du canapé en poussant un long soupir. Elle se sentait enfin bien, ainsi remplie. Il  lui sourit en la voyant aussi satisfaite.

- Prends-moi fort, lui dit-elle à l’oreille avant de doucement lui mordre le cou.

Il ne se fit pas prier et commença aussi tôt à la besogner avec vigueur. Anaïs posa ses mains sur ses fesses musclées pour l’inciter à toujours aller plus loin en elle. Dans son ventre elle sentait la boule de feu, qui la ferait bientôt exploser, devenir de plus en plus grosse, de plus en plus brûlante. Elle se retenait de crier de plaisirs en se mordant les lèvres mais ses gémissements la trahissaient. Anaïs voulait sentir la semence de Joshua, sentir son sperme couler dans son vagin. Elle poussa plus fort sur son bassin pour que le rythme accélère encore, que les flammes la ravagent. En sentant les muscles du sexe de Joshua se contracter en elle dans un long râle de plaisir elle se sentit complètement dévorée par le feu. Joshua, épuisé, s’allongea sur elle. Elle le serra fort contre lui, calquant sa respiration sur la sienne. Ils restèrent ainsi sans rien dire un instant. A peine quelques minutes avant qu’Anaïs ne le sente à nouveau durcir contre sa cuisse.

SCENE D’ACTION

Anaïs savait qu’elle ne pouvait pas faire confiance à Nina, que celle ci la trahirait dès qu’elle le pourrait. Mais elle n’avait pas le choix. Si elle voulait enfin avoir la chance d’atteindre le chef du réseau elle devait la suivre. Elle n’était cependant pas stupide et devait se préparer à toutes possibilités. Elle attacha Nina au radiateur puis alla dans la salle de bain récupérer le poignard qu’elle avait caché sous le carrelage de la baignoire. Elle se l’attacha en haut de la cuisse, sous sa jupe. S’ils la fouillaient ils découvriraient immédiatement la lame mais elle espérait que le reste du réseau fasse suffisamment confiance à Nina pour que cela n’arrive pas. Après l’avoir détachée, elles prirent sa voiture pour se rendre au lieu de rendez-vous. Aucune d’elle ne parla. Anaïs ne rompit le silence que lorsqu’elles se garèrent devant la façade d’un immeuble délabré.

-Si la situation dégénère et que je ne dois emporter qu’une seule personne dans la tombe avec moi tu peux être sur que ce sera toi. Est-ce que tu comprends ?

Nina baissa la tête en lui faisant signe qu’elle saisissait l’idée. Elle avait les larmes aux yeux. Des larmes remplies de haine.

-Bien. Alors essuie toi le visage et montre moi ton plus beau sourire de mannequin.

Elles descendirent de la voiture et se dirigèrent vers la porte d’entrée métallique. Anaïs nota immédiatement la caméra accrochée au dessus d’elles. Au bout de quelque secondes un homme vint leur ouvrir. Il était costaud et armé mais Anaïs n’en avait pas peur. Elle en  avait déjà tué plus d’un comme lui. Nina n’adressa pas un mot au portier et traversa directement la cour pour entrer dans l’immeuble. Anaïs la suivit silencieusement. Le bâtiment était en piteux état, certainement à l’abandon depuis des dizaines d’années. Les fenêtres étaient toutes brisées, l’air était rempli de l’odeur acre de la moisissure et la peintures tombait en grosses plaques dans tous les coins. Elle suivit Nina dans les escaliers jusqu’au troisième étage. Là, au bout du couloir, une porte encore en bon état laissait filtrer de la lumière par le sol.  Avant que Nina ne puisse frapper à la porte Anaïs l’attrapa par les cheveux.

-N’oublie pas ce que je t’ai dis dans la voiture.

-Je ne suis pas conne. J’ai compris. Lâche-moi.

Elle la laissa s’en aller et se prépara au pire. Un homme, ressemblant étrangement au premier portier, leur ouvrit. Elles pénétrèrent dans une grande salle aménagée confortablement et sans aucune trace de pourriture. Trois hommes, semblant les attendre, étaient assis à une table. L’un d’eux leur adressa un grand sourire en les voyant. Nina s’approcha d’eux et les embrassa chaudement sur chaque joue. Anaïs resta sur le pas de la porte pour les saluer. En voyant Nina se mettre derrière eux elle compris immédiatement son erreur.

- Attrapez-là !, hurla Nina. Elle travaille pour le gouvernement.

Le cerbère qui les avait faites entrer fut le premier à se jeter sur elle. Mais l’agent de la niche était bien plus rapide que lui et en un mouvement net et fluide elle décrocha le couteau à sa cuisse et lui trancha la gorge. L’homme ne parut pas comprendre. Un sang noir et épais commença à dégouliner de sa coupure tandis qu’il s’effondrait au sol abasourdit. Anaïs eu à peine le temps de se réfugier dans le couloir que les premiers coups de feu mitraillèrent le mur derrière lequel elle se cachait Quand les détonations s’interrompirent elle entendit des pas dans l’escalier. Si elle ne voulait pas se faire prendre entre deux feu elle devrait trouver une solution et vite. 

DESCRIPTION DE L’HEROINE

Anaïs a vingt trois ans au début du récit dont déjà seize passés à la niche. Elle n’a guère de souvenirs de sa vie d’avant. Juste quelques bribes d’images de ses parents et de son petit frère avant qu’ils ne meurent dans un accident. Leur perte et son déménagement à la niche l’ont profondément perturbée. Le milieu bourgeois dans lequel elle avait toujours vécu à été remplacé par une vie plus dure où elle n’était plus aussi choyée que dans le passé et où elle a du s’endurcir.

Heureusement elle rencontra à cette époque un autre petit garçon âgé de neuf ans, Micha, avec qui elle devint très proche. En grandissant leur amitié se transforma en amour et ils devinrent amants malgré l’interdiction de la niche aux agents d’entretenir des relations intimes. Ils vécurent secrètement leur histoire jusqu'à ce que Micha, à dix huit ans, se fasse tuer lors de sa première mission. La perte de son amant traumatisa Anaïs. En perdant le seul pilier affectif qui lui restait elle perdit aussi toute foi dans la vie.

Lorsque la niche décida d’en faire un agent T à ses seize ans, spécialiste de la séduction pour infiltrer les réseaux grâce à ses charmes, elle en prit son parti, faisant des hommes desquels elle devait obtenir des informations des moyens de prendre son plaisir sans avoir à y mettre le moindre sentiment. Grâce à son physique avantageux, à sa silhouette longiligne et à son visage d’ange les hommes la pensent généralement fragile et elle profite de leur regard sur elle pour mieux les manipuler. Mais intérieurement elle est tout le contraire, un vrai volcan.

Anaïs consacre de nombreuses heures au sport et particulièrement au judo et à la boxe qui lui permettent d’extérioriser sa rage. Elle en veut souvent à la vie de lui avoir pris tout ce qui comptait le plus pour elle en commençant avec sa famille puis avec Micha. 

Le rapport d’Anaïs avec la niche est assez compliqué. A la fois c’est son refuge et tout ce qu’elle connaît mais elle les soupçonne aussi de ne pas dire toute la vérité concernant leurs missions et parfois même de faire travailler les agents pour des comptes privés aux objectifs pas toujours clairs. Elle a aussi beaucoup de mal à ne pas être libre et déteste ce sentiment de leur appartenir. Elle ne sait pas si un jour elle aura la possibilité de vraiment s’en aller bien que la niche promette à tous leurs agents âgés de plus de tente cinq ans la possibilité de prendre leur retraites avec une grosse somme sur un compte en banque.

Anaïs vit donc au jour le jour, remplissant au mieux ses missions tout en profitant au maximum des plaisirs qui s’offrent à elle et en essayant de ne pas trop réfléchir à son futur qui lui semble si incertain.

Report this text