La Porsche de Mr Dupont (à toi, Grand Devos)

Fanny Chouette

A grand renfort de mots qui sonnent et qui tintent, il s'agit d'un essai à la manière du musicien des mots qui a bercé mes premiers émois humoristiques et littéraires : le grand Raymond Devos.

- Bonjour Monsieur Dupont, soyez le bienvenu à l'hôtel du Porche. Vous disposez ici de toutes les commodités, une commode, du thé, avec vue depuis votre chambre sur le porche.
- Vous êtes charmante. Dites-moi cette chambre, est-elle proche du pont ?
- Elle est près du porche.
- Et le porche est loin du pont ?
- Assez proche.
- Du porche ?
- D'où vous verrez le pont.
- Et ma Porsche, dans tout ça ?
- C'est comme vous le souhaitez. Stationnez-la près du porche ou loin du pont.
- Vous venez de me dire que le porche est près du pont qui donne sur ma chambre. Ma Porsche sera à côté du pont.
- Côté porche ?
- Côté conducteur. Si ma Porsche cloche je veux pouvoir la mettre sur le pont.
- Ainsi vous garderez un oeil sur votre Porsche qui est près du pont, non loin de votre chambre.
- Le lit y est moelleux ?
- C'est un lit pont, Monsieur.
- Un lit pont qui donne sur le porche ?
- Et sur le pont.
- Mademoiselle, un pont c'est en forme de porche ?
- C'est le porche qui a une forme de pont !
- Alors si le haut du porche est en forme de pont vu d'en dessous, pourquoi faire un pont que l'on voit aussi bien depuis le porche ?
- Pour accéder à votre chambre, Monsieur Dupont. 
- Et quand est-ce que je vois le pont ?
- Depuis votre Porsche.
- Mademoiselle, est-il possible de dormir sur le pont ?
- Pourquoi faire ?
- Eh bien, pour voir le lit !
- Le vôtre ?
- Celui de l'eau, qui passe sous le pont.
- Vous serez mieux dans votre lit.
- Mais je dormirai sous un pont.
- Comme l'eau qui fait son lit, Monsieur !
- Autre chose : si je lis sur mon lit, je ne vois plus le pont.
- Vous leverez la tête : vu d'en dessous le haut du pont ressemble à un porche.
- Et si je ne lis pas ?
- Vous verrez le pont.
- Mais plus le porche.
- Alors allez sur le pont.
- Lequel ?
- Celui près de votre Porsche.
- Je monte sur le lit pont de l'eau sans lire pour voir le porche qui donne sur mon lit pont ?
- Parfaitement. Vous avez été touché par la grâce, Monsieur Duporche.
- Dupont !
- Mes confuses.
- Cet endroit est admirable. Je reviendrai. Vous ne faites pas le pont ?
- Si, l'an prochain, pour refaire le porche.
- Proche du pont ?
- Le prochain pont est dans six mois.
- Six mois pour aller au pont ? Mais je pars dans trois jours ! Et ma Porsche ?
- Elle sera toujours près du pont.
- Mais si pour refaire le porche vous prenez le pont, l'eau n'aura plus de lit et ma Porsche, de veston.
- Vous la verrez depuis votre chambre.
- S'il faut six mois pour aller au pont, je vais devoir vendre ma Porsh pour payer mon lit !
- Vous aurez toujours le pont.
- Mais plus ma Porsche ! Et si ma Porsche n'est plus avant même d'atteindre le pont, à quoi bon surveiller le porche depuis mon lit pont ?
- Votre histoire ne partirait-elle pas en brioche, Monsieur Dupont ?
- C'est un reproche ?
- Non, une question.
- Eh bien changez de ton.
- La situation est bien moche.
- Même vue du pont ?
- Tout dépend de ce qui cloche.
- Mademoiselle, je pars demain. Je dois rattraper le pont avant de vendre ma Porsh.
- Comme Monsieur voudra. Votre petit-déjeuner aux oeufs, sous le porche ou sur le pont ?
- Sur le pouce.
- Vous pouvez le prendre sur le pouce en étant sur le pont, Monsieur.
- Vous commencez à m'embrouiller, Mademoiselle. 
- C'est prévu. Et combien ?
- Deux de chaque.
- Côté ?
- Mais non, poule !
- Deux oeufs de chaque poule ?
- Et de la brioche, grillée.
- De quel côté ?
- Celui de la poule.
- Elle pond sous le porche.
- Parfait puisque je les mangerai sur le pouce, dans mon lit.
- Alors vous les mangerez sous le pont.
- Qu'en dit la poule ?
- Elle ne répond jamais.
- La poule ne pond qu'une fois ?
- Sur deux.
- Alors doublez la brioche.
- Très bien, Monsieur Dupont.
- Mademoiselle, pour ma route : le plus court en partant du porche pour rejoindre le pont ?
- Suivez le lit.
- Le mien ?
- Celui de l'eau.
- Qui passe sous le pont ?
- Il est tout proche.
- Mais, si en suivant le lit de l'eau qui passe sous le pont ma Porsh me passe sous le nez ?
- Alors retournez au lit.
- De l'eau ?
- Non Monsieur, le vôtre ! Celui avec le pont.
- J'y trouverai ma Porsche ?
- Et le repos.
- Je serai dans de beaux draps !
- Avec vue sur le porche.
- Faisons cela.
- Récapitulons : après avoir mangé les oeufs de la poule qui pond sous le porche vous suivrez le lit pour trouver le pont où se trouve votre Porsche.
- Mais quelle idée de faire le pont !
- Bonne soirée, Monsieur Brioche.
- Du-pont. C'est une particule. "Du" est à côté du pont.
- Ah, comme Du Pont.
- Non, comme ma Porsche !

  • Le meilleur des meilleurs, Devos

    · Ago over 5 years ·
    Infinitytest

    alex-s

  • génial !
    Je me suis surpris à entendre Devos en vous lisant! De plus je ne sais pourquoi, ce texte me rappelle celui de "La mer démontée" de notre ami commun... bravo !

    · Ago about 6 years ·
    Profil

    Aurelien M

  • C'est du beau boulot, devant lequel on ne peut rester de bois. Alors, on s'assied et on lit. Pas sur le lit, non, ni sur le lino d'ailleurs. CDC

    · Ago about 6 years ·
    Image

    Archange Flippé

  • Bravo, je m'entendais en vous lisant, Monsieur Devos vous narrant ! cdc

    · Ago about 6 years ·
    Img 7811

    Michele Hardenne

  • Très réussi, on reste suspendu de bout en bout.

    · Ago about 6 years ·
    30ansagathe orig

    yl5

  • Devos aurait certainement applaudi à votre texte. Il se trouve qu'en ce moment je lis l'oeuvre complète de Devos, alors félicitations pour cette imitation qui rappelle le style de Devos mais qui est une création tout à fait orIginale.

    · Ago about 6 years ·
    P1000170 195

    arthur-roubignolle

Report this text